Faux : le cocaïne et l’eau de javel ne sont pas des remèdes contre le coronavirus

Depuis le début de l’épidémie virale causée par le Covid-19, le monde entier est en panique. Actuellement, on compte près de 113 773 contaminations et plus de 4000 morts à l’échelle internationale. Face à ce bilan alarmant, nombreux sont ceux qui se noient dans une véritable psychose. En effet, l’épidémie a créé un climat d’anxiété et de terreur qui s’est traduit par des réactions irrationnelles. Comme si cela ne suffisait pas, plusieurs rumeurs et fausses informations circulent sur les réseaux sociaux, engendrant une inquiétude sans précédent. Selon le Washington Post, certaines personnes pensent que se gargariser avec de l’eau de javel ou prendre de la cocaïne permettrait de prévenir ou de traiter le coronavirus.

Aux États-Unis, le nombre de personnes contaminées par le coronavirus dépasse les 1000 cas, rapporte le Washington PostDonald Trump, qui s’est voulu rassurant au début de l’épidémie en déclarant “cela va disparaître, il faut juste rester calme”, est aujourd’hui critiqué pour son optimisme injustifié. Parallèlement à l’évolution de l’épidémie, la propagation des fausses informations sur les réseaux sociaux est un phénomène qu’il convient de surveiller. Comme l’a expliqué Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS “nous ne combattons pas seulement une épidémie, nous combattons aussi une infodémie”.

Les agences gouvernementales luttent contre les fausses informations

Plusieurs mythes se répandent sur les réseaux sociaux concernant d’éventuels traitements qui peuvent s’avérer efficaces contre le coronavirus. Pourtant, l’OMS tente tant bien que mal de mettre fin à cette infodémie qui incite les gens à adopter des comportements dangereux. Selon les médias, certains auraient déclaré que se gargariser avec de l’eau de javel pouvait prévenir cette pneumonie virale. D’autres ont fait circuler une rumeur selon laquelle la cocaïne pouvait tuer le Covid-19. Pour lutter contre ces informations trompeuses, l’OMS a mis en place une page contenant les mesures à prendre pour se protéger efficacement contre le coronavirus. En outre, l’organisation a collaboré avec plusieurs plateformes pour signaler et bloquer certains contenus suspicieux.

Par ailleurs, la Food and Drug Administration et la Federal Trade Commission ont envoyé des avertissements aux sociétés qui vendent des substances illicites. “Les gens doivent gérer la peur qui découle du sentiment qu’ils n’ont pas le contrôle sur quelque chose d’aussi important que leur santé et leur sécurité physique”, a annoncé Christopher J. Bryan, professeur adjoint en sciences du comportement à la University of Chicago Booth School of Entreprise.

L’expert a ainsi rappelé que la seule mesure efficace pour prévenir l’infection était un lavage correct et régulier des mains. Par ailleurs, certaines personnes pensent pouvoir booster leur système immunitaire grâce à des remèdes naturels comme l’ail pour permettre à leur corps de combattre le virus. Mais l’OMS a déclaré qu’aucune preuve n’appuyait le fait que l’ail pourrait protéger du Covid-19. Lors d’une émission télévisée, le télévangéliste Jim Bakker avait reçu un naturopathe qui aurait allégué qu’une solution de nitrate pouvait lutter contre le virus. “Il avait été testé sur d’autres souches de coronavirus et il avait pu les éliminer dans les 12 heures”, avait-il déclaré. Suite à cette intervention, la FDA et la FTC ont envoyé une lettre d’avertissement au télévangéliste. Ainsi, les autorités gouvernementales américains essayent d’inciter les gens à faire preuve de rationalité et à ne plus se fier à des conseils farfelus qui n’ont aucun fondement scientifique. “Certaines personnes qui ont peu d’expérience en science ou en soins de santé se sont déclarés experts et donnent des conseils aux gens. C’est très préjudiciable et cela n’a pas aidé du tout”, a affirmé Abdu Sharkawy, spécialiste des maladies infectieuses à l’University Health Network.

La lutte contre l’infodémie se poursuit dans le monde

L’OMS s’efforce à passer au crible toutes les rumeurs qui circulent sur la Toile depuis la propagation de l’épidémie sanitaire liée au coronavirus. La lutte à l’infodémie se poursuit sur internet où l’organisation travaille en étroite collaboration avec Google pour limiter les fausses informations. Certains ont suggéré que le coronavirus pouvait provenir des piqûres de moustiques. Une rumeur qui s’est avérée fausse puisque “le nouveau coronavirus est un virus respiratoire qui se propage essentiellement par contact avec une personne infectée, par l’intermédiaire des gouttelettes respiratoires émises lorsqu’une personne, par exemple, tousse ou éternue”, a expliqué l’OMS.

Par ailleurs, d’autres ont allégué que le virus pouvait se propager à près de huit mètres, information démentie par l’organisation qui révèle que “les gouttelettes respiratoires se projettent à un mètre maximum”. Enfin, les affirmations selon lesquelles un boycott serait nécessaire pour limiter les colis en provenance de Chine se sont avérées fausses. “Les coronavirus ne survivent pas longtemps sur les objets tels que les lettres et les colis”, informe l’OMS.

Désormais, l’organisation sanitaire a convenu avec Google de faire en sorte que les premiers articles que les gens puissent trouver lorsqu’ils chercheront des informations sur internet concernant le coronavirus seront ceux de l’OMS.

Lire aussi Le vinaigre blanc est-il efficace contre le coronavirus ?

Contenus sponsorisés