Les effets de la prière sur le cerveau

Sommaire

Dr Andrew Newberg du Thomas Jefferson Hospital a étudié l’effet de la « prière » sur le « cerveau humain » pendant 20 ans. Il est parvenu à la conclusion que la prière n’est pas le remède contre le cancer, mais qu’elle peut s’avérer être un outil assez efficace pour apporter du bien-être

Avec la photo ci-dessus, le Dr Newberg démontre la différence entre le *cerveau* d’une personne au repos et celui d’une personne qui « prie ».

Ces changements sont la preuve que la prière a un certain pouvoir de guérison.

Sur le plan scientifique et selon Dr Newberg, ces variations sont suivies à partir de différentes activités du cerveau, mais aussi à partir des changements que subissent les composants chimiques du cerveau humain.

Le Docteur a également souligné que le cerveau est l’organe le plus important dans le corps humain car il contrôle la respiration, le rythme cardiaque et la pression artérielle. Par conséquent, les effets de la prière peuvent être transférés au corps humain et donc avoir des effets de guérison assez importants.

Le scientifique a également ajouté que la religion offre du confort durant les moments de stress et a averti que les gens devraient s’appuyer sur la foi comme « remède universel puissant ».

Pour finir, Dr Newberg pense qu’il devrait y avoir une certaine coopération entre la médecine et la religion. Car on peut s’accorder sur le fait que cette dernière ne soigne pas le cancer, mais qu’on peut au moins conseiller les malades de prier pour se sentir mieux.

Lire aussi Les 18 règles de vie du Dalai-Lama

Contenus sponsorisés