La distanciation sociale ne suffit pas pour éviter le Covid-19 : voici comment vous protéger du virus

Adopter une distanciation d’1m80 n’est pas suffisant pour se prémunir contre le coronavirus. Et pour cause, d’autres facteurs sont en cause comme celui du contact étroit qui peut causer un risque de contamination. Découvrez ce rapport qui établit les éléments responsables de cette infection.

Relayées par nos confrères de NBC News, ces mesures à prendre pour se protéger contre le Covid-19 n’impliquent pas seulement la distanciation sociale classique. Ce rapport fourni par des chercheurs américains et britannique en appelle à prendre en compte d’autres facteurs.

Prendre en compte d’autres facteurs que la distanciation physique

Ce rapport publié par des chercheurs du Massachussets Institute of Technology (MIT) et d’Oxford atteste que la distanciation physique [ndlr : 1m80] n’est pas le seul critère pour justifier une contamination. D’autres facteurs comme la ventilation d’une pièce, la taille de la foule, le port d’un masque ou encore le temps d’exposition doivent être appréhendés. Les chercheurs ont précisé que la distance physique n’est qu’une partie d’une approche de santé publique pour se protéger contre la pandémie du Sars-CoV-2. Parmi les équipements à privilégier : les masques. Ces derniers sont indispensables dans ce contexte.

« Ce n’est pas seulement 1m80 »

La co-auteure de l’étude insiste bien pour démonter cette idée reçue selon laquelle s’éloigner d’une certaine distance est suffisant pour se protéger contre le Covid-19. Lydia Bourouiba, aussi professeure agrégée de génie civil et environnemental au MIT explique : « Ce n’est pas seulement 1m80 de distance et alors tout le reste peut être ignoré ». La scientifique en appelle à distinguer une exposition à faible et haut risque. Les chercheurs à l’origine du rapport ont précisé que le virus peut être diffusé au-delà d’1m80 lorsqu’il y’a de la toux ou des cris. Certaines situations peuvent aussi augmenter le risque de contamination. 

Une distance de plus d’1m80 doit être de rigueur dans certains lieux

Si parfois une distanciation sociale d’1m80 est suffisante pour se protéger contre le Covid-19, il existe des situations plus risquées d’être contaminé. C’est le cas dans les pièces intérieures insuffisamment ventilées avec un contact prolongé mais aussi aucun revêtement facial. Dans ces circonstances, il est recommandé d’augmenter la distanciation sociale dans des endroits tels que les stades, les restaurants ou encore les bars. Dans des lieux à l’extérieur, le potentiel de contamination est faible lorsqu’il y’a peu de personne à proximité. Ces situations pourraient ne pas nécessiter une distanciation physique égale à 1m80 mais seraient adaptées à ce que cette dernière soit inférieure. Pour ceux qui font du sport en plein air, la transmission du virus est plus conséquente.

Le risque de contamination dépend de quatre facteurs

Le docteur Ezekiel Emanuel, bioéthicien qui n’a pas participé au rapport de risque établit quant à lui quatre facteurs inhérents à la contamination par le Covid-19. Pour l’expert, la taille de la foule, le fait que l’endroit soit à l’extérieur ou à l’intérieur, le temps d’exposition ou l’intensité de la respiration affecte le degré du risque. Le dernier des éléments évoque s’il y’a eu des cris ou des chants dans la pièce. L’expert indique qu’à l’extérieur, dans un lieu sans foule et dans un court laps de temps, le risque n’est pas très élevé. Pour autant, le spécialiste n’appelle pas à ne pas s’inquiéter. « Est-ce un scénario à risque zéro ? Rien ne l’est. Est-ce un scénario à faible risque. Oui » conclut-il.

« Plus loin sera le mieux »

Alors que Lindsey Marr, professeur de génie civil et environnemental à Virginia Tech confirme qu’une distance d’1m80 minimum doit être respectée à l’intérieur, elle ne fait pas de cet éloignement un moyen d’atteindre le risque zéro. « Les gens ont trop d’attentes sur le 1m80 imposé comme étant une ligne de démarcation entre risqué et sûr. Cela montre que nous savons que cette mesure est une ligne directrice mais que plus loin sera le mieux » recommande-t-elle. L’experte recommande toutefois de porter un masque même si la distanciation est respectée. « Nous devrions le porter à tout moment lorsque nous sommes à l’intérieur avec d’autres personnes en dehors de chez nous » affirme-t-elle. Elle ajoute qu’au-delà de ces éléments, le temps d’exposition est aussi à prendre en compte pour évaluer le risque de contamination.

« Cela augmente leur risque »

Eleanor Murray, épidémiologiste à la Boston University School of Public Health invite aux responsables de la santé publique de prendre en compte ces informations. L’experte félicite les scientifiques de leur approche synthétique qui peut aider ceux qui travaillent dans le domaine des épidémies. La spécialiste des infections applique ces informations à la rentrée des classes malgré la séparation d’1m80 entre chaque élève. Elle indique que même s’ils respectent la distanciation sociale, le temps prolongé peut présenter un risque malgré une absence de contact physique.

Lire aussi « Ils vivent ensemble et partagent un lit » – Pourquoi l’un est positif au COVID-19 et l’autre non

Contenus sponsorisés