x

Le professeur Luc Montagnier, prix nobel de médecine, affirme que le coronavirus sort d’un laboratoire de Wuhan

Alors que le nouveau coronavirus continue de faire l’objet de nombreuses recherches scientifiques, les hypothèses concernant son émergence fusent. Aujourd’hui, les origines de ce virus restent incertaines et la question de sa provenance suscite la curiosité de tout un chacun. Dans une interview accordée à Pourquoi Docteur, le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008, affirme que le Sars-CoV-2 aurait été créé dans un laboratoire à Wuhan. Des propos chocs qui font polémique.

Le professeur Luc Montagnier, figure emblématique de la recherche en France, a fait une allégation des plus surprenantes. Le virologue qui a reçu le prix nobel de médecine en 2008 après avoir participé à la découverte du VIH, virus responsable du SIDA, a affirmé que le nouveau coronavirus provient d’un laboratoire de Wuhan et contient des fragments d’ADN du VIH. Des propos très contestés par la communauté scientifique, comme le rapportent nos confrères du journal Le Monde.

Le professeur Luc Montagnier

Un professeur décrié 

Interrogé par le Dr Jean-François Lemoine, présentateur de l’émission, le Pr Montagnier a expliqué que “le laboratoire de la ville de Wuhan s’est spécialisé sur ce type de coronavirus depuis très longtemps” en précisant que les chercheurs du laboratoire “ont une expertise sur ce domaine”.

En se penchant sur la description du génome du nouveau coronavirus et en s’appuyant sur une étude publiée par un collègue mathématicien du nom de Jean-Claude Perez, il révèle que le génome complet de ce coronavirus avait des séquences d’un autre virus, celui du VIH. En sus, le professeur confie que cette analyse a d’abord été mise en avant par des chercheurs indiens qui n’ont pas pu la publier en raison de la pression subie qui les auraient poussés à se rétracter.

Le présentateur Jean-François Lemoine a alors posé la question portant sur une manoeuvre délibérée des chercheurs à insérer des séquences du VIH dans ce nouveau virus. Mais le professeur Luc Montagnier a répondu que “l’hypothèse la plus raisonnable, c’est de penser qu’ils voulaient faire un vaccin contre le VIH et utiliser un coronavirus qui, en principe, peut atténuer et ne pas donner de maladies”.

Balayant ainsi l’idée d’un complot mené à Wuhan, le professeur s’est dit capable de jouer un rôle dans cette lutte contre le coronavirus. “J’ai des propositions à faire mais j’ai besoin de beaucoup de moyens”, a allégué le virologue en avançant “je pense qu’avec des ondes, des ondes interférentes, avec des ondes qui sont derrière ces séquences d’ARN, on pourrait peut-être éliminer, même chez les patients, ces séquences par des ondes”.

Ces déclarations ont hérissé les scientifiques qui ont dénoncé un flot de fausses informations sans aucun fondement plausible.

Les scientifiques contredisent ces informations 

Depuis la médiatisation de cet entretien, plusieurs scientifiques ont dénoncé les allégations du professeur Luc Montagnier. Interrogé par le Parisien, Etienne Declory, chercheur CNRS au laboratoire Architecture remet en question l’analyse de Jean-claude Perez et explique que “la séquence d’un virus correspond à 30 pages d’un livre (…) Pour ce qui est des similitudes avec le VIH, c’est comme si apparaissait quatre fois le mot chapeau dans deux livres différents. On peut, par hasard, avoir des séquences qui se ressemblent sans que cela démontre des modifications intentionnelles”.

Contacté par le 20 Minutes, Monsef Benkirane, chercheur au CNRS et directeur de l’Institut de génétique humaine, a été catégorique. “Non, le génome du coronavirus ne contient absolument pas de séquence du VIH”, a déclaré l’expert en ajoutant que “cette affirmation n’a aucun sens biologique et est complètement fausse”. Par ailleurs, l’étude réalisée par des indiens citée par le professeur Luc Montagnier a également fait l’objet de critiques. Anne Goffard, virologue et enseignante à la faculté de Pharmacie de Lille, a expliqué au Parisien que cette analyse a été retirée par les auteurs en question après avoir reçu des commentaires mettant en doute “leur approche technique et leur interprétation des résultats”.

Rappelons que l’Institut Pasteur avait également démenti l’information selon laquelle le virus aurait été créé en laboratoire, précisant sur son site que “Le Sars-CoV-2 n’est pas une construction de laboratoire ou un virus délibérément manipulé”

Contenus sponsorisés
Loading...