La mort des parents affecte psychologiquement et physiquement la vie des adultes

La mort des parents affecte psychologiquement et physiquement la vie des adultes


La mort des parents affecte psychologiquement et physiquement la vie des adultes

Perdre un parent est l’une des choses les plus douloureuses qu’un humain puisse connaitre. Le traumatisme de cet événement peut aller bien loin que la simple tristesse, il peut affecter la personne plus profondément. Des études suggèrent que perdre un parent change un adulte à la fois psychologiquement et physiquement. Dans des circonstances plus difficiles, ces changements peuvent devenir pathologiques.

La prévisibilité ou l’imprévisibilité de la mort

Selon la psychiatre Nikole Benders-Hadi, dans le meilleur des cas, la mort d’un parent est anticipée et les familles ont le temps de se préparer à la perte, de faire leurs adieux et d’avoir du soutien, mais dans les cas où un décès est imprévu, comme dans le cas d’un accident traumatique, les enfants adultes peuvent rester dans des périodes de déni et de colère de la perte pendant de longues périodes, menant ainsi à un trouble dépressif majeur ou même un trouble de stress post-traumatique, si un traumatisme est impliqué.

Des conséquences physiques sur les adultes

Puisque le cerveau humain pleinement développé est capable de répondre à la douleur émotionnelle par les mêmes voies fondamentales, une étude de 2003 a porté sur le cortex cingulaire postérieur, le cortex frontal et les régions cérébrales du cervelet dans le traitement du chagrin. Ces régions sont impliquées dans la récupération de souvenirs et la construction du passé, mais les chercheurs ont découvert qu’elles sont également responsables de la régulation du sommeil et de l’appétit. 

D’après Jumoke Omojola, une assistante sociale à Omaha, dans le Nebraska, cela pourrait fournir une explication aux réponses différentes et uniques au chagrin et à la perte. Les changements physiologiques peuvent inclure des maux de tête, des maux d’estomac, des vertiges, une sensation d’oppression thoracique, un sommeil excessif, un sommeil insuffisant, des excès alimentaires ou un manque d’appétit.

À court terme, la neurologie a montré que la perte déclenche une détresse physique. À long terme, le chagrin met tout le corps en danger. Dans une étude publiée en 2008 dans Journal of Clinical Oncology, les chercheurs ont découvert des liens entre le deuil non résolu et l’hypertension, les troubles cardiaques, les troubles immunitaires et même le cancer. 

Il n’est pas encore clair pour les scientifiques pourquoi le chagrin déclenche de tels problèmes de santé, mais selon une théorie, lorsque le système nerveux sympathique est toujours activé en réaction de combat ou de fuite, cela peut provoquer des modifications génétiques à long terme. Ce type de dérégulation cellulaire est aussi la façon dont les cellules cancéreuses métastasent.

Les conséquences psychologiques

Dans les douze mois qui suivent la perte d’un parent, le manuel de diagnostic et statistique des troubles mentaux de l’American Psychological Association considère qu’il est sain pour les adultes qui ont perdu leurs parents de vivre une gamme d’émotions contradictoires, y compris la tristesse, la colère, la rage, l’anxiété, le vide, la culpabilité, le remords et le regret.

Comme toujours, le contexte est important. Une mort soudaine et violente augmente le risque de développer un trouble du deuil chez les survivants. Lorsque l’enfant adulte a une relation houleuse avec un parent, le décès peut être doublement douloureux, même si la personne en deuil se tait et fait semblant de ne pas ressentir la perte. Selon Omojola, s’adapter est moins stressant lorsque les enfants adultes ont le temps d’anticiper la mort de leurs parents, car le fait de ne pas être en mesure de faire les adieux contribue à la dépression et à la colère. 

En même temps, les différences entre la perte d’un père et d’une mère représentent des tendances relativement faibles. Selon Nikole Benders-Hadi, un deuil compliqué peut survenir quel que soit le parent perdu. Le plus souvent, cela dépend de la relation et du lien qui existait avec le parent.