Fatigué ? Voici comment retrouver de l’énergie naturellement

Un coup de pompe ? Une barre chocolatée et voilà l’énergie qui revient ! Mais ne vous laissez pas berner : ces excitants vous laisseront vite tomber. Misez plutôt sur ces boosters naturels qui eux vous resteront fidèles.

Attention aux pièges !

Le café matinal vous est-il indispensable pour allumer votre « starter » ? Et encore un, et deux, et trois pour ne pas vous endormir au bureau ? Les grignotages sont-ils monnaie courante ? Alors il faut vous rendre à l’évidence : c’est que vous n’êtes pas en forme ! L’effet des excitants nous leurre sur notre vitalité et ils en appellent toujours plus. Qui sont ces faux alliés ? Citons la cigarette, l’alcool et les sucres rapides, les pires étant ceux des friandises industrielles.

La finalité est la même : l’adrénaline, l’hormone du stress, grimpe en flèche, ce qui fait monter dangereusement votre sucre sanguin de la même manière que les sucres rapides. Nos organes de régulation souffrent et s’épuisent. C’est une sorte de cercle vicieux : toujours plus de fatigue et d’excitants jusqu’à ce que l’on craque !

Comment sortir de cette spirale infernale ? Évitez le recours aux excitants, mais aussi les coups de stress et les sucres rapides. Consommez des fibres dès le petit déjeuner pour ralentir le passage du sucre dans le sang. Voici les fondements d’une glycémie harmonieuse pour une énergie qui dure.

Comment charger votre centrale énergétique ?

Vous voulez la solution qui marche tout de suite ? Nourrissez d’abord vos centrales énergétiques : les mitochondries, situées au cœur de nos cellules. Pour produire l’énergie dont nous avons besoin, elles ont besoin d’oxygène, de vitamines et de minéraux. L’oxygène y parvient assez facilement, il suffit de respirer convenablement ! Quant aux vitamines et minéraux, les carences sont fréquentes et sont souvent à l’origine d’une baisse d’énergie. Parmi les carburants indispensables à la production énergétique, citons le magnésium, les vitamines du groupe B et la vitamine C. Dans l’alimentation, on trouve du magnésium dans les oléagineux, les légumes secs, les céréales complètes et le chocolat. Les vitamines B sont présentes dans les céréales complètes, la dinde ou les bananes. La vitamine C se trouve surtout dans les fruits et légumes crus. Cependant, retenons qu’en cas de stress cela ne suffit pas toujours…

Les toniques de fond

Les toniques de fonds soutiennent et remontent l’énergie durablement. Ils permettent également de mieux résister au stress.

pollen frais

Pollen frais – Source : spm

Le pollen frais (au rayon congélateur en magasin bio) est indiqué surtout en cas de fatigue nerveuse. Il apporte des fibres, de nombreux minéraux dont le magnésium et toutes les vitamines du groupe B, utiles à la production d’énergie mais aussi à l’équilibre nerveux. Commencez par ½ cuillère à café puis augmentez progressivement jusqu’à 1 cuillerée à soupe par jour durant 3 semaines. À prendre par exemple durant le petit-déjeuner.

L’eau de mer en ampoule apporte tous les oligo-éléments et minéraux indispensables à l’organisme. La version « hypertonique » est davantage stimulante que la version « isotonique ». Prenez 1 à 2 ampoules par jour, dont une avant le petit-déjeuner et la seconde avant le repas de midi. Ceci durant 3 semaines. Les enfants peuvent en prendre ½ ampoule à partir de 5 ans. Optez pour la version isotonique si vous souffrez d’hyperthyroïdie ou d’hypertension, ou pour les enfants de moins de 5 ans. Aucun risque d’incompatibilité pour l’isotonique, sauf en cas d’allergie aux produits de la mer, ce qui vaut pour les deux bien sûr.

ortie

Ortie – Source : spm

La feuille d’ortie en gélule, moins chère que les ampoules d’eau de mer mais tout aussi efficace. Elle est reminéralisante et fortifiante. À consommer à raison de 1 à 1,5 g par jour durant 2 mois ou plus. Sous forme d’EPS (Extrait fluide de plante fraîche standardisé) ou d’extrait hydro alcoolique, elle sera aussi intéressante mais plus onéreuse. Se référer à la posologie indiquée et faire une cure de 2 mois ou plus.

fucus

Fucus – Source : spm

Le fucus est un tonique de la mer qui stimule le métabolisme. Cette algue contient de nombreux minéraux, notamment de l’iode, qui booste en douceur la thyroïde si besoin. Si vous vous sentez apathique psychiquement et physiquement, que vous avez tendance à prendre du poids ou êtes sujet à la frilosité, faites un bilan thyroïdien auprès de votre médecin. Si aucun problème n’est détecté, faites une cure de fucus !

