x

Urne funéraire : et si vous deveniez un arbre après votre décès ?

Les arbres sont le symbole universel de la vie. Alors, quoi de plus écologique que de donner vie à l’un d’entre eux après la mort ? C’est désormais possible si, toutefois, vous choisissez l’incinération après votre décès.

Urna Bios a été imaginée par une entreprise barcelonaise fondée par les designers industriels Martin Azua et Gerard Moline. Il s’agit d’une urne funéraire conçue avec des matériaux entièrement biodégradables : noix de coco, tourbe compactée et cellulose. Les cendres sont placées à l’intérieur, avec la graine d’une essence, arbre ou plante, choisie par le défunt ou sa famille.

Pour les aspirants à l’immortalité

Il faut savoir que les cendres résultant de la crémation d’un corps humain sont riches en phosphore, lequel constitue un bon fertilisant. Il suffit à un proche de planter l’urne dans un lieu de votre choix. Peu à peu, avec du soleil et de l’eau, elle donnera vie à un arbre. Celui-ci permettra à ceux qui vous aiment de se souvenir de vous longtemps après votre décès. Et il s’agit pour vous d’un moyen unique de rester vivant après votre disparition.

Une solution pour ceux qui aspirent à l’immortalité, en somme… « L’urne Bios transforme le rituel de l’inhumation en régénération et en un retour à la vie à travers la nature », écrit ainsi Gerard Moline sur son site Web. Vous pouvez également opter pour ce destin pour un animal de compagnie, car il existe des urnes plus petites prévues à cet effet. Le premier être vivant à avoir été enterré dans une urne Bio Urnas est d’ailleurs Copito de Nieve, un gorille albinos qui a vécu la plus grande partie de sa vie au zoo de Barcelone, où il s’est éteint en 2003. Enfin, sachez que les cendres n’ont pas de date de péremption : vous pouvez utiliser une urne Urna Bios avec des cendres que vous gardez déjà depuis un certain temps.

Convertir nos cimetières en forêts ?

Cette approche vous permet aussi de contribuer à la préservation de l’environnement grâce aux matériaux utilisés. Elle est bien plus écologique que l’inhumation traditionnelle, avant laquelle des produits chimiques toxiques sont utilisés pour la conservation du corps.

En outre, l’inhumation est onéreuse, ce qui pousse un nombre grandissant de personnes à se tourner vers la crémation, même si l’inhumation du corps intact est le rite privilégié, voire obligatoire, dans les trois grandes religions. Va-t-on bientôt voir les cimetières remplacés par des forêts dans nos villes ? C’est peu probable, justement pour cette raison d’ordre religieux. En effet, plusieurs personnes tiennent à suivre les préceptes de leur religion quant au sujet de la mort.

En attendant, rien ne vous empêche d’opter pour cette solution à titre personnel si votre fibre écologique est la plus forte. Martin Azua, quant à lui, a choisi son camp : après sa mort, il contribuera à boiser une forêt du Pays basque, a-t-il confié à Discovery News.

Contenus sponsorisés
Loading...