Deux frères de 5 et 10 ans sont décédés parce qu’ils ont reçu du Tramadol au lieu d’un laxatif

C’est une véritable tragédie qui a ébranlé une famille colombienne. Découvrez l’histoire de ces deux frères de 7 et 10 ans qui sont morts après avoir reçu du Tramadol au lieu d’un antiparasitaire, relayée par nos confrères du 20 Minutes.

Le récit de cette mort de deux frères relate une erreur pharmaceutique qui a causé des conséquences dramatiques. Et pour cause, les enfants ont pris du Tramadol, un opioïde puissant, au lieu d’antiparasitaires, des médicaments qui leur étaient initialement prescrits.

Une erreur pharmaceutique

Après avoir ingéré le mauvais médicament, deux frères de 7 et 10 ans ont rendu leur dernier souffle. Initialement, ils devaient prendre des laxatifs mais au lieu de cela, du Tramadol leur a été donné. C’est la pharmacie Cruz Verde qui a été à l’origine de cette erreur fatale pour ces enfants, indique le 20 Minutes. Cette enseigne a reconnu sa responsabilité à Bogota, en Colombie, où a eu lieu cette histoire qui a ébranlé le pays.

tramadol
Une erreur au niveau des médicaments – Source: 20 Minutes

Le médecin a prescrit un autre médicament

Cette erreur fatale a eu lieu au début de cette année. Les deux frères ont été emmenés chez un médecin de l’organisation Sanitas dans le nord-ouest de la ville colombienne. Le docteur a alors prescrit de l’albendazole antiparasitaire. Malheureusement, la pharmacie a fait une erreur qui a été à l’origine de cette tragédie, le Tramadol. Ce médicament est un opioïde puissant utilisé pour lutter contre les douleurs aiguës. Ce dernier impacte le système nerveux et est très dangereux pour les enfants. La maman ne s’est pas rendu compte qu’il s’agissait d’un produit différent de l’ordonnance du médecin. Cette erreur pharmaceutique a valu la mort à ces deux enfants.

« Nous nous engageons à soutenir la famille »

Suite à cette terrible erreur, la pharmacie a pris ses responsabilités. Dans un communiqué, nous pouvons lire : « Cruz Verde reconnaît sa responsabilité dans cette affaire et, à cet égard, ratifie son engagement à soutenir et à répondre globalement à la famille López Torres, avec la conviction que rien ne peut atténuer leur profonde tristesse ». Les représentants de l’enseigne informent qu’il s’agissait d’une erreur personnelle de l’assistant pharmaceutique qui a gravement ignoré les protocoles exigeants de distribution établis par la pharmacie. Le responsable de cette erreur dramatique a été licencié. Les dirigeants de cette société ont évoqué une révision plus approfondie des vérifications liées au stockage et à la distribution mais aussi une sensibilisation du public. Ils ont conclu qu’ils pourront témoigner légalement aux enquêteurs de cette affaire.

Une défense du médecin

Si la pharmacie a promis de collaborer avec les enquêteurs mais aussi toutes les instances de santé, le médecin a lui aussi tenu à se justifier quant à cette affaire tragique qui a valu le décès des deux enfants. Sanitas, le centre où a eu lieu la consultation de ces derniers, a affirmé qu’ils avaient prescrit les bons médicaments au vu de leurs symptômes. « La performance de nos professionnels de santé dans la prise en charge des mineurs et la formulation des médicaments était correcte » pouvait-on lire dans le communiqué. L’établissement médical a également soutenu qu’il s’agissait d’une erreur au niveau du médicament délivré par la pharmacie Cruz Verde Drugstores and Pharmacies. «  C’est une société indépendante en dehors de notre entité et de notre organisation en charge de la distribution des médicaments à nos affiliés » se sont-ils défendus. Parfois, les erreurs médicales peuvent être tragiques. Cela a valu à ce bébé de mourir d’une septicémie alors que les médecins avaient diagnostiqué un simple rhume.

La perte d’un enfant : une épreuve dévastatrice

Le deuil d’un enfant est la souffrance la plus déchirante qu’un parent puisse ressentir. De nombreuses étapes succèdent à cet évènement tragique car vu comme « non naturel » dans le déroulé d’une vie. Choc, sidération, colère, marchandage, culpabilité, désespoir sont autant d’étapes qu’il est nécessaire d’exprimer avant de cheminer vers la résilience, la résolution d’un traumatisme. Ce dernier est de taille et peut mener à une dépression de celui ou celle qui subit cette épreuve.

C’est pour cette raison qu’il est important qu’il bénéficie d’un important soutien de l’entourage mais aussi éventuellement d’une aide médicale ou thérapeutique. Se réapproprier sa vie est toujours possible avec l’aide du temps et du travail sur soi. Exprimer ses émotions est également capital pour accélérer le processus de l’acceptation. Chaque parent a une façon différente d’appréhender le deuil. Ce couple a passé quelques jours avec le cadavre de leur enfant. Une façon pour eux d’avoir le temps de dire adieu à leur bébé.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close