Cette mère sans scrupules reçoit près de 55 000 euros d’aides sociales en « profitant du système »

Le système de protection sociale est un mécanisme de prévoyance qui a pour mission de couvrir matériellement les individus contre des risques sociaux comme la perte d’emploi, la maladie, l’invalidité, maternité… sauf que ce système qui découle d’une idée noble est parfois perverti par des personnes sans scrupule qui préfèrent abuser du système au lieu de travailler honnêtement comme tout bon citoyen se doit de le faire.

Parmi les nombreux mécanismes mis en place pour assurer les droits sociaux des personnes, certains peuvent être cumulés pour permettre aux couches les plus fragiles de vivre dignement. C’est le cas par exemple des familles nombreuses, à faible revenu ou encore celles comptant une personne handicapée. Mais le risque de détournement malveillant est dans ces cas très importants, alors que les gardes fous qui peuvent éventuellement être imposés peuvent nuire aux personnes honnêtes. C’est le cas de cette famille anglaise qui profite impunément de plus de 50 milles livres (soit plus de 55 000 euros) d’aides sociales !

Cette histoire est celle de la famille Fennessy-Sharp dont la mère a choqué toute l’Angleterre à la suite d’un entretien accordé au magazine people Closer. Stephanie et son partenaire Ian sont les parents d’une fratrie de 10 enfants dont 3 trois sont issus d’un précèdent mariage de la mère et 7 du père. La famille vit au Kent dans une grande maison de banlieue de 5 pièces avec garage et jardin.

La maman a arrêté de travailler depuis qu’elle a eu son deuxième enfant, alors que le père a quitté son poste d’ouvrier il y a 20 ans en raison d’une migraine qui l’empêchait apparemment de travailler.

La mère assume visiblement son choix en déclarant : « Si nous profitons aujourd’hui du système, c’est de sa faute et nous serions idiots de ne pas le faire avec autant de bouches à nourrir … Le salaire minimum est trop bas et si nous commençons à travailler nous perdrons tous nos avantages. Il est plus facile d’obtenir ce qu’on veut comme ça. Si je dois trouver un emploi, il faut qu’il soit bon. Pour le moment, je tire parti du système »

En raison de son handicap, Ian reçoit une indemnité pour incapacité de 60 £ (65 euros) par semaine alors même que son mal de tête est épisodique : une migraine toutes les trois semaines ! Cette maladie permet à la maman de 29 ans, et qui est en bonne santé, de profiter du titre de soignante qui la soustrait à l’obligation de chercher du travail pour ne pas perdre ses droits sociaux. Mais ceci n’est que la partie visible de l’iceberg.

La famille bénéfice de 4 524 £ d’allocations familiales, 12 456 £ de crédits d’impôt, de 1 200 £ d’allocations fiscales et 8 320 £ d’allocations d’incapacité. En plus, une allocation logement de 20 400 £ s’ajoute au jackpot des Fennessy-Sharp. Ainsi, grâce à leur bonne maitrise du système, le couple reçoit 48 900 £ par an soit l’équivalent du revenu avant impôt d’un couple gagnant 72 000 £ (soit près de 80 000 euros).

Le plus choquant dans cette affaire est que la maman a déclaré qu’elle n’avait pas forcément besoin de tout cet argent et que la maison était trop grande pour eux mais que le cadre est beau.

La mère qui dit qu’elle est capable de travailler se prépare à une réforme qui plafonnera le totale des aides à 26 000 £. Elle a déclaré à ce sujet : « Je me prépare pour le changement ?? Je prépare un diplôme vente et service client, pour lequel je n’ai pas à payer… pour le moment, je dois juste tirer le meilleur parti du système tant qu’il le permet » !

Cette histoire est loin d’être unique, même si elle est choquante, les chiffres de la protection sociale font état d’un budget annuel de 13 milliards de £ de prestations sociales.

Un système de protection sociale favorable n’a pas pour vocation d’inciter les gens à rester au chômage mais au contraire leur offrir une sécurité qui leur permet de s’épanouir. L’Homme ne cherche pas un emploi que pour des raisons financières, mais également pour s’émanciper et s’intégrer. Les personnes qui profitent à outrance du système font, non seulement mal au système et à la communauté, mais ils rentrent inconsciemment dans un cercle vicieux de dépendance qui peut les transformer en criminelles cherchant toujours les solutions les plus faciles. Ce qui les placera à la marge de la société.

Lire aussi Cette famille ingrate vivant grâce à l’aide sociale réclame une maison de 6 chambres

Contenus sponsorisés