J’ai eu une érection pendant 3 semaines : voici à quoi à ressemblé mon expérience

Une érection se définit comme un mécanisme naturel qui se produit généralement suite à une excitation sexuelle. Elle survient lorsque le sang s’accumule dans les corps caverneux et entraîne une rigidité du pénis. Dans la croyance collective, l’érection est gage de bonne santé. Toutefois, il existe certaines pathologies peu connues du grand public qui prouvent que ce n’est pas toujours le cas. Dans un témoignage rapporté par The Guardian, on découvre qu’un homme a subi une érection persistante durant trois semaines avant d’être pris en charge par des médecins. 

Nous avons tous déjà entendu parler de la dysfonction érectile. Ce trouble sexuel peut être causé par de nombreux facteurs et entraîne une incapacité à avoir une érection ou à la faire durer durant le coït. Perturbant considérablement la vie intime d’un couple, ce désagrément peut pousser les hommes à chercher des solutions pour la combattre.

Malheureusement il arrive parfois que certains fassent des choix dangereux qui compromettent leur santé. Découvrez le récit troublant d’un homme qui a subi une érection persistante, comme le révèle The Guardian.

Il voulait une érection durable

L’homme, qui a souhaité garder l’anonymat, a vécu une expérience inattendue alors qu’il menait une vie sereine. Il venait de déménager à Berlin et avait un nouveau partenaire avec qui il entretenait une relation libre. Un jour, alors qu’il devait se rendre à une soirée, l’homme a bu quelques verres d’alcool à la maison avec un ami. En sachant qu’il avait du mal à avoir une érection lorsqu’il consommait de l’alcool, il a pris du Viagra avant de sortir. Ainsi, pendant la soirée, il a rencontré un infirmier qui a décidé de le raccompagner chez lui. Une fois arrivé à la maison, ce dernier lui a proposé une injection pour rendre son érection plus ferme et durable. “C’était la plus grosse erreur de ma vie”, affirme l’homme. Lui qui avait horreur des seringues a consenti à subir une injection pénienne pour obtenir la tumescence souhaitée. “C’était inconfortable, mais pas douloureux, et ça a fonctionné”, précise-t-il. Dès lors, le cauchemar a commencé.

Il a atterri à l’hôpital

L’homme s’est réveillé avec une érection et a tenté de mettre de la glace sur son sexe pour y remédier. Après avoir passé la soirée dehors, il espérait voir son érection diminuer. Mais à cinq heures du matin le lendemain, rien n’avait changé si ce n’est qu’il commençait à avoir extrêmement mal. Il a avalé des antalgiques, mis des packs de glace sur son sexe et pris un bain chaud pour tenter de résoudre ce problème, mais en vain. Inquiet, il a contacté les urgences et a été transporté à l’hôpital avec des douleurs atroces.

Les médecins ont dû insérer des aiguilles de différentes tailles au niveau du corps caverneux. En réalité, ils devaient aspirer lentement le sang grâce à une seringue pour faire baisser la pression sanguine. L’homme a également appris que plus l’érection persistait, plus il courait de risques d’avoir des dommages conséquents. “C’était la période la plus sombre de ma vie”, révèle-t-il.

Le lendemain, il devait subir une intervention chirurgicale pour provoquer la détumescence. Suite à l’opération, l’homme était heureux de constater que sa douleur s’était atténuée, mais l’érection persistait. Ainsi, ce n’est qu’après trois semaines que sa tuméfaction diminuait progressivement. “N’injectez jamais à votre pénis une substance inconnue”, conseille l’homme, en précisant que toute érection qui dure plus de quatre heures nécessite de se rendre aux urgences.

Priapisme : une érection qui peut engendrer des lésions irréversibles

Si l’histoire de cet homme vous a étonné, sachez qu’il existe un certain nombre de choses que nous ignorons au sujet du pénis. Le priapisme se définit comme une érection qui dure plus de quatre heures en dépit de toute stimulation sexuelle. Généralement, cette érection engendre une douleur et nécessite une prise en charge d’urgence. En effet, elle peut donner lieu à des dommages irréversibles susceptibles de nuire à la capacité d’avoir une érection à l’avenir. On distingue généralement deux types de priapisme, au-delà du priapisme considéré récidivant :

Le priapisme à bas débit ou ischémique :

L’érection devient douloureuse après quelques heures et nécessite un traitement urgent, explique l’Association Française d’Urologie dans une publication. Puisque ce sont les corps caverneux qui empêchent le sang de circuler, le gland, lui, reste mou. Ce priapisme est le plus fréquent et nécessite une prise en charge immédiate puisque les cellules péniennes sont privées d’oxygène.

Le priapisme à haut débit ou non ischémique :

L’érection peut ne pas être douloureuse puisqu’une fistule artério-veineuse permet aux cellules du pénis de s’oxygéner. Le gland garde une tumescence et l’érection peut fluctuer.
En raison des risques de dysfonction érectile permanente qui existent, il est primordial d’intervenir au plus vite en cas d’érection persistant plus de quatre heures.

Lire aussi “Nous essayons d’avoir un bébé depuis deux ans, mais j’ai des problèmes d’érection”

Contenus sponsorisés