x

Coupable de viol sur une fillette de 14 ans, le chauffeur de bus ne fera pas de prison

En France, selon la treizième lettre de l’observatoire des violences, en novembre 2018, 93 000 femmes majeures ont affirmé avoir été victimes de viol ou d’une tentative de viol sur une année. Un chiffre effrayant qui montre l’ampleur de ce fléau sociale, mais qui ne relaie pourtant pas la monstruosité de la situation, en raison des nombreux cas de femmes qui ne dénoncent pas les faits, et l’exclusion des statistiques relatifs à la pédophilie. Mais partout dans le monde, ces viols peuvent se perpétuer, comme celui d’une jeune fille américaine de 14 ans relayé par FOX 13 News.

Les autres pays ne sont pas en reste, spécialement quand les sentences relatives à ces actes-là ne sont pas au niveau de la gravité et de l’étendue des dommages causés à la victime. Les Etats-Unis font le tour du net à nouveau, avec le cas de Shane Piche, qui s’en sort sans sentence d’emprisonnement après avoir violé une jeune adolescente de 14 ans.

Une peine de 10 ans de probation

Coupable de viol sur une fillette de 14 ans

A New York, le juge James P. McClusky a suscité l’outrage général quant au jugement prononcé à l’égard de Shane Piche : 10 ans de probation pour avoir violé une adolescente de 14 ans, crime qu’il a avoué, mais aucune sentence d’emprisonnement ce qui provoqué un tollé général sur les réseaux sociaux.

Coupable de viol sur une fillette de 14 ans

Le juge justifie son jugement par le fait que ce soit la première arrestation de Shane Piche et qu’il n’a violé qu’une seule fille pour l’instant, ce qui a causé une indignation de tous les membres de la société civile. Cette décision ne prend pas en compte les dommages tant physiologiques que psychologiques dont peut souffrir la victime, en plus d’encourager la reproduction de ces actes de violence. Si l’on compte réellement encourager les femmes victimes de violences sexuelles à porter plainte, il faudrait au moins que les sentences de leur bourreau puissent soulager le traumatisme probant auquel elles font face.

Piche aurait rencontré l’adolescente sur un trajet du bus qu’il conduisait dans le district scolaire de Watertown. Il s’était effectivement rapproché de sa victime ainsi que de certaines de ses amies. Il se rapprochait d’elles en leur offrant des cadeaux et en les invitant chez lui. Pire encore, il a offert de l’alcool à la jeune fille âgée de 14, alors que l’âge légal pour en consommer aux Etats-Unis est de 21 ans. Piche a également reconnu tous ces faits-là devant la cour de justice.

La sentence attendue dans ce cas aurait été une sentence d’emprisonnement, en plus d’être classifié comme étant un délinquant sexuel de stade 2. Il s’en sort avec une période de probation de 10 ans, une classification de délinquant sexuel de stade 1, c’est-à-dire les délinquants qui ne restent pas de façon permanente sur la liste, ne sont pas tenus de déclarer publiquement leur adresse et sont considérés comme étant à faible risque d’actes de violence.

La mère de la victime est inconsolable quant à cette sentence insignifiante comparée à l’état de santé mentale de sa fille après l’incident, qui souffre d’anxiété et fait face à une dépression.

La réaction du publique ne s’est pas fait attendre puisqu’une pétition a été levée pour pousser le juge à remettre en question sa sentence. La pétition compte actuellement plus de 12 000 signatures.

Conséquences des violences sexuelles

Les séquelles des abus sexuels envers un enfant ou un mineur peuvent varier selon chaque victime. Certains peuvent ressentir des troubles immédiats tandis que d’autres peuvent avoir des effets chroniques de ce traumatisme. Ce dernier peut être lié à des problèmes d’ordre psychologique se définissant par le trouble de stress post-traumatique, selon une étude établie sur des femmes victimes de viol pendant leur enfance.

Contenus sponsorisés
Loading...