Enfermée par sa mère depuis 26 ans, elle dort par terre et mange de la nourriture pour chats

Elle a vécu un véritable enfer depuis ses 16 ans. Découvrez l’histoire de cette femme enfermée par sa mère pendant 26 ans qui a été obligée de manger de la nourriture pour chats. Après l’hospitalisation de cette dernière, la police a été choquée de voir ce qu’elle lui a fait subir.

Relayée dans un article de nos confrères du site britannique The Sun, l’histoire de cette femme est horrifiante. Et pour cause, comme la fille de Joseph Fritzl, elle a vécu un enfer similaire sauf que son bourreau était sa mère. Cette criminelle l’a enfermée chez elle 26 ans et ne la nourrissait qu’avec de la nourriture pour chats. C’est seulement pendant son hospitalisation que la victime a pu être libérée.

Nadezhda a été séquestrée pendant des années par sa mère

Nadezhda, une quarantenaire a vécu le pire. Cette femme russe a été maintenue isolée dans une maison sans eau courante ni électricité et ce, depuis l’âge de 16 ans. Sa mère criminelle voulait « la protéger des dangers du monde extérieur ». Ce n’est que lorsque cette bourrelle a été hospitalisée qu’elle a pu quitter la maison de son village. Tatyana, la coupable de maltraitances choquantes a enfermé sa fille dès qu’elle avait fini ses études. S’en suivra une longue série de souffrances. Malheureusement, la maltraitance infantile est un fléau qui subsiste. Comme elle, des parents indignes ont mis leur enfant dans une machine à laver.

Nadezhda a souffert du syndrome de Stockholm

La femme de 42 ans a vécu un tel traumatisme qu’elle s’est déclarée « habituée » à ce style de vie. La victime n’a même pas essayé de s’en aller après l’hospitalisation de sa mère. Pendant cette période d’enfermement, les deux ont rejeté l’aide des services sociaux et se sont encore plus isolées depuis la retraite de Tatyana. C’est seulement lors de la maladie de cette dernière que cette histoire choquante a été révélée au monde entier. Nadezdha a alors confié à la polices que sa maison était remplie de rats et de chats. Les maltraitances sur les enfants ne sont pas sans conséquences car elles peuvent les détruire psychologiquement comme cette femme russe qui s’est accommodée de son sort. Les deux femmes dormaient tout le temps dans le même lit insalubre.

Nadezhda a été victime de maltraitances horrifiantes

Après cette découverte, la femme a déclaré que « les chats avaient plus de droits qu’elle ». « Je n’existe même plus, je suis une morte-vivante » confie-t-elle, le regard éteint. L’état de négligence de la maison était tel que lors de la mort des chats, les cadavres ont été laissés en décomposition dans la maison. Mobilisés dans cette demeure, les médias locaux ont révélé que la victime ne s’était pas baignée depuis 2006. Une hygiène déplorable qui illustre l’enfermement imposé par Tatyana.

Nadezhda

thesun

Nadezhda a été privée de tous ses droits

Et les photos révélées par les journalistes sont extraordinaires de cruauté. Sur ces dernières, nous pouvons voir les cheveux de la femmes touffus et emmêlés à l’arrière de sa tête. Une preuve de l’insalubrité constante dans laquelle vit la victime séquestrée plus d’une vingtaine d’années. Nadezhda est même privée de papiers et a réclamé un travail et un passeport lors de sa libération. Tovarnov, un agent de police a déclaré : « Elle est venue seule à mon bureau. On a voulu la nourrir en lui donnant des sandwichs mais elle n’a rien mangé ». Selon les autorités, elle dispose toujours de ses facultés mentales.

Une femme privée du monde extérieur

Enfermée car la mère voulait « la préserver du danger », la femme séquestrée vit hors du monde. Elle n’a d’ailleurs pas pu se rendre à l’hôpital avec sa mère lorsqu’elle est tombée malade. Les pervers narcissiques peuvent enfermer leurs victimes dans les cas les plus graves et cela pourrait expliquer la maltraitance de Tatyana. Et lorsqu’on est exposé à ces personnes toxiques, cela peut avoir de lourdes conséquences sur notre santé. Les témoins ont commenté que la victime de 42 ans vivait dans un état désolant. Un d’entre eux s’est ému : « Elle a un si beau visage, je suis désolé pour elle »

Quelles sont les conséquences de la maltraitance ?

Les conséquences sur les adultes ayant été maltraités par leur parents durant l’enfance sont loin d’être anodines. Cette étude prouve que la maltraitance infantile est d’ailleurs plus courante chez les parents qui ont eux-mêmes été privés et abusés pendant leur enfance. Et les conséquences de ces abus sont lourdes pour ceux qui y survivent. Parmi elles : l’agressivité, la dépression, les troubles du comportement alimentaire (TCA), les comportements sexuels à risque, les tendances à l’addiction aux drogues et à l’alcool mais aussi la vulnérabilité face aux grossesses non désirées pour les femmes. Des conséquences qui peuvent être un terreau fertile pour le passage à l’acte suicidaire.

Lire aussi Ce bébé meurt dans un incendie dans la maison pendant que sa mère est en boîte de nuit

Contenus sponsorisés