x

La tumeur cérébrale d’une fillette de 11 ans disparaît miraculeusement, ses parents affirment que “Dieu l’a guérie”

Certaines histoires médicales suscitent parfois l’incompréhension et demeurent un mystère pour les professionnels de santé. Relayé par ABC 7, le cas de Roxli Doss en fait partie. A l’âge de 11 ans, la fillette souffrait d’une tumeur au cerveau jugée inopérable, jusqu’à ce que les médecins découvrent que cette dernière avait disparu. Un résultat inespéré pour sa famille qui l’attribue à une intervention divine.

La petite Roxli souffrait de ce que l’on appelle un gliome pontique intrinsèque diffus, également appelé gliome infiltrant du tronc cérébral (GITC). Cette tumeur maligne est considérée dangereuse, agressive et inopérable en raison de sa localisation. De ce fait, elle serait fatale dans une grande majorité de cas, révèlent nos confrères de Pourquoi Docteur

Roxli Doss, à cheval – Source : Gena Doss/Facebook

Un diagnostic très rare

Après avoir appris sa maladie, Gena et Scott, les parents de Roxli Doss ont organisé des actions de bienfaisance pour mobiliser le soutien de la communauté. Au vu du diagnostic, ces derniers racontent qu’ils ne pouvaient que prier pour un miracle. En effet, selon le Dr Virginia Harrod citée par ABC 7, cette condition “est très rare, mais lorsqu’on tombe dessus, elle est dévastatrice”. Le gliome pontique intrinsèque diffus peut parfois entraîner une perte de la vision, entraver la capacité du patient à parler, à avaler et éventuellement à respirer, poursuit l’experte.

Les résultats de Roxli – Source : Scott Doss/Facebook

Des résultats inattendus après son IRM

A l’âge de 11 ans, Roxli a suivi plusieurs semaines de radiothérapie, malgré ses faibles chances de survie et l’absence de traitement. Pourtant, après avoir observé les résultats de son IRM (imagerie à résonance magnétique), les médecins ont réalisé que la tumeur avait disparu.

Roxli à l’hôpital – Source: Gena Doss/Facebook

“La première fois que j’ai vu le scan de Roxli, c’était vraiment incroyable”, explique le Dr Harrod. “La tumeur était indétectable, ce qui est hautement inhabituel” a-t-elle ajouté. Un don du ciel pour les parents de la fillette qui attribuent cette “guérison” à une intervention divine.

Roxli Doss – Source : Stay Inspired

Son père souligne par ailleurs que tous les médecins et hôpitaux auxquels ils se sont rendus ont diagnostiqué à l’unanimité sa tumeur au cerveau, d’où leur étonnement suite à cette issue inattendue. 

Roxli sur son lit – Source : Gena Doss/Facebook

Mais bien que la nouvelle soit porteuse d’espoir pour la famille Doss, les médecins tiennent compte de l’agressivité de la maladie et estiment qu’il est probable que la tumeur apparaisse à nouveau. Ainsi et s’ils qualifient ce cas d’ “extraordinaire”, ils restent prudents au sujet de toute prédiction sur le long terme. 

Une photo de Roxli – Source : Roxli’s Rox Star Benefit/Facebook

Qu’est-ce que le gliome pontique intrinsèque diffus (DIPG) ?

Selon une publication du centre Gustave Roussy dédié à la lutte contre le cancer, le gliome pontique intrinsèque diffus, ou gliome infiltrant du tronc cérébral touche généralement les enfants entre l’âge de 5 et 10 ans. Avec un pronostic décrit comme très sombre, ce type de cancer du cerveau est rarement opérable. Ainsi, son traitement principal reste à ce jour la radiothérapie mais les résultats sont limités. 

Sur son site, la société canadienne du cancer explique que le DIPG se répand généralement dans la totalité du tronc cérébral ainsi que dans d’autres zones de l’encéphale. Dans ce sens, l’intervention chirurgicale n’est habituellement pas recommandée. En outre, il est estimé que le pourcentage d’enfants qui survivent 2 ans après le diagnostic est inférieur à 10%. Selon Christina Chun, éditrice médicale pour Healthline, les premiers symptômes impliquent des changements au niveau des muscles faciaux, notamment au niveau des yeux et des paupières. Ce type de cancer étant très agressif, d’autres signes peuvent apparaître de manière soudaine, avec des problèmes d’audition, de déglutition ou de mastication. Ces derniers peuvent également s’étendre aux membres et entraîner une faiblesse au niveau des bras et des jambes, affectant ainsi la capacité de l’enfant à marcher ou à se tenir debout. 

Contenus sponsorisés
Loading...