C’est officiel : Le deuxième enfant de la famille est le plus terrible

C’est officiel : Le deuxième enfant de la famille est le plus terrible


Le deuxième enfant de la famille est le plus terrible

Au sein d’une famille nombreuse, vous trouverez toujours des frères et sœurs qui se charrient entre eux. Pendant que l’aîné revêt l’habit du chef et que le plus jeune, chouchou de la famille, essaye de charmer tout le monde, le second de la fratrie quant à lui, tentera de trouver sa place, tant bien que mal. Selon une étude, relayée par abc7News, le deuxième frère est « l’enfant à problèmes » et aura plus tendance à se rebeller.

Joseph Doyle, économiste et professeur dans la Sloan School of Management, estime dans une étude que le second de la fratrie serait plus une source de soucis pour les parents que les autres frères et sœurs ; il aura ainsi tendance à avoir des troubles de comportement, des ennuis à l’école et sera tenté même de commettre des délits. Ainsi, l’étude menée auprès de plusieurs familles en Floride et au Danemark, stipule que le second enfant aurait 20 à 40% de risques d’avoir des problèmes avec la justice.

Par ailleurs, l’étude a examiné le contexte de l’état de santé de l’enfant. Toutefois, il s’est avéré qu’il n’y aurait aucune preuve démontrant que ces enfants naissent avec une mauvaise santé mais peuvent présenter des taux d’incapacité plus faibles pendant l’enfance.

Quelles sont les raisons de ce comportement problématique ?

D’après les recherches, l’attention des parents accordée aux enfants, pourrait jouer un rôle important dans le développement de la personnalité de chacun d’entre eux. Aussi, l’aîné grandit dans un milieu d’adultes et bénéficie de toute l’attention parentale. Cependant, le cadet, grandit souvent dans l’ombre de son grand frère (ou sœur) qui lui, est considéré comme le plus fort et le plus compétent ; de ce fait il ne requiert pas la même attention des parents que l’aîné. Quant au benjamin, arrivé au dernier rang, manifeste toujours le besoin de plaire.

Ainsi, selon Doyle, le second de la fratrie se sent toujours en concurrence avec l’aîné et essayera manifestement d’attirer l’attention des parents par des comportements rebelles.

Ceci étant dit, on ne peut pas considérer ce phénomène comme une généralité. Pour autant, ces études, même si elles sont crédibles, doivent être nuancées par le fait qu’elles concerneraient aussi les autres enfants qui suivraient et pas uniquement le second de la fratrie.

Il serait plutôt question d’une personnalité différente de chacun des frères et sœurs

Dans le même contexte, Marion Balla, éducatrice et thérapeute à Ottawa, pense que l’ordre de naissance peut influencer la personnalité de l’enfant. Ainsi, l’aîné est plus autoritaire et plus protecteur, tandis que le second reste conciliant même s’il montre de temps à autre un esprit rebelle mais uniquement en essayant d’opter pour une carrière totalement différente de ses autres frères et sœurs. Il sera toujours en concurrence avec sa fratrie pour faire sa place et redorer son blason.

Le rôle des parents dans l’éduction des enfants

Selon le diagnostic de la psychanalyste, Claude Halmos, un enfant, qu’il soit l’aîné, le cadet ou le benjamin, a besoin d’une présence continue des parents dans sa vie quotidienne, dès son plus jeune âge. L’attention marquée par l’amour, l’éducation basée sur les principes de la vie et le refus de consentir à tous ses caprices, toutes ces manifestations feront de lui l’enfant de demain.

Le rôle des parents consiste donc à imposer des limites, d’en expliquer le pourquoi et d’apprendre à l’enfant le respect de soi et des autres. Pour un enfant en bas âge, ses parents sont ses propres modèles et il reproduira le même comportement plus tard.

Ainsi, la manière dont ses parents le traitent, leur façon de se conduire avec les autres, le façonneront à jamais. Sans oublier que l’absence du père dans la famille joue un rôle important dans l’équilibre émotionnel de l’enfant, puisque le père représente l’autorité et la sécurité.


Loading...