x

« J’ai attendu six mois pour faire l’amour avec ma copine pour découvrir qu’elle a un pénis »

Opinion

La situation à laquelle est exposée cet homme est insolite. En détresse, il a souhaité demander conseil pour éclairer sa lanterne. Découvrez l’histoire de celui qui, après six mois d’abstinence, réalise que sa petite amie avait un pénis. Il se confie sur cette relation hors du commun et demande s’il doit continuer à la fréquenter.

Relayée par nos confrères du site britannique The Sun, l’idylle de ces tourtereaux n’est pas comme les autres. Et pour cause, après avoir attendu six mois pour faire l’amour, il découvre que sa belle a… un sexe d’homme.

Il a eu un véritable coup de foudre

En se confiant à Deidre, celle qui répond aux confessions des lecteurs de ce journal, un homme raconte son histoire exceptionnelle. C’est lors d’une fête qu’il a un coup de cœur pour une femme. Il raconte : « Elle n’était pas la plus jolie mais elle me fascinait » Après que son cœur se soit emballé, les deux ont passé toute la soirée ensemble et ont commencé à se fréquenter. Les jeunes gens de la vingtaine ont décidé de prendre leur temps parce qu’ils étaient vierges tous les deux. Seulement, la dulcinée de ce jeune homme aura omis de lui confier un détail avant les six mois d’abstinence sur lesquels les amants s’étaient accordés. 

Une surprise de taille après 6 mois

Après les mois de chasteté auxquels les partenaires vierges ont consenti, est venu le jour J. L’homme épris témoigne de cette nuit qui l’a sidéré. « « Quand elle a finalement dit qu’elle était prête et que je l’ai finalement vue nue […] j’ai pensé : « Qu’est-ce que c’est que ça ? » » Seulement, le pénis qui l’a surpris ne l’a pas empêché d’avoir une relation sexuelle avec la femme qu’il aimait. Il raconte que leur première nuit d’amour était « gênante » mais qu’au final, ils avaient tous deux apprécié de consommer leur union. Une réaction qui peut parfois être complètement opposée, à l’instar de ce couple qui avait fini par se séparer lorsque le mari a appris que sa femme était un homme.  

Il craint d’être gay après avoir eu des relations avec sa petite amie transsexuelle – Source :  Getty Images

Il s’interroge sur son orientation sexuelle

C’était la première fois pour ces partenaires. L’homme perturbé raconte : « Elle m’a dit que j’étais le premier garçon avec qui elle avait couché. Je lui ai dit que ça allait parce que c’était la première fille aussi ». Sa petite amie lui a expliqué qu’elle comptait bien faire une intervention de changement de sexe. Son compagnon lui a dit que quelle que soit sa décision, il l’aimerait toujours. Seul bémol : le petit ami ne sait pas si cela veut dire qu’il est homosexuel. « Je ne me sens pas gay parce que pour moi ma copine est une fille » confie-t-il sur le site. Une inquiétude à laquelle répondra Deidre avec bienveillance. « Ne vous souciez pas des étiquettes. Tant que votre relation amoureuse et sexuelle fonctionne pour vous deux, tout va bien » éclaire la femme qui répond aux courriers des lecteurs du Sun. 

Des difficultés de la communauté transgenre

Relayé par nos confrères de Sciences et Avenir, les défis auxquels sont confrontés les transsexuels sont multiples. La transition d’un sexe à l’autre s’opère avec une évaluation psychiatrique afin de confirmer « une dysphorie de genre », à savoir une souffrance en raison du genre assigné à la naissance. Après cette autorisation, tout un traitement médical s’ensuit pour la personne qui souhaite changer de sexe comme l’arsenal hormonal ou encore l’opération. Clémence Zamora Cruz, porte-parole d’Inter-LGBT explique que le passage devant une communauté pluridisciplinaire médicale peut entraîner une « fragilisation de la personne obligée de justifier son identité ». Considérer la transsexualité comme un phénomène psychiatrique est selon la militante une violence en soi.  Désormais, cette orientation sexuelle gagne en visibilité. Des poupées transgenres sont même vendues dans des magasins de jouets en Russie. 

Contenus sponsorisés
Loading...