Les enfants ne disent pas qu’ils sont angoissés, ils disent : « j’ai mal au ventre »

Les enfants ne disent pas qu’ils sont angoissés, ils disent : « j’ai mal au ventre »


Les enfants ne disent pas qu’ils sont angoissés

Selon CBS News, entre 8 et 25% des enfants souffrant de douleurs à l’estomac persistantes, sans explication médicale distincte, souffrent en réalité de ce que l’on appelle une « douleur abdominale fonctionnelle ». Par conséquent, le système digestif fonctionne correctement, sans aucune infection ou maladie perceptible. Ainsi, lorsque votre enfant vous dit qu’il a mal au ventre, cela ne signifie pas que la douleur n’est pas réelle, mais simplement que son origine est ailleurs.

Votre enfant se plaint de maux de ventre le premier jour d’école, avant un examen ou tout autre évènement majeur ? En fait, cela est très répandu car l’anxiété d’un enfant va souvent s’exprimer à travers des douleurs abdominales. Le docteur Eva Szigethy a déclaré à nos confrères de CBS : « C’est en réalité l’une des raisons les plus courantes pour lesquelles les enfants et les adolescents manquent l’école et se retrouvent chez leur pédiatre. »

L’estomac est un « second cerveau »

Lorsqu’on regarde de plus près nos entrailles, nous pouvons y découvrir tout un écosystème de bactéries et un large réseau de neurones opérant dans cet environnement caché. Ainsi, le système nerveux entérique est un réseau de neurones qui forment une sorte de maillage recouvrant la totalité du tube digestif. C’est en réalité ce qui nous provoque cette fameuse sensation de papillons nerveux ou cette impression de trou à l’estomac comme réponse au stress psychologique. En d’autres termes, l’estomac reflète constamment nos émotions. D’ailleurs, le professeur Michael Gershon de l’université de Columbia l’a désigné comme étant un « second cerveau ». C’est la raison pour laquelle la nervosité et l’angoisse qui règnent dans la tête de votre enfant peuvent créer cette sensation de douleur dans la région abdominale.

Des conséquences à l’âge adulte

Une récente étude publiée dans la revue Pediatrics révèle que 51% des personnes ayant souffert de douleurs abdominales étant enfants ont fini par avoir un type de trouble anxieux au cours de leur vie. Lynn Walker, professeure de pédiatrie à l’Université Vanderbilt de Nashville au Tennessee, et auteure de l’étude, a déclaré à nos confrères de HealthDay : «  Plus de dix ans plus tard, les personnes ayant souffert de douleurs à l’estomac continuaient à présenter des troubles anxieux, même si cela ne s’exprimait plus à travers des douleurs à l’estomac ».

A titre comparatif, l’étude a également affirmé que parmi les personnes n’ayant pas eu de problèmes abdominaux durant l’enfance, seulement 20% avaient développé un trouble anxieux au cours de leur vie.

En outre, en sus des troubles anxieux, les chercheurs ont également constaté que 40% des personnes interrogées ayant connu des douleurs abdominales durant l’enfance ont fini par souffrir de dépression au cours de leur vie contre seulement 16% parmi celles n’ayant pas connu ce genre de problèmes.

Comment réagir en tant que parent ? 

Il est très important d’accorder une attention particulière à ce genre de plaintes, car même après avoir éliminé toute possibilité de problème physique, il est primordial de comprendre que votre enfant ne fait pas semblant. Aussi, les médecins recommandent de continuer à envoyer votre enfant à l’école et de l’encourager à poursuivre ses activités habituelles, car le manque d’interactions sociales pourrait aggraver le problème à long terme. En effet, selon Miranda Van Tilburg, professeure agrégée de médecine à la faculté de médecine de l’Université de Caroline du Nord : « Les parents ne devraient pas paniquer si le médecin leur parle d’anxiété chez leurs enfants, il leur suffit de demander l’aide d’un professionnel de la santé mentale, car c’est l’une des seules solutions qui pourraientpermettre à leurs enfants de se sentir mieux ».

D’autres méthodes pour aider votre enfant à soulager son anxiété

A court terme : La respiration est très importante dans ce genre de situations. Demandez à votre enfant de prendre de longues respirations, cela agira sur son diaphragme en faisant monter et descendre son ventre ce qui permettra de réduire son stress. Aussi, permettez à votre enfant d’exprimer son mal-être, donnez-lui toute votre attention afin qu’il puisse extérioriser ses émotions.

A long terme : Assurez-vous que votre enfant ait une alimentation saine et équilibrée, qu’il obtienne un sommeil suffisant, pratique une activité physique régulière et prenne du temps pour se détendre. N’hésitez pas à écouter de la musique apaisante en sa compagnie ou à lui apprendre à faire de la médiation. Si les douleurs sont trop accablantes, il est important de régler la source du problème avec l’aide d’un thérapeute.


Loading...