La castration chimique des pédophiles peut commencer ! Les 2 000 premières injections sont prêtes à l’emploi

La castration chimique des pédophiles peut commencer ! Les 2 000 premières injections sont prêtes à l’emploi


La castration chimique des pédophiles peut commencer

L’ancienne République soviétique du Kazakhstan est sur le point de castrer chimiquement environ 2 000 pédophiles condamnés dans un contexte de flambée de viols d'enfants dans ce pays sans littoral. Le pays a adopté une nouvelle loi autorisant les castrations chimiques pour réduire la libido et lutter contre les pulsions et les récidives des délinquants sexuels. Cette information a été relayée par nos confrères du Mirror. 

À l’époque, le sénateur Byranym Aitimova avait révélé que la castration « temporaire » se présentait sous la forme d’une « injection unique ». Le traitement a pour but d’empêcher un délinquant de commettre des agressions sexuelles.

La plupart des castrations chimiques ne durent pas toute la vie et sont considérées comme réversibles. Le médicament, la cyprotérone, est un anti-androgène stéroïdien créé à l’origine pour les patients atteints de cancer. Quand il est administré par injection, il va considérablement réduire la libido d’une personne. Les critiques ont averti qu’il n’était pas garanti que la procédure prévienne les agressions sexuelles répétées.

Des castrations chimiques ont été utilisées dans plusieurs pays du monde, notamment en Australie, Corée du Sud, Russie et Pologne, pour lutter contre les délinquants sexuels. Elles sont généralement accordées en échange de peines de prison plus légères.

Comment protéger les enfants des prédateurs sexuels ? 

  1. Reconnaître le mythe du danger étranger

Nous avons tendance à penser aux abus sexuels perpétrés par des inconnus qui se cachent autour d’un terrain de jeu ou d’un parc ou qui approchent des enfants dans des camionnettes blanches. Ce n’est pas le cas. En fait, 93% des personnes sont maltraitées par une de leurs connaissances. Ainsi, bien que vous deviez prendre en compte le risque de personnes inconnues, considérez également le risque de probablement connaitre ces personnes.

  1. Savoir où se produit l’abus

Des lois ont été élaborées pour éloigner les délinquants sexuels condamnés des lieux de fréquentation d’enfants, comme les parcs, les écoles et les garderies. Cependant, environ 75% des abus sexuels sur des enfants ont lieu au domicile de la victime, du délinquant ou de leur lieu commun. 

  1. Savoir quand il y a abus

Alors que nous considérons le sexe comme une activité nocturne, la plupart des abus sexuels se produisent en réalité après les heures de classe (entre 15 et 18 heures) et pendant les mois d’été. Ce sont les moments où les parents qui travaillent sont les moins susceptibles d’être présents. Examinez attentivement la possibilité de laisser un enfant sans surveillance pendant ces périodes et établissez fréquemment les règles de sécurité pour rester seul à la maison.

  1. Connaître les limites des registres des délinquants sexuels
Bien que savoir qui habite dans votre quartier puisse être utile, la plupart des condamnations pour infraction sexuelle sont commises par une personne ne figurant pas sur un registre. En France, 65% des viols sur mineur sont le fait d’une connaissance, les agresseurs sont des mineurs dans 25% des cas, des hommes dans 96% des cas et un proche dans 94% des cas.

  1. Enseignez à vos enfants que leur corps leur appartient

Respectez leur décision de refuser les chatouilles, les câlins et les bisous. Cela peut être difficile pour les parents et les grands-parents qui veulent montrer de l’affection. Néanmoins, nous voulons donner aux enfants le message qu’ils contrôlent qui peut les toucher et quand, et nous devons donc respecter leurs souhaits.

  1. Surveillez ce que vos enfants font sur internet

Conservez les appareils numériques dans les espaces communs et informez les enfants que vous avez un mot de passe pour y accéder. Parlez à vos enfants du risque de communiquer en ligne avec des inconnus via des applications ou des jeux, et de l’importance de ne pas révéler leur identité.

  1. Communiquez avec vos enfants

Que votre enfant ait 4 ou 14 ans, la chose la plus importante que vous puissiez faire est d’avoir une communication ouverte et régulière avec lui. Cela lui facilitera la tâche si quelque chose se passe ou que quelque chose ne lui convient pas.