Des infirmières perdent leur emploi après qu’une vidéo virale les montre en train de maltraiter un bébé

Quand nous pensons aux infirmières, nous imaginons tout de suite des personnes dévouées pour leurs patients et leur bien-être. Nous sommes bien loin d’imaginer des exceptions qui déchaînent leur haine sur des bébés. Pourtant, ces harpies ont maltraité sans scrupules un nouveau-né en lui déformant le visage sous l’hilarité générale. La vidéo virale de cette odieuse « plaisanterie » a ébranlé la toile. Fort heureusement, les instigatrices de ces maltraitances ont perdu leur emploi. Ce témoignage nous est relayé par nos confrères du site américain The Daily Mail.

Trois femmes viennent entacher la réputation dont jouit le personnel soignant dans le monde entier. Ces infirmières saoudiennes ont heureusement été prises en flagrant délit de maltraitance sur un nouveau-né grâce à une vidéo qu’elles ont-elles-mêmes publiée sur les réseaux sociaux. Ce contenu peut heurter les âmes sensibles. Ces femmes sans-cœur malmenaient terriblement le pauvre bébé en lui écrabouillant le visage.

Maltraitances

Cette histoire prend lieu et place en Arabie Saoudite. Alors qu’elles étaient chargées de s’occuper d’un nourrisson atteint d’une infection, elles se filment en train de malmener le pauvre bébé malade. Sur la vidéo, nous pouvons voir l’une des infirmières écrabouiller avec ses mains le visage du nouveau-né pendant que sa collègue, en train de filmer, s’esclaffe.

Vidéo virale

Fort heureusement, les harpies ont été prises au dépourvu. Leur vidéo virale a pu aider à les identifier et la direction s’est vite chargé de licencier ces infirmières sans scrupules. Le porte-parole des Affaires Sanitaires d’Arabie Saoudite a vite réagi face à cette odieuse affaire. « Le ministère s’est chargé d’enquêter sur la vidéo et a vite identifié les infirmières et l’établissement où l’incident a eu lieu » déclare-t-il. Après ces investigations, les infirmières ont été suspendues de leurs fonctions et ont été interdites d’exercer leur métier dans d’autres établissements. Une sentence juste au vu de leurs actes odieux sur un nouveau-né. Les parents ont également été témoins de ces maltraitances en visionnant la vidéo sur les réseaux sociaux.

Indignation générale

Cette vidéo virale publiée sur les réseaux sociaux n’a pas manqué de susciter l’indignation générale. Parmi les commentaires que nous pouvons lire : « Comment osent-elles faire ça à ce bébé ? » ou « Ces infirmières ont de la chance que je ne sois pas la mère de ce bébé. J’aurais écrabouillé leurs visages encore plus fort » Un journaliste saoudien a jugé que leur sentence était insuffisante et réclame un emprisonnement pour châtiments corporels sur mineurs. Les noms de ces infirmières ont été gardés secrets et leurs licences médicales ont été révoquées. Heureusement, ces femmes font figure d’exception au cœur d’une profession respectée qui place le bien-être de ses patients en priorité et ce, dans des conditions de plus en plus difficiles.

Surveiller et punir

Cette vidéo a soulevé le débat autour de la nécessité de placer des caméras de surveillance dans les établissements hospitaliers. Et pour cause, les dérives potentielles devront être encadrées et surveillées à l’aide d’outils efficaces à titre préventif.

Maltraitances hospitalières : les Ehpad sur la sellette

En France, les maltraitances en milieu hospitalier concernent surtout les personnes âgées et dépendantes. Dans le département du Val-de-Marne,  un aide-soignant a été pris en flagrant délit de maltraitances sur une nonagénaire. La famille de cette résidente à l’Etablissement hospitalier pour les personnes âgées et dépendantes (Ehpad) était déjà soupçonneuse de mauvais traitements à son égard. A l’aide de la caméra de vidéosurveillance, ils ont pu prouver que ce membre du personnel médical a traîné la nonagénaire par les jambes avant de la jeter sur son lit. On impute souvent ces maltraitances aux conditions de plus en plus difficiles et au manque d’effectif hospitalier.

Contenus sponsorisés

Loading...
Close