Le fucus est contre-indiqué en cas d’hyperthyroïdie et déconseillé en même temps qu’un traitement thyroïdien. En tisane, il a un goût et une texture… d’algue ! La prise est plus commode en gélule à raison de 2 à 3 g par jour durant 3 semaines.

En cas de fatigue, pensez toujours à la vitamine C ! En effet, l’apport alimentaire en cas de stress n’est pas suffisant (même avec des oranges). Recherchez un concentré à base d’acérola, de cynorrhodon ou d’argousier qui en sera riche. Un apport de 200 à 500 mg de vitamine C naturelle par jour est souvent un minimum pour ressentir un effet.

Rechargez vos surrénales !

Les glandes surrénales sont des piliers de l’énergie. Elles sécrètent la cortisone naturelle qui nous permet d’avoir de l’énergie, particulièrement le matin ou pour démarrer une tâche ardue. Cette hormone permet également de gérer l’inflammation dans l’organisme et régule en partie la glycémie. Soutenir l’activité surrénalienne est donc souvent incontournable pour sortir rapidement et durablement d’une situation de fatigue. Les plantes qui suivent sont dites « cortison-like » car elles stimulent la production de cortisone naturelle.

ribes nigrum

Ribes nigrum – Source : spm

Le bourgeon de cassis (Ribes nigrum) est utile surtout en cas de fatigue nerveuse. Il tonifie le système nerveux et les glandes surrénales.

quercus robur

Quercus robur – Source : spm

Le bourgeon de chêne (Quercus robur) est plutôt indiqué en cas de fatigue physique. Il stimule l’activité des surrénales et la production de testostérone. Il est aussi utile en cas d’hypotension sans pour autant augmenter la tension si cela n’est pas nécessaire.

Demandez ces plantes sous forme de macérât glycériné (gemmothérapie), en pharmacie ou magasin spécialisé. Douce et efficace, cette forme peut être utilisée par tous dès l’enfance. À prendre le matin et le midi aux posologies indiquées durant 1 à 2 mois. Les huiles essentielles sont de véritables concentrés d’énergie ! Très riches en principes actifs elles agissent rapidement. Voici un mélange à appliquer directement sur la zone des surrénales (au niveau lombaire, juste en dessous des côtes flottantes), le matin et si besoin en milieu d’après-midi :

  • HE d’épinette noire (Picea mariana) 50 gouttes
  • HE de pin sylvestre (Pinus sylvetris) 60 gouttes
  • HE de basilic (Occimum basilicum) 40 gouttes
  • HV d’amande douce 2 ml

Appliquez 4 à 5 gouttes du mélange et frottez énergiquement jusqu’à sentir un échauffement sous votre paume. Pour les adultes seulement, à faire durant 3 semaines.

maté vert

Maté vert – Source : spm

Les toniques nerveux

Parfois, il faut faire face à une surcharge de travail passagère. C’est souvent là qu’on se prend le doigt dans l’engrenage des excitants. Pour réveiller votre système nerveux, vous pouvez opter pour du maté vert, du guarana ou du thé vert. La matéine, la guaranine et la théine que contiennent ces plantes sont davantage stimulantes qu’excitantes. Les cures de maté ou de guarana conviennent sur un temps court. Pour le thé vert, tout dépend de sa préparation, de sa variété etc. Cette boisson populaire mondiale mériterait un dossier complet !

rhodiole

Rhodiole – Source : spm

Les grands fortifiants

Les plantes adaptogènes sont de grands fortifiants pour l’organisme. Elles apportent rapidement un regain d’énergie et nous aident à mieux gérer le stress. Elles sont toutes stimulantes des glandes surrénales, et des systèmes nerveux, hormonal et immunitaire. Retenons le ginseng (Panax ginseng), la rhodiole (Rhodiola rosea) et l’éleuthérocoque (Eleutherococcus senticosus) qui peuvent être pris en gélule à raison de 300 à 1 200 mg par jour, ou en extrait hydro alcoolique à raison de 30 à 60 gouttes par jour le matin, sur des cures de 3 semaines à 2 mois.

Attention : Les plantes adaptogènes sont généralement contre-indiquées chez la femme enceinte ou allaitante et chez l’enfant. Le ginseng comme l’éleuthérocoque sont à éviter en cas d’hypertension. La rhodiole est contre-indiquée en cas de trouble bipolaire, et incompatible avec certains médicaments comme les antihypertenseurs ou psychostimulants.

La vitalité n’est rien sans un bon sommeil !

Sommeil perturbé, réveils dans la nuit, décalage horaire, horaires décalés… S’exposer à la lumière du jour, bénéfique pour la glande pinéale, est un bon moyen pour régler votre horloge interne.

