Les chercheurs affirment que si vous passez plus de temps avec votre maman, elle vivra plus longtemps

Nous serons tous amenés un jour ou l’autre à faire face au processus du vieillissement, de ses effets et du déclin qui l’accompagnent. Mais en attendant, pourquoi ne pas prendre soin de ceux qui le vivent ? Parents, proches, amis, certains ont atteint un âge avancé où la solitude n’a sûrement pas sa place, celle-ci favorisant justement étroitement le déclin mental, physique et socio-économique lié au vieillissement…

momanddaughter 750x500 2

En France, l’isolement familial et social touche plus particulièrement les personnes âgées et on ne dénombre pas moins de 300 000 personnes de plus de 60 ans en situation de solitude, voire d’isolement.

Un véritable fléau lorsque l’on sait à quel point la solitude de nos ainés représente à l’heure actuelle un réel enjeu social si l’on prend en compte des facteurs qui y sont liés ou qui peuvent s’y rajouter tels que la pauvreté, la perte d’autonomie et la détresse émotive et psychologique.

D’où l’importance en tant qu’enfants, de continuer à prendre soin et accompagner nos parents, père ou mère dans leur vie sociale.

Des études confirment l’aspect néfaste de la solitude des personnes âgées

Une étude, menée par une Université Américaine et publiée dans le JAMA Internal Medicine, a porté sur l’analyse et l’étude sur plusieurs années de la relation entre la solitude, le déclin fonctionnel (diminution de la capacité à effectuer ses soins personnels) et le décès chez les adultes de plus de 60 ans aux États-Unis et impliquait un panel de 1604 participants adultes âgés en moyenne de 71 ans.

Celle-ci a mis en évidence le caractère néfaste de la solitude chez nos ainés caractérisé par le fait que l’isolement familial et social est bel et bien un facteur prédictif du déclin fonctionnel et de la mort parmi les participants âgés de plus de 60 ans.

En d’autres termes, les répercussions sur la santé, telles que l’aggravation de l’invalidité et la mortalité chez les personnes âgées, sont prédisposées non seulement et sans surprise par des facteurs biomédicaux, mais également par la détresse psychosociale générée par l’isolement familial et social.

Une autre étude publiée dans la revue Plos Medicine, portant sur l’influence des relations sociales sur le risque de mortalité en général, démontre également clairement, que l’influence des relations sociales sur le risque de décès est semblable à des facteurs de risque de mortalité bien établis, tels que le tabagisme et la consommation d’alcool, et surpasse la prépondérance d’autres facteurs de risque, tels que l’inactivité physique et l’obésité comme le témoigne Julianne Holt-Lunstad, auteure de l’étude en question et Professeure agrégée de psychologie aux Etats-Unis : « Nos relations sociales sont importantes non seulement pour notre qualité de vie, mais également pour notre longévité ».

AdobeStock 4670378 750x498 2

Facteurs d’isolement des personnes âgées

Souvent associée, et pour cause, à un déclin physique, à une diminution des capacités cognitives et, par la même occasion, à une absence de bonheur, et à un isolement social et émotionnel, la solitude ne doit pas être prise à la légère mais plutôt au sérieux dans la mesure où celle-ci peut avoir de lourdes conséquences chez les personnes âgées mais aussi chez tout un chacun.

Entre perte d’autonomie, idées noires, augmentation de l’anxiété et hausse du risque de maladies chroniques ou maladies cardiovasculaires, nos aînés, certains par choix, d’autres par la force des choses, souffrent réellement d’une part, des effets du vieillissement et d’autre part, de la solitude que celle-ci a pu générer. Scénario loin d’être idéal lorsque l’on arrive en bout de parcours de vie.

Eclatement familial, départ des enfants, éloignement géographique des proches, décès du conjoint, repli sur soi, appréhension de devenir un fardeau, les maladies ; tout un tas de raisons liées aux contingences peuvent irrémédiablement conduire à un isolement social.

Eviter l’isolement des personnes âgées

Ne faites jamais ce que vous n’aimeriez pas que l’on vous fasse. Pourquoi ne pas aller dans ce sens et apporter une épaule solide et salutaire à nos parents, proches et amis âgés, qui peuvent sans même nous le dire, souffrir de solitude, d’isolement et de stress qui y est lié.

Des habitudes et gestes simples du quotidien peuvent aisément leur être favorables et les aider à mieux vivre leur condition et par la même occasion, augmentera leur espérance de vie :

  • Appeler et visiter régulièrement les membres âgés de votre famille
  • Les inviter à déjeuner ou à diner
  • Leur porter assistance pour les courses ou les tâches ménagères
  • Les encourager à s’inscrire à des activités telles que la danse ou le bricolage
  • Leur proposer des sorties et des promenades
  • Mettre en place un système de téléassistance, d’aide à domicile ou de portage de repas

Lire aussi Ce bébé meurt dans un incendie dans la maison pendant que sa mère est en boîte de nuit

Contenus sponsorisés