x

Cirrhose du foie. Les 10 premiers symptômes à connaître

La cirrhose ou cirrhose hépatique est une maladie du foie qui se produit généralement sur une longue période à cause d’une infection ou bien d’une dépendance à l’alcool. Pour en savoir plus sur cette pathologie grave de l’organe émonctoire, passons-en revue ses causes et ses différents symptômes.

Interrogé par nos confrères du Journal des Femmes, le Pr Victor de Lédinghen, hépato-gastroentérologue au CHU de Bordeaux estime que 50 à 75% des cas de cirrhoses découleraient d’une consommation excessive d’alcool, ce qui en fait l’une des causes principales. Des années de consommation peuvent en effet avoir une incidence délétère sur la santé et notamment celle du foie. Mais d’autres facteurs peuvent également en être à l’origine. 

Quelles sont les causes de la cirrhose du foie ?

Hormis l’alcool et sa consommation abusive, figurent également des causes telles que : 

  • L’hépatite (généralement l’hépatite B ou C)
  • La stéatohépatite non alcoolique, plus connue sous le nom de NAFLD ou encore maladie du foie gras
  • Des maladies génétiques (maladie de Wilson, cirrhose biliaire primitive, hémochromatose, etc)
  • Des maladies auto-immunes
  • Une insuffisance cardiaque droite

Chaque année, 10 à 15 000 décès lui sont attribués en France, sur un total de 200 000 personnes qui en sont atteintes. En outre, cette maladie chronique et irréversible survient généralement chez les personnes dont la moyenne d’âge est de 50 ans. 

Un foie en bonne santé et un autre altéré par la cirrhose – Source : Salud180

Quelles sont les phases de la cirrhose ?

Une cirrhose hépatique chronique connaît deux stades principaux :

La cirrhose compensée : C’est la première phase de la cirrhose. Elle ne connaît aucun impact clinique.

La cirrhose décompensée : C’est dans cette phase où la fonction hépatique s’altère.

Pour évaluer la gravité de cette pathologie, deux outils peuvent être utilisés : le score MELD et le score de Child-Pugh. Ces derniers associent des données relatives au taux de bilirubine sérique, à l’INR ou encore à la présence d’ascite.

Quels sont les symptômes de la cirrhose ?

La manifestation de la cirrhose est silencieuse et ne survient qu’après l’altération avancée des cellules du foie. Ainsi, son développement prend beaucoup de temps. « Ce stade peut durer des années » souligne d’ailleurs le Pr de Lédinghen. De ce fait, les personnes qui en sont affectées peuvent en souffrir sans pour autant en observer les symptômes. Revus par le Dr Minesh Khatri, professeur assistant en médecine à la Columbia University, ceux-ci ont été classés dépendamment de l’étendue de la progression de la cirrhose :

Les 10 premiers symptômes de la maladie 

Similaires aux signes d’autres pathologies, ces symptômes peuvent passer inaperçus. En cas de doute, consultez toujours un médecin pour évaluer votre état de santé. Ces derniers impliquent : 

  • Une ascite qui augmente la circonférence abdominale 
  • Des vaisseaux sanguins ressemblant à une toile d’araignée (angiomes stellaires) au niveau de la poitrine, des bras ou le visage
  • Une augmentation du volume des chevilles ou des jambes (oedèmes)
  • Une grande fatigue
  • Une sensation de faiblesse 
  • Une gynécomastie (gonflement excessif des glandes mammaires chez l’homme)
  • Un manque d’appétit
  • Une perte de muscles
  • Des maux de ventre et des nausées
  • Une perte de poids involontaire
Un foie altéré par la cirrhose – Source : Salud180 

Les symptômes avancés de la cirrhose

La cirrhose peut s’aggraver si sa cause n’est pas traitée. Voici la liste des symptômes qui peuvent survenir dans ce cas-ci :

