Les personnes avec des maladies pulmonaires ne devraient pas porter de masques affirment des experts

Apparu en Chine en décembre dernier, le coronavirus s’est propagé dans la plupart des pays du monde faisant de nombreuses victimes. Responsable d’une maladie infectieuse connue sous le nom de la Covid-19, le virus a bouleversé la planète toute entière. La mobilisation scientifique a été extrêmement importante durant cette crise sanitaire, et ce, depuis ses débuts. Aujourd’hui, le port du masque s’est avéré être une mesure préventive nécessaire pour limiter les risques de transmission et de contamination. Néanmoins, des experts britanniques cités par le Mirror affirment que les personnes qui souffrent d’asthme ou d’autres affections pulmonaires ne devraient pas porter de masque. Explications. 

La Covid-19 est une infection des voies respiratoires causée par le nouveau coronavirus. Parmi les symptômes les plus fréquents de la maladie sont répertoriés une fièvre, une toux sèche et une fatigue intense. Si la maladie peut guérir spontanément, une personne sur cinq peut être sujette à des difficultés respiratoires, un symptôme sévère qui doit inciter à contacter les urgences.

Généralement, les patients qui présentent des formes graves de la maladie sont ceux qui souffrent d’hypertension, de pathologies cardiaques ou pulmonaires, de diabète, ou encore de cancer, indique l’OMS.

Alors qu’au début de l’épidémie, en France le port du masque n’était prioritaire que pour les professionnels de la santé et les personnes atteintes de la Covid-19, il fait aujourd’hui l’objet d’un moyen préventif recommandé par l’Académie nationale de Médecine. Cependant, certains experts britanniques considèrent que les personnes atteintes de maladies pulmonaires ne devraient pas en porter.

Des experts considèrent que les personnes qui souffrent de maladies pulmonaires ne doivent pas porter de masque

Alors que le gouvernement britannique conseille aux citoyens de porter un masque dans les espaces publics fermés tels que les transports publics et les supermarchés, certains experts avertissent ceux qui sont atteints d’affections pulmonaires.

port de masque maladie pulmonaire

dailymail

“Le port d’un couvre-visage est une précaution supplémentaire qui peut avoir un certain avantage en réduisant la probabilité qu’une personne infectée ne transmette le virus”, a annoncé le professeur Chris Whitty. Néanmoins, il a précisé que “le moyen le plus efficace de prévenir la propagation de ce virus reste de suivre les règles de distanciation sociale et de se laver les mains régulièrement.

Cela ne supprime pas la nécessité de s’isoler si vous présentez des symptômes.” Mais selon la Fondation britannique Asthma UK, le port du masque facial est déconseillé pour les personnes atteintes d’asthme puisqu’il peut rendre la respiration plus difficile. “Pour certaines personnes souffrant d’asthme, le port d’un couvre-visage peut ne pas être facile”, a précisé Jessica Kirby, responsable de santé chez Asthma UK.

Selon elle, le gouvernement britannique aurait affirmé que les personnes qui présentaient des problèmes respiratoires peuvent ne pas porter de masque si cela les gêne. “Si vous êtes à l’aise pour porter un couvre-visage, veuillez utiliser un masque en textile ou fait maison, pas un masque facial de type médical”, explique-t-elle.

Une recommandation partagée par le Dr Purvi Parikh, professeur en immunologie à l’Université de New York. Pour lui, ceux qui souffrent d’affections pulmonaires comme la bronchite ou le trouble pulmonaire obstructif chronique doivent éviter les masques faciaux. “Nous approchons de l’heure d’été, il fait chaud dehors, et lorsque vous respirez constamment de l’air chaud, cela peut être assez inconfortable”, a ajouté le médecin.

Le masque : un outil préventif qui reste de rigueur

Depuis le 11 mai, la France a imposé le port du masque anti projections à tous les passagers à bord des transports en commun mais aussi à tous ceux qui fréquentent des espaces publics fermés où la distanciation physique n’est pas garantie.

Pourtant un communiqué de l’Académie de médecine avait indiqué le 22 avril que le masque était nécessaire pour se protéger “en l’absence de vaccin et de médicament efficace contre le Sars-CoV-2”. Ainsi, bien que cette mesure ne soit pas obligatoire, elle reste vivement recommandée dans une logique de prévention.

Lire aussi Faut-il mettre deux masques pour éviter les nouveaux variants du Covid-19 ?

Contenus sponsorisés