Des experts mettent en garde les parents pour ne pas publier les photos de leurs enfants sur les réseaux sociaux

Des experts mettent en garde les parents pour ne pas publier les photos de leurs enfants sur les réseaux sociaux


Avec l’avènement des médias sociaux, beaucoup de personnes n’hésitent pas à partager leur vie sur les réseaux sociaux. Cela inclut également des parents qui publient des photos de leurs enfants, mais est-ce sain pour les enfants ?

Réfléchir à deux fois avant de poster des photos

La National Society for the Prevention of Cruelty to Children (NSPCC) qui est une organisation caritative pour les enfants, a exhorté les parents à réfléchir à deux fois avant d’afficher des photos de leurs enfants sur les médias sociaux, suite à une étude de 2017, selon laquelle un parent sur cinq télécharge des images de ses enfants au moins une fois par mois. Les experts en sécurité des enfants ont exprimé leurs préoccupations.

Un porte-parole de l’association NSPCC a expliqué les dangers de la création d’une empreinte numérique de l’enfant très tôt, en soulignant l’importance de demander sa permission avant de publier des images ou des vidéos de lui en ligne. Il a ajouté que pour les très jeunes enfants, il faut que leurs parents leur demandent s’ils seraient contents que ces derniers postent leurs photos ou si cela les embarrasserait, et si les parents ne sont pas sûrs, mieux vaut ne rien poster.

Dans une enquête effectuée par YouGov, une société internationale d’étude de marché, plus de la moitié des 1 000 parents interrogés ont affirmé qu’ils évitaient de publier ce type d’images, ou de les partager.

87% des participants estimaient que la vie de leurs enfants devrait rester privée tandis que 38% ont expliqué que leur progéniture ne voudrait pas figurer dans le profil de leurs parents sur les réseaux sociaux.

Justine Roberts, la fondatrice et la directrice générale de Mumsnet, un site britannique très populaire pour les parents, a déclaré qu’elle évite de publier des photos de ses enfants sur les réseaux sociaux, car elle se demande ce que l’enfant penserait lorsqu’il aura 15 ans si ses camarades de classe tombaient sur ses photos. Certes, il ne sera pas à l’aise et il se peut qu’il soit victime de moquerie et d’intimidation.

Lindsey Fussell, la directrice de la consommation chez Ofcom, qui est l’autorité régulatrice des télécommunications au Royaume-Uni, a affirmé que parmi les personnes qui choisissent de partager les photos de leurs enfants, 80% limitent l’accès à ceux qui peuvent les voir. Elle a également ajouté que 52% ont affirmé que leurs enfants approuveraient réellement le partage en ligne de leurs photos et leurs vidéos, 15% à peine s’inquiétaient de ce à quoi ils pourraient penser lorsqu’ils seront plus âgés.

En plus de ce qui a été précité, les parents qui partagent les photos de leurs enfants, exposent ces derniers à certains dangers.

Le partage expose votre enfant à un enlèvement numérique

Le kidnapping numérique est un type de vol d’identité. Cela se produit lorsque quelqu’un prend des photos d’un enfant sur les médias sociaux et les repositionne sous de nouveaux noms et identités, revendiquant souvent l’enfant comme étant le sien. Il y a eu de nombreux exemples de cela au cours des dernières années, y compris un incident survenu en 2015 dans lequel un étranger a pris la photo d’un garçon de 18 mois sur la page Facebook d’une blogueuse pour maman et l’a publiée sur son propre profil Facebook, agissant comme s’il s’agissait de son fils.

Les photos de votre enfant peuvent également être volées pour le « jeu de rôle » de bébé

Si vous ne connaissez pas les « jeux de rôle » pour bébés, recherchez #BabyRP, #AdoptionRP et #KidRP sur les médias sociaux. Les joueurs de rôle pour bébés créent des comptes sur les réseaux sociaux pour publier des photos volées ainsi que des légendes donnant de fausses informations sur l’enfant dans les photos. Parfois, l’étranger se fait passer pour un enfant en réagissant aux commentaires en tant qu’enfant ou du point de vue de l’enfant. Ces commentaires peuvent être dérangeants, même si tous ne sont pas malveillants. Cela constitue un autre exemple de perte de contrôle de l’identité de l’enfant lorsque ses parents publient des informations à son sujet en ligne.

Les publications peuvent attirer des personnes dangereuses

Les photos et vidéos d’enfants partagées par leurs parents sur les médias sociaux sont parfois diffusées sur des sites Web et des forums dérangeants, dont certains sont consacrés à la pornographie enfantine.

Ce n’est pas aussi rare que vous pouvez le penser. Selon un commissaire australien à la sécurité électronique pour les enfants, un site proposait au moins 45 millions d’images, dont la moitié était des photos d’enfants prises à partir de comptes de médias sociaux. Les photos étaient des activités familiales quotidiennes, mais étaient accompagnées de commentaires inappropriés.

Il ne faut pas oublier que les publications sur les réseaux sociaux peuvent également fournir des indications pouvant aider les gens aux intentions malveillantes à identifier où un enfant vit, joue et où se trouve son l’école.


Loading...