Les hommes qui ont tué un chien sur Snapchat s’en tirent sans peine de prison

Durant l’été 2016, deux hommes du nom de Boots Stanley et Steven Sadler résidant dans l’Arkansas aux Etats-Unis, ont sauvagement tué un chien appelé Justice qui aura malheureusement et injustement fait les frais de leur brutalité et méchanceté gratuites.

Ces deux hommes pour le moins violents et sadiques, lui ont tranché la gorge et posté la vidéo sur les réseaux sociaux. Les réquisitions du bureau du procureur du district compétent, recommandaient  d’appliquer une peine sévère et proportionnelle à ce crime qui n’a pas été administrée par le juge et qui a provoqué un véritable tollé.   

Dénonciation des deux hommes 

Cette histoire aura suscité l’indignation générale et a été suivie de près par les activistes des droits des animaux à travers les Etats Unis, après que Boots Stanley et Steven Sadler aient assassiné gratuitement un chien, avant de poster leur ignoble crime sur Snapchat. La vidéo aura fait le tour des réseaux sociaux et de la toile. Les deux hommes ont été dénoncés par une personne qui a visionné la vidéo et l’a aussitôt signalée aux autorités locales.
Suite à cette dénonciation, un mandat d’arrêt a été lancé en août 2016 à l’encontre de Boots Stanley et Steven Sadler après que la preuve irréfutable de la vidéo de Snapchat visionnée par les autorités locales, ait clairement affichée le meurtre et les images du chien avant sa mort.

Jeux immatures et morbides 

Selon différents témoignages, les deux hommes se trouvant le jour du crime au Bastrop Louisiana Kill Pen, auraient voulu jouer à un jeu immature et morbide avec Justice en tentant d’inventer plusieurs scénarios dans l’intention de le tuer. Dans la vidéo, on peut clairement voir le pauvre chien être placé sur un cheval avec le souhait que celui-ci l’éjecte violemment et qu’il succombe à sa chute.
Ensuite, les deux hommes auraient mis une corde autour de Justice alors que l’un d’eux le maintenait fermement au sol en lui montant dessus, avant de sortir un couteau et commencer à trancher à plusieurs reprises la gorge du pauvre chien qui n’aura pas survécu. 

Condamnation des deux hommes

Personne n’a jamais su qui était le propriétaire de Justice ni comment l’animal s’étaient retrouvé entre les mains de Boots Stanley et Steven Sadler. Selon d’autres témoignages, Steven n’était pas étranger à la maltraitance des animaux et une photo de lui assis sur un cheval qu’il avait tué avait fait surface sur Internet.
Après leur injuste crime envers Justice, les deux hommes furent arrêtés et le juge Carl Sharp chargé de l’instruction de l’affaire, les a condamnés à une peine d’emprisonnement de trois ans avec sursis, une amende de 5 000 $ et
480 heures de service d’intérêt général avec la possibilité de réduire ces heures s’ils faisait un don de 5 000 $ chacun à un organisme humanitaire local. Cependant, s’ils venaient à ne pas payer leur 5 000 $ d’amende, ils seraient contraints de passer une année en prison. 
Dans tous les cas, le juge n’aura pas suivi les réquisitions du bureau du procureur qui pourtant, avait recommandé une peine exemplaire et à la hauteur de l’ignoble acte commis envers un chien sans défense, c’est-à-dire 10 ans de prison et une amende pouvant atteindre 25 000 $.

Pétition contre Boots Stanley et Steven Sadler

Cette affaire a permis aux législateurs Américains de commencer à réévaluer les lois qui visent à punir les personnes qui nuisent et abusent des animaux. Une pétition qui a recueilli plus de 21 000 signatures a même été lancée afin de maintenir les poursuites envers les deux hommes.
L’opinion publique a tout aussi été surprise et reste sous le choc par la légère condamnation que les deux hommes ont essuyée et toute personne serait d’accord sur le fait que Boots et Steven méritaient plus d’être derrière les barreaux plutôt qu’en liberté, surtout après que ces deux jeunes hommes aient trouvé plutôt drôle de torturer et de tuer Justice avant de faire circuler la vidéo de leur crime sur les réseaux sociaux. Qui sait, la clémence du juge pourrait bien leur permettre de réitérer ce genre d’acte ignoble et qui sait, peut-être même à l’égard d’un être humain.

Justice pour Justice

Espérons que la mort de Justice ne sera pas vaine et servira aisément à mettre en adéquation les sanctions à infliger aux personnes qui commettent de tels crimes à la hauteur de leur manque d’humanité et de sensibilité. 

Lire aussi Test visuel : C’est un homme ou un chien ?

Contenus sponsorisés