Comment cultiver du basilic facilement à la maison ?

Le basilic est associé à l’été et aux plats simples – et goûteux – de la cuisine méditerranéenne. Mais toute l’année, il nous aide à nous apaiser. Et comme sa culture est à la portée du débutant, il n’est pas près de nous énerver.

Le basilic

Herbe royale, basilic romain Ocimum basilicum L. Lamiacées

Plante annuelle herbacée de 20 à 40 cm. Feuilles entières légèrement dentées, vertes à pourpre foncées selon les variétés. Floraison estivale en petits épis terminaux, réunissant de petites fleurs blanches ou roses. Toutes les parties de la plante sont très aromatiques.

basilic-1

Le basilic – Source : spm

Les bienfaits du basilic

Le basilic est antispasmodique, digestif et possède des vertus calmantes permettant de retrouver un sommeil de meilleure qualité. Ses feuilles sont utilisées en infusion, fraîches ou séchées.

Depuis l’Antiquité, le basilic est une plante médicinale d’importance. Dioscoride indique qu’il lâche le ventre, engendre les ventosités et provoque l’urine et fait avoir le lait aux nourrices. Mais il précise aussi que si l’on en mange trop, il obscurcit la vue ! Un qui devait avoir une vue obscure, c’est Théophraste, qui affirmait que le basilic se change quelquefois en serpolet et que le soleil est la cause de ce changement. On peut être savant et avoir quelques faiblesses de temps en temps.

Une culture facile

Le semis

Le semis réclame de la chaleur, il se fait toujours à l’abri ou à l’intérieur et la culture se poursuit à l’abri durant quelques semaines à quelques mois afin d’avoir des plants déjà bien développés à planter dès qu’il fait assez chaud, vers le mois de mai. La température idéale se situe autour de 20°C (pas moins de 15°C), pour une levée régulière. Semez à l’aide d’un semoir à main, et couvrez peu les graines d’une fine couche de terreau tamisé, simplement pour masquer la lumière. Tassez légèrement et arrosez en pluie fine à l’aide d’un vaporisateur à main.

cultiver basilic

Cultiver du basilic – Source : spm

Adoptez les présemés

Le dispositif des présemés est particulièrement indiqué pour les semis de basilic. Il évite le gaspillage de graines, la mauvaise densité des semis et facilite l’éclaircissage ou le repiquage. Les graines sont déjà disposées et distancées entre deux feuilles de papier biodégradable. Il suffit de déposer à la surface d’une jardinière le tapis de graines, de le recouvrir d’une fine couche de terre, d’arroser et de maintenir le sol frais. La levée est régulière, les jeunes plants bien séparés les uns des autres. Les présemés se présentent en rubans de graines, en carrés ou en disques du diamètre standard des pots.

Le repiquage

Lorsque les plants ont 2 à 4 vraies feuilles, ils doivent être repiqués en godets (petits pots à fleurs). Élevez-les jusqu’au moment où les risques de gelée sont écartés, en général vers fin avril début mai. Pendant tout ce temps, conservez les jeunes basilics au chaud et à la lumière.

La plantation

Vous pouvez planter le basilic en pleine terre au jardin ou le cultiver en pot sur votre balcon (voir plus loin). Grand frileux, le basilic veut une exposition chaude et ensoleillée. Il s’accommode de tous les types de sol, et si on l’achète souvent en jeune plant dans une terre glaiseuse, il faut savoir que c’est surtout pour la bonne conservation des plantes fournies sur les étals des marchés. En fait, le basilic préfère une terre meuble, un rien perméable, qui évite la stagnation d’eau. Avant de planter les jeunes plants, prenez la précaution de les laisser dehors à mi-ombre pendant quelques jours pour leur éviter le choc du contact avec le plein soleil. Ameublissez la terre sur 20 à 30 cm de profondeur et apportez une pelletée de compost si elle est insuffisamment riche. Dépotez les plantes sans abîmer les racines et positionnez le collet au niveau de la surface du sol pour éviter le pourrissement des plantes. Buttez légèrement la base et rajoutez de la terre après le premier arrosage si elle s’est tassée. Laissez une distance de 25 cm entre chaque pied.

cultiver-la-basilic

Cultiver du basilic – Source : spm

L’arrosage

Le sol doit être maintenu frais en permanence, sans excès, pour éviter l’asphyxie et le pourrissement des basilics. Le suivi des arrosages est facile car la plante signale le manque d’eau en baissant la tête. En été, il est utile de pailler le pied des basilics pour éviter les à-coups dans les apports d’eau.

La taille

Le seul fait de cueillir régulièrement les pousses feuillées suffit à faire une taille d’entretien et à exalter la ramification des plants. Si vous prélevez peu, conservez les plants touffus en les taillant régulièrement. L’idéal est de cultiver trois pieds de basilic et de tailler de moitié un plant sur trois en alternance pour ne jamais manquer de feuilles.

La culture en pot

Le basilic est facile à cultiver en pot sur un balcon, une terrasse ou simplement dans la cuisine à condition qu’elle soit lumineuse. Dans ce cas, le meilleur conseil qu’on puisse donner est de rempoter les plants achetés en jardinerie. Choisissez un pot de 30 cm de diamètre au moins pour avoir une plante généreuse, aussi développée qu’elle le serait en pleine terre. Placez une couche de drainage au fond du pot (billes d’argile, tessons de terre cuite, graviers grossiers…) sur 5 cm de hauteur. Vérifiez que le fond du pot est percé et utilisez une soucoupe. Placez les pots en situation ensoleillée et, tous les 15 jours, tournez le pot de 90 degrés pour bien exposer la plante et avoir un basilic équilibré et feuillu sur toutes ses faces. En fin de saison, jetez votre basilic : c’est une plante qui ne vit qu’un an, il est inutile de le replanter au jardin !

Maladies et petits accidents culturaux

Le seul accident venant contrarier la culture du basilic est son brutal dessèchement suivi de son pourrissement. Il est souvent le résultat d’arrosages trop importants. Arrosez régulièrement, mais laissez sécher partiellement la terre entre deux arrosages. En cas de négligence et si les pousses terminales sont sèches, il suffit d’une petite taille légère pour repartir sur un bon pied. Il arrive aussi que le dessèchement du plant provienne de la contamination par un champignon du sol, le fusarium. Pour un plant en pot, jetez-le et renouvelez-le ; pour des plantes en pleine terre, éliminez-les et recommencez la culture à un autre endroit. En cas de problème chronique, cultivez F1 Nufar, le premier hybride résistant à ce champignon pathogène.

Lire aussi Comment lutter contre la condensation sur vos fenêtres pendant la nuit ? 6 solutions rapides

Contenus sponsorisés