La liste noire des 17 téléphones qui émettent trop de radiations

Outil indispensable, les téléphones et les smartphones sont des objets incontournables de la société hyper connectée qu’est la nôtre. L’omniprésence des smartphones a fait d’eux un objet du quotidien. Pourtant, le Figaro et l’association 60 millions de consommateurs ont tenu à alerter quant à leur potentiel danger. Ils rapportent que l’ANFR a dressé une liste de 17 smartphones qui émettraient trop de radiations.

Avec un prix de plus en plus abordable, notre société a témoigné d’une réelle démocratisation du téléphone ces deux dernières décennies. Toutefois, certains paramètres devraient être pris en compte avant l’achat.

Le débit d’absorption spécifique, c’est quoi ?

Le débit d’absorption spécifique, dit DAS, est retrouvé sur les fiches techniques de tous les téléphones. C’est une unité utilisée par l’ANFR (l’agence nationale des fréquences) afin de mesurer les ondes qu’émettent les téléphones portables disponibles sur le marché français. Le débit d’absorption spécifique est mesuré en watt par kilogramme, car l’absorption des ondes dépend du poids de l’utilisateur.

Plus le débit d’absorption spécifique est haut, plus il y a d’ondes émises par le téléphone. En Europe par exemple, celui-ci est limité à 2 W / Kg par la loi, si un smartphone dépasse cette limite, il est interdit de vente dans l’espace européen.

Un danger plausible mais qui n’est pas avéré

Il n’existe aucun consensus scientifique qui affirme sans équivoque une association entre un débit d’absorption élevé et un impact négatif sur la santé. En effet, comme l’indique le Monde, les recherches ayant été menées sur le sujet ne permettent pas d’établir une telle affirmation, d’autres études plus approfondies devant être réalisées pour confirmer ou infirmer ce danger. Il reste néanmoins que des précautions sont prises afin de prévenir les utilisateurs de smartphone à l’image de l’Europe qui a régulé la limite DAS d’un smartphone. Ainsi, dans son article, le Figaro, rapporte que « l’Anses recommande que des mesures soient prises afin que les utilisateurs de smartphones ne soient plus exposés à des DAS supérieurs à 2W/kg » et rappelle que l’agence recommande de ne pas garder ces appareils trop près du corps.

La liste des 17 smartphones qui émettent trop de radiations

C’est donc l’agence nationale des fréquences ou encore ANFR qui a pour mission de réguler l’ensemble des radiofréquences en France. Dans ce cadre, l’ANFR a régulièrement rappelé à l’ordre certains fabricants car leur smartphone dépassait la limite européenne. Dans leur liste, on peut dénombrer les 17 smartphones suivants :

– Alcatel Pixi 4

– Allview X4 Soul Mini S

– Archos Access 50

– Echo Star Plus

– Hisense F23

– Huawei Honor 8

– Leagoo S8

– Logicom M Bot 60

– Neffos X1 TP902

– Nokia 3 (TA-1032DS)

– Nokia 5

– Nokia 6.1 (TA-1043)

– Orange Hapi 30

– Wiko Tommy 2 Bouygues Telecom

– Wiko View

– Xiaomi Mi Mix 2S

– Xiaomi Redmi Note 5

Il faut donc savoir que pour la plupart de ces téléphones, une simple mise à jour de logiciel permet de limiter son rayonnement. Si vous possédez l’un de ces téléphones, assurez-vous donc de mettre à jour votre système afin de ne pas prendre de risque.

Quelques précautions à prendre

Bien que le débit d’absorption spécifique soit limité il est fortement conseillé de faire preuve de précaution. Voici les recommandations de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire, alimentation, environnement et travail)afin de limiter les éventuelles conséquences des ondes sur votre santé :

– L’utilisation d’un kit main libre pour les personnes qui utilisent souvent leur téléphone, spécifiquement les personnes qui sont souvent en appel téléphonique.

– Lors de l’achat d’un téléphone, ne pas hésiter à consulter le DAS dans la fiche technique de celui-ci. Il ne faut pas hésiter à prendre en compte cet indice dans votre choix et se procurer un téléphone avec un DAS le plus bas possible.

– Réduire l’exposition des enfants aux téléphones

Enfin il faut faire attention face à certains fabricants qui n’hésitent à vendre des gadgets censés vous protéger des ondes mais qui se révèlent n’être d’aucune utilité. Le Parisien rapporte dans un article que l’ANSES rappelle que des objets tels que les patchs à coller sur votre téléphone ou des objets à placer sur l’étui de protection de ce dernier se révèlent sans aucune utilité face à ces ondes. Selon l’agence, ces produits dérivés « peuvent même être contre-productifs lorsqu’ils obligent le téléphone à augmenter sa puissance d’émission ».

Contenus sponsorisés
Loading...
Close