La cannelle, un espoir pour la maladie de Parkinson

Une étude de juin 2014 diffusée dans le Journal of Neuroimmune Pharmacology montre les effets probants de la cannelle pour bloquer la progression de la maladie de Parkinson chez la souris.

Sommaire

Les chercheurs prévoient déjà une prochaine expérimentation clinique sur l’être humain pour valider ces effets.

cerveau

Cerveau – Source : spm

Le benzoate de sodium, métabolisé dans le foie après une ingestion de cannelle, a été identifié comme la substance active. D’après les chercheurs, celle-ci permet d’inverser les modifications biomécaniques, anatomiques et cellulaires produites dans le cerveau des souris atteintes de maladie de Parkinson. Elle aurait une influence positive sur deux marqueurs sanguins (Parkin et DJ-1) en baisse dans cette maladie et protégerait les neurones dopaminergiques. En effet, ces cellules nerveuses diminuent en nombre chez les parkinsoniens, ce qui provoque une carence en dopamine à l’origine des troubles comme les tremblements ou la raideur musculaire. Rien ne sert d’attendre les prochaines recherches, nous pouvons dès maintenant protéger nos neurones grâce à la cannelle !

Surtout que d’autres études confirment déjà bien d’autres vertus (antidiabétique, antihypertensive, anti-ulcéreuse etc.) vantées depuis des siècles par les médecines traditionnelles.

Lire aussi À quoi servent réellement les petits boutons sur les poches de jeans ?

Contenus sponsorisés