La chose la plus intelligente qu’une femme puisse faire c’est d’apprendre à ne jamais avoir besoin d’un homme

Dans un contexte plus historique, les femmes étaient « dépendantes » des hommes puisque ces derniers subvenaient aux besoins du foyer. Une inégalité somme toute « non naturelle » mais historiquement construite. Ce n’est qu’au début du 20ème siècle que les femmes ont commencé leur émancipation. Elles n’étaient désormais plus tributaires de l’homme concernant la satisfaction des besoins matériels et pouvaient enfin accéder à l’instruction, à la culture ou au droit de vote dans les sociétés occidentales du moins. Dans les pays où règne la modernité et la liberté du corps, elles peuvent en principe, se dispenser de l’homme.

Malgré tout, et encore aujourd’hui, subsistent des dictats contre lesquels la femme devrait faire face. Apprendre à ne pas avoir besoin d’un homme implique de s’émanciper du regard et du rôle parfois réducteur que la société veut bien lui donner. Malheureusement, notre société garde toujours les séquelles d’un passé inégalitaire.

Dans ce contexte, beaucoup de femmes continuent toujours de braver des obstacles pour mieux se construire et se développer en tant qu’individus sans éprouver le « besoin » de se lier à homme. De plus en plus, elles peuvent partager leur vie avec un homme sans pour autant dépendre financièrement et émotionnellement de ce dernier. Voici à cet effet, une sélection de qualités propres à ces femmes indépendantes.

Elle a sa propre perception des choses

Une femme qui n’attend pas hurler la sirène du « besoin » de l’autre, n’a pas peur des résultats ou conséquences de ses actions. Ces dernières sont déterminées par des convictions et règles marquées au fer rouge. Avoir ses propres règles sans pour autant qu’elles empiètent sur l’intégrité de l’homme, ou plus généralement sur celles d’autrui, est une qualité louable et séduisante qui plus est.

Elle exprime ses opinions

Des opinions construites et forgées au gré du temps et du vécu se doivent d’être légitimement exprimées que l’on soit homme ou femme. Cette dernière n’oublie pas qu’il y a autant d’individus que d’opinions et à fortiori, ne se laissera pas influencer par un amas de conseils sur le bon chemin à arpenter tant elle a sa propre éthique.

Elle n’a pas besoin de validation

Le besoin de validation est quelque part ancré en chacun de nous, mais il faudrait le dompter et savoir s’en passer et ça, la femme indépendante l’a bien compris. Sa détermination et son assurance ne sont pas dépendantes de la validation d’autrui mais plutôt de ses expériences personnelles. Cette qualité lui confère un caractère qui ne vacille pas ou que très rarement en fonction de la dynamique de son entourage.

Elle ne cède pas à l’autorité

Le danger guette tout le monde et pourtant, l’esprit téméraire de la femme indépendante, bien qu’ayant conscience des risques, la garde d’être intimidée par la hiérarchie autoritaire ou par toute autre forme de figure « supérieure ». Et pourtant, intégrité et respect d’autrui la caractérisent tout autant. Avis aux détracteur et autres personnes toxiques, elle n’est pas prête à céder à la peur et aux dépréciations venimeuses.

Elle n’a pas « besoin » d’un homme

Une femme qui n’éprouve pas le besoin d’avoir un homme dans sa vie ne l’empêche pas d’avoir envie d’amour. Toutefois, le besoin permanent d’affection est loin de la qualifier.

Elle n’a pas besoin qu’on l’apprécie

Il est tout bonnement impossible pour quiconque d’être apprécié par tout le monde. La lucidité d’une femme forte est de mise quand il s’agit d’accepter cette réalité qui « va de soi ». Bien qu’elle puisse être froissée par moments, car elle n’est pas faite de pierre, elle ne se permet pas d’être perturbée quand elle ne reçoit ni validation ni sympathie malgré l’absence de mauvaises intentions de sa part.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close