Des médecins risquent leur vie pendant l’accouchement d’une patiente suspectée d’être touchée par le coronavirus

Parfois, certains médecins se montrent héroïques et n’hésitent pas à mettre en péril leur propre vie pour sauver leurs patients. Leur courage est tel qu’ils peuvent s’exposer au risque d’être contaminés par une maladie mortelle telle que le coronavirus. Cette histoire en est la preuve faite chair. Lorsqu’une potentielle victime de l’épidémie donne naissance à un enfant, les docteurs n’hésitent pas à mener une intervention périlleuse. Vêtus de masques, de gants et de lunettes, ces derniers réussissent à mettre au monde ce bébé. Ce témoignage émouvant nous est relayé par nos confrères de l’agence de presse Reuters.

La vocation de médecin peut amener à prendre des risques comme celui de s’exposer à la contamination par un virus mortel. Ces docteurs n’ont pas hésité à aider une femme potentiellement atteinte du coronavirus chinois à accoucher. Masqués et vêtus de lunettes, ils ont fait preuve d’un courage sans faille pour mettre au monde un bébé bien portant.

Un heureux évènement

Des médecins ont réussi à donner naissance au bébé d’une femme chinoise dont on aurait soupçonné la contamination par le coronavirus. Cette dernière a subi une intervention par césarienne à Wuhan, la province épicentre de l’épidémie. Le docteur qui a procédé à l’accouchement a déclaré que l’état de santé de la mère s’était détérioré et ne lui permettait donc pas l’administration d’un traitement correspondant à celui du coronavirus en raison de sa grossesse. L’intervention était risquée puisque la femme présentait les symptômes de l’épidémie qui a causé de nombreux morts en Chine.

Des symptômes inquiétants

L’intervention des médecins pour mettre au monde le bébé était d’autant plus risquée que la femme présentait des symptômes inquiétants. Fièvre, toux persistante, autant de signes qui laissaient présumer les spécialistes d’une contamination par le coronavirus. Zhao Yin, le médecin en charge de l’accouchement était vêtu de deux combinaisons de protection, d’un masque et de lunettes pendant l’intervention qui a duré près d’une heure. « Je pouvais à peine entendre ou voir quoi que ce soit. […] J’étais trempé de sueur » a-t-il déclaré à une chaîne étatique chinoise.  Une mesure de précaution indispensable à l’heure où le virus a tué des centaines de victimes.

Un garçon en bonne santé

Heureusement, cette opération périlleuse n’a pas compromis la naissance de l’enfant. Et pour cause, le petit garçon est né avec un poids de 3,1 kilos. A titre préventif, le bébé a été renvoyé chez lui le plus rapidement possible pour éviter qu’il ne soit exposé au virus à l’hôpital. Xiaoyan, enceinte de 37 semaines lorsqu’elle a été soupçonnée de porter cette maladie, a déclaré : « Je veux juste que mon bébé soit en bonne santé ». Une bonne nouvelle donc pour la mère dont l’infection n’a pas encore été confirmée selon les propos de la chaîne de télévision d’Etat.

Coronavirus : une maladie qui prend de l’ampleur

Le coronavirus a dépassé le nombre de victimes de l’épidémie du SRAS en 2003 qui a fait, en Chine, 349 morts des suites de cette maladie. Après avoir atteint le nombre encore croissant de 427 victimes, ce virus est devenu une épidémie virale en Chine où il ne cesse de grimper. Plus de 20 400 personnes ont été infectées sur le territoire chinois. Système hospitalier sur sollicité, manque d’infrastructures, autant de facteurs qui limitent les manœuvres pour réduire cette question de santé publique. Selon le ministre de la Santé français interrogé par nos confrères de RTL, le coronavirus ne serait « pas une épidémie en France ». Pour l’homme politique, les 6 cas recensés sont « stables ». Ces derniers sont accueillis dans la station balnéaire de Carry-le-Rouet, aux environs de Marseille.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close