Cette petite fille fait un arrêt cardiaque à cause du coronavirus : voici les symptômes

Il y a des histoires qui nous surprennent tout autant qu’elles nous réjouissent. En ces temps de crise sanitaire qui a déjà fait beaucoup de dégâts, les bonnes nouvelles doivent aussi être révélées au grand jour. L’histoire de cette petite fille américaine dont le cœur s’est arrêté à cause du coronavirus en fait partie. Elle a survécu à un syndrome inflammatoire qui menaçait grandement son pronostic vital selon nos confrères de CNN.  Elle est maintenant hors de danger. 

Juliet Daly

Elle s’appelle Juliet Daly, une petite fille de 12 ans qui  a failli mourir lorsque le coronavirus lui a causé une maladie cardiaque rare. Celle-ci semble mettre en alerte plusieurs spécialistes à travers le monde parce que cela supposerait que l’infection au Sars-CoV-2 est aussi fatale pour les adultes que pour les enfants.

Juliet Daly, le récit d’un calvaire

Juliet Daly 1

Alors qu’au début de l’épidémie, on pensait que le coronavirus n’était pas aussi dangereux pour les enfants, cette théorie semble compromise depuis que la Covid-19 engendre des symptômes inflammatoires similaires à ceux de la maladie de Kawasaki, touchant les vaisseaux sanguins.

Juliet Daly 2

Selon nos confrères, Juliet Daly, âgée de 12 ans en a subi les conséquences. Sa mère Jennifer a raconté le supplice que la petite fille a vécu alors qu’elle était en parfaite santé auparavant. Hospitalisée depuis son infection, elle a dû bénéficier d’une assistance respiratoire en soins intensifs pendant quatre jours. Pourtant, Juliette ne souffrait d’aucun signe clinique spécifique au coronavirus. Sans fièvre ni toux, elle ne se plaignait que de douleurs abdominales suite auxquelles elle a été transportée en urgence au centre médical Ochsner de la Nouvelle-Orléans où elle a été testée positive.

« Je suis morte pendant deux minutes »

Juliet Daly 3

Interviewée par Good Morning America, la fillette rapporte la souffrance causée par son infection : “Mon estomac ne cessait de me faire mal. Je ne voulais pas bouger. Je ne voulais pas vivre. Je voulais que tout s’arrête.”.  Placée en soins intensifs, dès qu’un tube respiratoire a été mis dans sa gorge, elle est entrée en arrêt cardiaque. Elle a déclaré :«Je suis morte pendant deux minutes ».

Quant à la maman, elle déplore les faits mais en profite pour avertir d’autres parents sur la dangerosité de ce virus. «Je pense qu’il est vraiment important de faire passer le message. Je veux dire que nous avons failli la perdre », a-t-elle déclaré avant d’ajouter «Si nous ne l’avions pas emmenée à l’hôpital à temps, je ne pense pas que les choses se seraient bien passées.»

Juliet Daly 4

Le cardiologue pédiatrique au centre médical Ochsner, Dr Jake Kleinmahon,  qui a suivi l’état de santé Juliet a également déclaré que le syndrome inflammatoire engendre une réaction excessive du système immunitaire, entraînant une inflammation dans tout le corps et peut affecter plusieurs organes, dont le cœur, le foie ou encore les reins.

D’autres cas en France

Ce mystérieux syndrome inflammatoire qui touche le cœur semble de plus en plus fréquent. En France, le cas de Merve qui a 11 ans est similaire. La jeune fille a été hospitalisée à l’hôpital Necker-Enfants malades à Paris selon nos confrères du Nouvel Obs.

Un autre garçon de 9 ans en est décédé selon Le Parisien. Le professeur Fabrice Michel, chef du service de réanimation pédiatrique de La Timone, à Marseille (Bouches-du-Rhône), où il a été admis, a rapporté qu’il s’agit d’une « atteinte neurologique liée à un arrêt cardiaque » proche de celle de la maladie de Kawasaki.

Néanmoins, le doute persiste encore sur les liens de cette maladie avec le coronavirus. La Professeure Caroline Ovaert, Cheffe du service de cardiologie pédiatrique, admet que «c’est encore à l’étude », lors d’une conférence de presse au sujet de ce décès. Elle rappelle que « les symptômes sont avant tout une fièvre, une forte fatigue, de la diarrhée, des éruptions, parfois d’autres signes comme de la douleur, des gonflements aux extrémités ».

Lire aussi Un enseignant indien libère les filles du mariage des enfants et reçoit le « prix Nobel de l’éducation »

Contenus sponsorisés