« Je continuerai à me protéger un maximum du Coronavirus » Le cri du coeur d’une maman

Si l’annonce du déconfinement tant attendu a ravi de nombreuses personnes, elle a également nourri l’angoisse de beaucoup d’autres qui ne se sentent pas prêtes à “vivre avec le virus”. Suite à de longs mois d’isolation, les premières se réjouissent de pouvoir enfin retrouver une vie sociale normale, tandis que les autres sont déterminées à rester prudentes face à la menace du virus Covid-19. Dans cet article, nous vous faisons part du témoignage d’une maman qui explique pourquoi elle compte continuer à se protéger de manière excessive du coronavirus.

Bien que le Covid-19 ait obligé une myriade de pays à confiner leurs populations, l’heure est venue de reprendre un train de vie plus ou moins normal afin de tenter de rattraper le retard occasionné par le confinement. Seulement, le retour à la vie “normale” ne devrait pas être synonyme de manque de prudence. Katie Cloyd nous explique pourquoi il est hors de question pour elle de reprendre une vie tout à fait normale tant que le virus est encore là.

Une menace plus présente que jamais

Alors qu’une pléthore de pays ont annoncé un déconfinement progressif, de nombreux nouveaux cas continuent d’être déclarés partout dans le monde, prouvant que la menace du Covid-19 est toujours bien présente.

Par ailleurs, cette menace est en réalité aujourd’hui plus présente que jamais en raison de la fin du confinement et de la reprise de la circulation. En effet, plus les gens circulent, plus le virus circule également et expose des populations entières à des risques considérables.

La réouverture des écoles comporte également un risque conséquent de prolifération du virus parmi les élèves, les enseignants et leurs familles respectives.

La prudence est de rigueur

prudence

instagram

Pour Katie Cloyd, il n’est pas question de prendre le Covid-19 à la légère sous prétexte que nous sommes désormais habilités à reprendre un train de vie plus ou moins normal.

“Ma famille est toujours très prudente vis-à-vis du Covid-19. Nous ne sommes plus totalement confinés comme en mars, avril et mai, mais nous sommes très prudents”, a-t-elle raconté sur le forum Scary Mommy.

Par ailleurs, cette maman prend la distanciation sociale très au sérieux, au point qu’elle s’interdit et interdit à ses enfants d’interagir avec toute personne extérieure à leur foyer.

“Je n’ai plus revu la plupart de mes copines depuis février. Mes enfants jouent seulement ensemble depuis presque 4 mois”, a-t-elle écrit.

Un allègement progressif

Depuis que son mari a repris le travail, Katie a décidé d’alléger les règles de distanciation sociale de la famille.

“Mes enfants ont désormais le droit d’être dans la voiture quand je vais récupérer mes courses. Je permets à mon fils aîné de m’accompagner dans le magasin du moment qu’il porte un masque et garde ses distances”, a déclaré Katie.

fils de katie

instagram

Toutefois, la maman veille toujours à ce que sa famille se montre prudente face au virus.

“Notre zone a repris un train de vie normal, tout est ouvert, mais ma famille continue à ne pas trop s’éloigner de la maison, à porter des masques, à utiliser du gel hydroalcoolique et à éviter toute interaction sociale”, a-t-elle assuré.

De ce fait, Katie a expliqué que sa famille et elle-même s’interdisaient toujours d’aller au restaurant, d’emmener les enfants dans des endroits publics, de faire les courses aux heures de pointe, ou même d’organiser des barbecues avec des amis.

L’anxiété liée au Covid-19

Dans son témoignage, Katie a pris soin de préciser qu’elle n’était pas paralysée par la peur, mais qu’elle s’inquiétait réellement pour elle-même, pour sa famille ainsi que pour son entourage.

“Je ne veux pas de ce virus pour moi ni pour ma famille. Je ne sais pas comment on s’en sortirait, et ses effets sur le long terme sont encore inconnus. Des personnes de tout âge tombent très malades et en meurent même. Non merci”, peut-on lire dans le témoignage de la maman.

“Mais ce n’est pas seulement pour nous que je m’inquiète, j’ai peur de le transmettre aux autres. La transmission pré-symptomatique est réelle, et vu que nous ne sommes pas en isolation complète, il y a toujours un risque qu’on soit porteur du virus sans avoir de symptômes”, a-t-elle poursuivi.

Vivre avec le virus

Bien que l’idée qu’il faille cohabiter avec le coronavirus puisse sembler terrifiante, il ne faut pas se laisser vaincre par l’anxiété et laisser cette dernière nous empêcher de vivre.

Ne sachant pas quand le virus pourra être éradiqué définitivement, il est important de trouver un juste équilibre entre la prudence et le retour à la vie “normale”.

Pour pouvoir reprendre un train de vie normal tout en vous protégeant du Covid-19, il suffit de continuer à appliquer les mesures sanitaires préventives religieusement et de respecter la distanciation sociale autant que possible.

Lire aussi Un infirmier viole un patient atteint de Covid, 24h00 avant de mourir dans un hôpital

Contenus sponsorisés