« Je suis jeune, en bonne santé, je fais de l’exercice cinq fois par semaine et j’ai quand même eu le covid-19 » voici mes symptômes

Encore inconnu il y a quelques mois, le coronavirus est aujourd’hui au centre de toutes les attentions. Et pour cause, ce qui au début était considéré comme une simple « grippette » fait aujourd’hui des milliers de morts à travers le globe. Depuis sa propagation, la quasi-totalité des pays a pris des mesures radicales afin de limiter les risques de transmission et de contamination. Une prise de conscience indispensable compte tenu de la vitesse de contagion du virus qui est apparu en Chine. Après avoir été contaminée, Nadia Ackerman, une jeune femme sans problème de santé sous-jacent, décrit à Women Health les symptômes du covid-19.

Alors qu’il était suggéré que les patients les plus vulnérables face au covid-19 étaient les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques, de plus en plus de jeunes en bonne santé développent des formes grave de l’infection. Si beaucoup se pensaient jusque-là « intouchables », l’OMS a tiré la sonnette d’alarme en leurs demandant de faire attention. « Vous n’êtes pas invincibles », a déclaré Tedros Ghebreyesus, directeur de l’agence spécialisée en s’adressant à cette tranche de la population.

Nadia Ackerman, une quinquagénaire qui vit à New York a malheureusement sous-estimé la virulence du coronavirus et a fini par en payer les frais. Elle raconte son histoire.

« Je me considère comme un individu soucieux de sa santé »

Nadia Ackerman a plus d’une corde à son arc. Chef d’entreprise, auteur-compositeur-interprète et illustratrice, elle vit à 100 à l’heure. « Quand je n’écris pas ou ne dessine pas, vous pouvez me trouver entrain de m’entrainer » témoigne la jeune femme qui se dit également soucieuse de sa santé. Elle ajoute : « Je ne fume pas, ne bois pas et je suis végétarienne. Je fais de l’exercice cinq fois par semaine, en alternant entre des séances de Vinyasa et des cours de Crossfit ». Un mode de vie qui ne l’a pourtant pas protégé du nouveau coronavirus.

Un événement de trop

C’est lors d’un diner organisé par le consulat australien que Nadia pense avoir été contaminée, un événement auquel elle aurait aimé « ne jamais avoir assisté », confie-t-elle. Deux jours plus tard, la jeune femme présente les premiers symptômes du covid-19.

Le matin du 12 mars, Nadia est prise d’une toux qu’elle qualifie de « dure et agressive », des manifestations qu’elle attribue dans un premier temps à une possible allergie printanière. C’est lorsque sa température monte en fin de journée que Nadia commence à douter d’une éventuelle contamination au virus qui se propageait depuis déjà deux mois aux Etats-Unis.

Des nouveaux symptômes qui apparaissent

Dès l’apparition des premiers signes, Nadia décide de se rendre à l’hôpital. Les médecins l’examinent mais ne peuvent pas lui faire passer de test. « Il [le médecin, NDLR] a vérifié ma température et j’avais près de 38 de fièvre. Il m’a expliqué que pour être testée au covid-19, il fallait que j’aie plus de 39 de fièvre ». L’équipe de santé lui conseille alors de rentrer chez elle et de revenir si ses symptômes s’aggravent.

Quelques jours plus tard, Nadia souffre de maux de tête, de diarrhée, d’une perte d’appétit, de goût et d’odorat. C’est alors que concubin commence également à présenter des signes de la maladie. « Il a eu exactement les mêmes symptômes que moi et avait 39 de fièvre. Je me suis dit qu’il fallait que je prenne soin de lui même si j’étais malade ».

nadia
Hearstapps

Le 18 mars, le compagnon de Nadia est admis aux urgences. Elle doit donc rentrer chez elle seule et se sent de plus en plus faible. « Après l’avoir déposé à l’hôpital, je suis rentrée à la maison et je n’ai pas bougé de mon lit pendant quatre jours » raconte-t-elle. C’est lorsque son petit ami parle de ses symptômes à son médecin que ce dernier lui conseille d’appeler une ambulance. La jeune femme a finalement pu être testée positive au coronavirus.

Aujourd’hui et après avoir été mise en quatorzaine Nadia se sent mieux. Elle a repris des forces progressivement et aimerais que l’on puisse apprendre de son expérience afin que l’on puisse prendre ses précautions et ne pas sous-estimer le coronavirus.

Comment se protéger du nouveau coronavirus ?

Pour éviter les risques de transmission et de contamination, l’une des mesures les plus importantes à adopter est celle de rester chez soi. Et pour cause, en l’absence de traitement ou de vaccin, le confinement est pour l’heure le seul moyen de limiter la propagation de l’épidémie. Pour se protéger, l’OMS recommande notamment de se laver régulièrement les mains, de respecter les distances de sécurité et d’éviter de se toucher les yeux, le nez et la bouche.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close