  • Des troubles du sommeil
  • Une tendance à oublier, des difficultés à penser et un esprit confus
  • Un gonflement du ventre
  • Des ongles qui blanchissent
  • Les doigts augmentent en volume à l’extrémité
  • Des crampes au niveau des muscles
  • Une chute de cheveux
  • Des saignements au niveau du nez ou des gencives
  • La qualité de la vie sexuelle est altérée
  • Des ecchymoses faciles
  • La jaunisse (au niveau de la peau ou des yeux)
  • La couleur de l’urine est brunâtre ou orange
  • Des démangeaisons de la peau
  • Une fièvre 
  • Les selles prennent une couleur plus claire ou se teintent de sang
  • Un changement de la personnalité

Enfin, les symptômes suivants représentent des signaux d’alarme devant inciter la personne à se rendre immédiatement dans un établissement hospitalier :

  • Les selles prennent une couleur goudronnée ou noire
  • Les vomissements contiennent du sang
  • Des douleurs abdominales intenses 
  • Une somnolence et une confusion sévères
  • Une forte fièvre et des tremblements constants
  • Une couleur jaune qui teinte brusquement le blanc des yeux

Comment s’effectue le diagnostic de la cirrhose ?

Après avoir vérifié vos antécédents médicaux, le médecin généraliste vous examinera pour identifier des signes d’une maladie hépatique à long terme. Selon le Pr de Lédinghen,  cela peut se faire par le biais d’une prise de sang qui révélera une anomalie de coagulation ou un niveau faible de plaquettes, d’une échographie, d’un examen Fibroscan (pour évaluer la dureté du foie), ou encore au moyen d’une biopsie, bien que cette méthode semble être moins pratiquée, note l’expert. 

Quel est le traitement de la cirrhose ?

S’il s’agit d’une cirrhose alcoolique, les patients atteints devront impérativement arrêter la consommation de boissons alcoolisées pour entamer un sevrage. Si en revanche, la cirrhose est liée au syndrome métabolique, il sera important pour la personne (en surpoids notamment) de suivre des mesures hygiéno-diététiques. À défaut d’avoir un traitement spécifique à cette pathologie, le professeur explique qu’il s’agit surtout de soigner les causes à l’origine de l’inflammation. Certains médicaments diurétiques pourront être prescrits pour éliminer l’excès de liquide provoqué par l’ascite, tandis que des bêta-bloquants pourront s’avérer nécessaires pour éviter les hémorragies digestives.

Dans les cas plus radicaux, notamment si le patient souffre d’insuffisance hépatique sévère, la greffe de foie peut être envisagée. En effet, il peut arriver qu’en dernier recours, on soit amené à effectuer une transplantation complète du foie au cas où ce dernier ne fonctionne plus, sous certaines conditions précises.

Comment prendre soin de son foie ?

Si la cirrhose peut être liée à certains facteurs de risque non évitables,  il ne s’agit pas du seul trouble pouvant affecter notre foie, surtout lorsqu’on connaît le rôle indispensable de cet organe dans le corps. Véritable usine d’épuration, il participe à nombre de fonctions vitales, dont la métabolisation des graisses et des glucides. Pour cela, il convient d’en prendre soin au quotidien en suivant les bons conseils. Partagés par le Dr Francisco Marin, médecin généraliste, ces derniers impliquent : 

  • Évitez les sucres raffinés
  • Privilégiez les produits frais aux conservateurs, aux graisses artificielles et aux colorants
  • Préférez les grillades plutôt que les fritures 
  • Évitez la surconsommation de protéines
  • Limitez ou arrêtez la consommation d’alcool
  • Pratiquez une activité physique régulière
  • Évitez les carences en fer ou en vitamine D
  • Favorisez un bon transit intestinal en consommant plus de fibres

Enfin, l’expert conseille de privilégier les plantes bénéfiques à la santé du foie en tirant profit de leurs fonctions dépuratives. Parmi elles : le picrorhiza, l’asperge sauvage, l’ortie, le reishi, le maïs, le persil, la prêle des champs, le bouleau ou encore le pissenlit qui contribue également à la construction osseuse.

Contenus sponsorisés
Loading...