Le xanthélasma : ces taches sur les paupières qui peuvent indiquer des problèmes cardiaques

Une maladie cardiovasculaire telle que l’athérosclérose, l’hyperlipidémie ou l’angine de poitrine peut se traduire sur le corps avant ou pendant son arrivée. Cette pathologie qui peut être causée par des antécédents familiaux peut succéder au xanthélasma, des taches jaunâtres sur les paupières.

Pour prévenir les maladies cardiovasculaires, il est important d’être attentif aux signaux envoyés par notre corps. Réagir face à un autre signe présent sur la peau permet également de protéger le cœur. Son nom ? Le xanthélasma. Cette nappe jaunâtre sur les paupières inférieures ou supérieures peut indiquer la présence d’amas de cholestérol dans le plus grand organe du corps.

Le xanthélasma : un symptôme de dyslipidémie

Les manifestations physiques d’une dyslipidémie, un taux élevé de cholestérol plasmatique qui favorise le risque de l’athérosclérose, sont généralement peu spécifiques. Interrogé par nos confrères de Doctissimo, le professeur Jean Ferrières, cardiologue au CHU de Toulouse explique que les xanthomes peuvent mettre en lumière un excès de cholestérol dans le sang. Ce tissu jaunâtre peut être non seulement présent sur les paupières mais aussi être visibles sur les articulations et nécessite une consultation chez le médecin.

Xanthomes

Xanthomes – Source : Esteticista Como Você

Un indicateur non négligeable d’un excès de cholestérol dans le corps

Au-delà des facteurs tels que le tabagisme, une mauvaise hygiène de vie et la sédentarité qui peuvent entraîner un risque cardiovasculaire, la négligence de certains symptômes sur le visage peut favoriser des maladies du cœur, à en croire une étude danoise parue dans le British Medical Journal en 2011. Après avoir suivi 12 745 participants, dont 560 présentaient un xanthélasma, les chercheurs estiment que ce dernier est un indicateur non négligeable d’un excès de cholestérol. Leur avertissement relayé par Allo Docteurs appelle à une meilleure prévention et révèle que les personnes sujettes à ces taches jaunâtres ont 20% de chance de souffrir d’un problème cardiovasculaire dans la prochaine décennie.

Xanthélasmas – Source : Skin Disorders

Notre visage peut indiquer un risque de maladie cardiaque

Une seconde étude relayée par l’European Heart Journal en 2020 démontre qu’une intelligence artificielle qui analyse le visage pourrait évaluer le risque de cardiopathies. Alors qu’un taux de cholestérol élevé dans le sang peut être prouvé après un examen sanguin, certains symptômes visibles peuvent nous permettre de prévenir les maladies cardiaques. Parmi eux, les cheveux gris, une masse capillaire moins dense, l’apparition de rides, un pli sur le lobe de l’oreille ou encore les xanthomes. Pour Zhe Zheng, chercheur au sein du centre national pour les pathologies cardiaques et directeur du projet, cette étude est pionnière pour démontrer l’efficacité de l’intelligence artificielle sur l’analyse des visages et la détection de maladies cardiaques. Pour prévenir ces dernières, il est important de rester alerte. Il existe plusieurs signes que le cœur ne fonctionne pas correctement.

Une nouvelle méthode pour détecter les pathologies du cœur ?

Pour prouver que le visage pouvait également indiquer une pathologie cardiaque, les scientifiques ont observé près de 5800 patients. Après les avoir soumis à plusieurs bilans pour mieux appréhender la santé de leur cœur, les chercheurs ont pris quatre photos de leurs visages : de face, de profil et d’en haut. Ces documents ont permis la mise au point d’un algorithme qui a été appliqué sur 1013 personnes de la population étudiée. Les experts ont alors conclu que les clichés étaient plus pertinents que les autres outils utilisés pour mesurer le risque de la première cause de mortalité dans le monde, comme l’indique l’OMS. Mieux encore, ils ont évalué le taux de réussite à 80%. Leurs conclusions leur ont permis de voir que le front, le nez et le menton étaient des organes qui permettent de mieux évaluer la probabilité.

sante cardiaque

Santé cardiaque – Source : Healthline

« Une manière simple, économique et efficace d’identifier les patients »

Après avoir établi ces conclusions, les chercheurs souhaitent rendre cette technologie plus accessible pour prévenir les maladies cardiovasculaires. « Cela pourrait être une manière simple, économique et efficace d’identifier les patients pour qui des investigations supplémentaires sont nécessaires » souligne le responsable de cette étude. Pour ce faire, les scientifiques doivent pouvoir évaluer cette technologie sur d’autres groupes ethniques mais aussi approfondir la dimension éthique de ce projet. Zhe Zeng évoque plusieurs questions telles que la confidentialité, les assurances mais aussi des paramètres sociaux.

17,7 millions de morts chaque année

Si cette technologie pourrait être salutaire pour un grand nombre de gens, c’est parce qu’elle pourrait permettre une prise en charge à un stade précoce de l’affection. En 2017, l’Organisation mondiale de la santé estimait que 31% des morts étaient liées aux pathologies cardiovasculaires. Un pourcentage traduit par la mort annuelle de 17,7 millions de personnes. Pour cette raison, il est essentiel d’éviter les facteurs de risque dits évitables et de prendre soin de son hygiène de vie. L’alimentation a un rôle capital pour prévenir les maladies. Certains aliments gardent le cœur en bonne santé et contribuent à protéger l’organisme des facteurs de risque cardiovasculaire.

Lire aussi Voici ce qui arrive à votre cœur à cause du stress

Contenus sponsorisés