La griffonia (Griffonia simplicifolia) est une excellente « horlogère » grâce à son apport en 5-HTP, un précurseur qui sert à la fabrication de la sérotonine et donc de la mélatonine, hormone du sommeil. La prise de mélatonine en complément alimentaire est aussi efficace. Si le stress diurne est aussi une cause de perturbation du sommeil, associez la rhodiole le matin et appréciez ses vertus antistress. À retenir, une étude vient de démontrer qu’un manque de sommeil nous fait manger plus. Ceci conduit naturellement à une surcharge digestive qui, elle aussi fatigue. Encore un cercle bien vicieux !

Tableau récapitulatif

Type de fatigue

 

Associations possibles

 

Fatigue nerveuse

 

Pollen frais + ortie + éleuthérocoque ou rhodiole OU pollen frais + ortie + bourgeon de cassis

 

Fatigue physique

 

Ginseng + eau de mer ou fucus OU bourgeon de chêne + eau de mer ou fucus

 

Fatigue « écologique »

 

Rhodiole (le matin et éventuellement le midi) + griffonia ou mélatonine

 

Convalescence

 

Eau de mer ou ortie + « café-tisane » + vitamine C naturelle + bourgeon de cassis

 

Burn out

 

Ginseng ou rhodiole + eau de mer + pollen

 

Les différents types de fatigues

La fatigue nerveuse

Passagère ou chronique, c’est la fatigue la plus courante. La plupart du temps, elle est une conséquence du stress ou d’une sollicitation mentale excessive occasionnée par le travail ou l’anxiété. Symptômes : sommeil non récupérateur ou perturbé, difficulté à se concentrer, somnolence, tristesse voire déprime…

La fatigue physique

Elle est souvent conséquente à une activité musculaire intense. Le repos suffit souvent pour la faire disparaître. Attention, elle peut aussi être liée à un manque d’activité qui rend nos muscles atones. Dans ce cas, il est grand temps de s’y mettre !

La fatigue « écologique »

Elle est liée aux changements de saison, au passage à l’heure d’été, aux horaires décalés d’un travail d’équipe ou de nuit… C’est le dérèglement de nos rythmes biologiques qui cause la fatigue. L’équilibre de la sérotonine et de la mélatonine doit être régulé.

La convalescence

Cette fatigue peut découler d’une opération chirurgicale ou d’une maladie éprouvante, même parfois d’une simple grippe. Un choc important, physique ou émotionnel, peut aussi entraîner un besoin de récupérer. Cela dure généralement de quelques jours à plusieurs semaines.

L’épuisement professionnel ou le « burn out »

Ce que l’on appelle aujourd’hui le « burn out » se caractérise par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ». Il fait suite à une longue période de stress intense qui a épuisé nos réserves. Les glandes surrénales et le système nerveux sont au bout du rouleau. Deux systèmes à soutenir en priorité !

Le syndrome de fatigue chronique

La fatigue chronique est reconnue par l’OMS comme une maladie neurologique grave. Elle se manifeste par une fatigue qui dure depuis plus de 6 mois et divers symptômes qui diffèrent selon les personnes : douleurs musculaires, troubles neurologiques ou cognitifs, déficit immunitaire, maux de tête, sensation de malaise généralisé… Ce type de fatigue ne peut pas être traité ici car ses causes diffèrent des fatigues courantes. En réalité, elle reste relativement rare. À ne pas confondre avec une simple fatigue qui reviendrait régulièrement et que l’on pourrait qualifier de fatigue chronique.

Important : la fatigue peut parfois cacher une pathologie (diabète, cancer, dépression etc.). Ne la négligez pas et n’hésitez pas à consulter un médecin si elle persiste sans raison apparente.

Vérifiez que vous ne manquez pas de fer !

Le fer est indispensable pour une bonne énergie. Faites-vous prescrire une analyse si vous ou votre médecin doutez d’une carence. Visez un taux de ferritine d’environ 50 μg/l. Ne vous supplémentez pas sans une bonne raison car le fer est prooxydant pour l’organisme.

La tisane starter

Mélangez à parts égales les plantes suivantes : thym, romarin, basilic, sauge (cette dernière à éviter en cas d’antécédent de cancer hormonodépendant). Placez une cuillère à café par tasse d’eau bouillante et laissez infuser une dizaine de minutes. Filtrez et buvez 2 tasses par jour, au petit-déjeuner ou dans la matinée. À boire régulièrement. Garanti stimulant, sans effet excitant !

Lire aussi Apprenez ces techniques de respiration de yoga pour soulager rapidement la fatigue et les maux de tête

Contenus sponsorisés