Le premier médecin français est mort après avoir combattu le Coronavirus : voici l’hommage de sa famille

Jean-Jacques Razafindranazy, médecin urgentiste à Compiègne dans l’Oise, est le premier soignant en France à mourir du Covid-19. Après un transfert au CHU de Lille, l’homme de 68 ans a fini par succomber à la maladie, selon le ministère de la Santé. La nouvelle a été annoncé par son fils sur Facebook ce samedi 21 mars pour lui rendre hommage. L’information a été relayée par France 3.

Si l’annonce de ce décès a suscité la douleur et l’émotion, ce moment tant redouté était pourtant inéluctable. En première ligne de défense face au coronavirus, médecins, aides-soignantes, brancardiers et infirmières sont ces héros sans capes qui combattent jour et nuit pour soigner les malades, souvent au péril de leur vie.
Le premier médecin français est mort après avoir combattu le Coronavirus

Suite à la confirmation du décès du Dr Razafindranazy par Olivier Véran, la tension est monté d’un cran pour le personnel soignant de l’Oise. Le ministre de la Santé s’est exprimé sur RTL pour manifester son soutien: “Je tiens à m’associer à la douleur et à la peine des soignants. Ils payent un très lourd tribut.”

Le premier médecin français est mort après avoir combattu le Coronavirus

Un urgentiste “droit et intègre”

D’après le message publié par son fils sur le réseau social, Jean-Jacques Razafindranazy venait de rentrer de Madagascar et était “en pleine forme”. A l’aune de sa retraite, cet homme au grand coeur a pris la décision d’enfiler sa blouse à nouveau pour venir en aide à ses collègues aux urgences. Selon sa famille, c’est à ce moment là qu’il aurait contracté le coronavirus. “Il aurait pu ne pas revenir, mais il est revenu, c’est à son image”, témoigne une infirmière qui décrit le Dr Razafindranazy comme un homme “exceptionnel, très humain, droit, sérieux, intègre, pas très bavard mais très consciencieux”. Des centaines de soignants de l’hôpital de Compiègne lui ont rendu hommage ce lundi.

Le premier médecin français est mort après avoir combattu le Coronavirus

“Mon père ce héros, médecin aux urgences de Compiègne est parti trop vite à cause du coronavirus”

Les premières lignes de ce message publié sur Facebook annoncent la mauvaise nouvelle. En dépit de son chagrin, son fils souhaite lui rendre hommage et remercier le personnel soignant du CHU de Lille qui a tout mis en oeuvre pour le sauver. Le coeur brisé, il confie que “le covid-19 était plus fort”, en précisant que la maladie ne doit pas être prise à la légère et que ses conséquences peuvent s’avérer désastreuses. Il regrette ce qu’il considère comme “la garde de trop”, son père ayant tenu à conserver son poste pour aider à faire face à l’afflux des malades. L’hôpital de Compiègne aurait été l’un des premiers en France à être confronté à l’épidémie, souligne Le Monde.

Le premier médecin français est mort après avoir combattu le Coronavirus

L’inquiétude des soignants

Selon un délégué hospitalier de la commune, la situation est préoccupante, notamment en ce qui concerne le Dr Razafindranazy, qui “ne ne présentait pas de problème de santé particulier avant d’être touché par le coronavirus ». Il s’agit donc d’un choc qui lève le voile sur une situation redoutée mais attendue par tous. Comme en témoigne cette source qui a souhaité garder son anonymat, “ce n’est qu’un premier cas. Il y aura d’autres morts parmi les soignants”. A l’hôpital de Compiègne, d’autres membres du personnel sont également infectés, mais ne nécessitent encore aucune hospitalisation. Ils seraient actuellement confinés à domicile.

Le délégué syndical déplore l’absence et le manque de mesures vis à vis des soignants en prévenant que “la colère va encore monter, en espérant que ça ne pète pas car il y a un immense ras-le-bol face au manque de masques et de tests”. Il souligne par ailleurs que ces derniers devraient être à la disposition de toute personne hospitalisée ainsi qu’aux soignants.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close