x

« Je préfère que vos enfants refassent une année plutôt que de mourir » avait affirmé un directeur d’école aux parents

Après que le Premier Ministre britannique Boris Johnson ait annoncé que le retour à l’école se ferait le 1er juin, le directeur d’une école primaire a envoyé une lettre saisissante aux parents d’élèves en les informant que l’école resterait fermée car le risque pandémique était encore là. Il a déclaré qu’il préférerait de loin que les élèves refassent une année scolaire plutôt que de voir des parents perdre leurs enfants à cause du coronavirus mortel. Le témoignage du directeur Howard Fisher nous est relayé par le média britannique Metro.

Le directeur d’une école primaire en Angleterre a écrit une lettre aux parents d’élèves afin de les informer qu’il n’était pas prêt à accueillir leurs enfants au sein de son établissement le 1er juin. Le jeune homme a expliqué dans sa lettre que la situation était encore trop dangereuse à ses yeux et qu’il n’était pas prêt à risquer la vie des élèves en les faisant retourner à l’école trop tôt.

enfants refassent une année plutôt que de mourir

Une lettre poignante 

Howard Fisher, directeur de l’école primaire St George’s Church, située en Angleterre, a parlé ouvertement aux parents d’élèves de ses inquiétudes quant au retour des élèves à l’école alors que la pandémie de coronavirus n’est pas terminée.

Dans une lettre qu’il a écrit aux parents, il affirme qu’il préférerait de loin que les enfants “refassent une année plutôt qu’ils ne reviennent à l’école trop tôt, et que certains parents perdent leurs enfants”.

Le Premier Ministre Boris Johnson avait préalablement annoncé que dans le cadre du plan de reconstruction du Royaume-Uni, le retour des enfants à l’école se ferait à partir du 1er juin. Cette décision était essentiellement basée sur le taux de nouvelles infections qui se situait entre 0,5 et 0,9 et qui encourageait donc un retour progressif à la normale.

Cette donnée n’a toutefois pas suffi à convaincre Howard Fisher qui dit n’avoir entendu aucune information qui le rassurerait à l’idée d’accueillir des enfants de quatre, cinq, six et onze ans à l’école en ces conditions.

“La distanciation sociale à l’école n’existe pas, et n’existera jamais”, a-t-il martelé.

Il a également dénoncé l’absence de plan pour le retour à l’école avant l’annonce du Premier Ministre :

“Nous n’avons reçu aucun plan de la part du gouvernement avant l’annonce d’hier soir. Ils arriveront surement cette semaine en suggérant la distanciation sociale, moins d’élèves à l’école, diviser les élèves, des déjeuners et rentrées/sorties décalés, etc.”, a-t-il poursuivi.

La lettre en question a été partagée sur la page Facebook de l’établissement scolaire et a reçu un soutien considérable de la part des internautes.

Un risque non négligeable 

Le retour des enfants à l’école constitue indéniablement un risque conséquent en raison de la rapidité de propagation des maladies dans un tel environnement.

La raison pour laquelle les maladies d’enfance se propagent autant à l’école est… surprise ! C’est parce qu’on est tout le temps en contact avec les autres”a affirmé Howard Fisher.

Ce risque est d’autant plus important que le coronavirus se propage plus rapidement que la plupart des autres maladies. Le risque de contamination des proches de l’enfant est également à prendre en considération étant donné que de nombreux enfants sont porteurs sains du virus mais restent très contagieux.

Par ailleurs, plus de 70 écoles ont dû fermer leurs portes en France en raison de la multiplication de cas de coronavirus au sein des établissements scolaires.

Les lignes directrices du gouvernement 

Tel que prédit par Howard Fisher, les recommandations du gouvernement furent de réduire le nombre d’élèves par classe et de décaler les entrées, sorties et déjeuners des enfants pour éviter qu’il n’y ait trop d’enfants dans un seul espace, tout en demandant aux enseignants d’encourager les élèves à se laver les mains pendant 20 secondes.

Surveiller l’état de santé de votre enfant 

Le retour des enfants à l’école étant au final parfois inévitable, il est primordial de s’assurer qu’il se fasse dans de bonnes conditions.

Dans ce sens, il faut prendre le temps de parler à votre enfant et lui expliquer l’importance des gestes barrière afin qu’il les applique rigoureusement à l’école. Ensuite, il est également crucial de surveiller l’état de santé de votre enfant de près afin de détecter l’apparition d’éventuels symptômes suffisamment tôt.

Si vous avez le moindre doute au sujet de l’état de santé de votre enfant, il est important d’en parler à votre médecin traitant dans les plus brefs délais.

Contenus sponsorisés
Loading...