x

L’appel d’un père inquiet : “S’il vous plait, vaccinez votre adolescent pour protéger mon enfant de 4 ans”

Opinion

A l’heure où le Covid-19 est encore présent dans plusieurs pays, le risque de contamination n’a toujours pas disparu. Dans une tribune parue sur le New York Times, un père de famille exhorte les parents à faire vacciner leurs enfants adolescents pour protéger sa petite fille de 4 ans.

Nusayba a été diagnostiquée d’un cancer rare à l’âge de 2 ans. Après avoir enduré plusieurs cycles de chimiothérapie et une greffe du foie, elle est heureusement en rémission complète depuis un an. Pour autant, son père ne peut s’empêcher de s’inquiéter face à une potentielle infection au coronavirus en raison de son système immunitaire affaibli. De ce fait, il demande aux parents de ne plus hésiter à vacciner leurs enfants car cela pourrait protéger Nusayba et d’autres personnes sujettes aux mêmes vulnérabilités. 

Etats-Unis : la vaccination autorisée pour les 12-15 ans

D’après l’article du New York Times paru le 19 mai, l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) a autorisé l’administration du vaccin Pfizer et BioNTech aux enfants âgés de 12 à 15 ans. Une nouvelle porteuse d’espoir pour le père de Nusayba qui espère que cela pourra protéger son enfant. “Cela compte pour moi”, affirme Ali Wajahat, car sa fille est plus à risque de mourir du virus à l’origine du Covid-19 si elle est contaminée. Il révèle également que bien que lui et sa femme soient vaccinés, ils prennent toujours autant de précautions. “Nous n’avons toujours pas retrouvé une vie ‘normale’ comme l’ont fait d’autres personnes. Nous devons être vigilants pour la sécurité de Nusayba”, poursuit-il, ajoutant qu’ils évitent encore les endroits publics et qu’ils continuent à porter le masque en respectant la distanciation sociale. 

Ali Wajahat, sa femme Sarah et leurs deux enfants – Source : Dailymail

Une famille en proie à l’inquiétude

Bien que Nusayba se soit remise de son cancer, Ali explique que leur inquiétude n’a toujours pas disparu. “Nous avions prévu de l’envoyer à l’école pour la première fois cet automne. Mais nous sommes continuellement soumis à la peur : Que va-t-il se passer si elle mange quelque chose à la cafétéria et qu’un enfant infecté tousse près d’elle ? Que va-t-il se passer si elle fait des dessins près d’un camarade non vacciné et que les masques de certains enfants leur glissent sous le nez et que l’un d’entre eux est contaminé ?”, écrit le papa inquiet. Autant de doutes et de questions sans réponse qui le préoccupent au quotidien et qui motivent son appel à la sensibilisation. “Le risque est réel. Vous en avez peut-être fini avec le coronavirus, mais le virus n’en a pas fini avec nos enfants”, alerte-t-il. 

“S’il vous plaît, vaccinez vos enfants”

Pour Ali, la vaccination est nécessaire afin de protéger les plus vulnérables face au virus. Depuis que le sérum de Pfizer a été autorisé pour les plus jeunes, il appelle les parents à faire vacciner leurs enfants. Pour autant, il est conscient des réticences de certains face à ces injections. “J’ai de l’empathie pour les parents qui se montrent prudents face à la vaccination de leurs enfants. Croyez-moi, je comprends ce sentiment protecteur vis-à-vis de leur santé”, écrit-il. Seulement, il considère que si les vaccins obtiennent le feu vert des autorités pour cette tranche d’âge, ils devraient être considérés sûrs. “La réalité est que l’hésitation des parents à ce sujet nous portera tous préjudice”, signale Ali. Son message : “Vaccinez-vous s’il vous plaît. Vaccinez vos enfants lorsqu’ils sont éligibles”. Pour ce père de famille, il s’agit de prendre les précautions nécessaires pour protéger les plus fragiles, et cela inclut également le port du masque dans les endroits fermés ou dans les foules. “En prenant ces mesures simples, vous ne protégerez pas seulement votre santé et celle de vos proches, vous aiderez aussi à protéger des enfants vulnérables comme le mien”, conclut Ali. 

Une petite fille recevant le vaccin Pfizer durant un essai clinique – Source : Shawn Rocco/Duke Health/ABC News

Quid de la vaccination des adolescents en France ?

Cité par Europe 1, Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale a révélé que les 16-18 ans pourraient faire partie des personnes ayant droit au vaccin Pfizer/BioNTech dès le mois de juin. « Les 16-18 vont être vaccinés assez vite (…), courant juin cela sera faisable », a-t-il indiqué sur BFM TV. Cela ferait suite à la vaccination des plus de 18 ans, autorisée à partir du 31 mai. Pour l’heure, seuls les mineurs de 16 à 18 ans souffrant de certaines pathologies graves ou proches d’individus immunodéprimés peuvent recevoir l’injection contre le Covid-19.

Contenus sponsorisés
Loading...