x

Cette mamie pleure toute les larmes de son corps pour son petit fils décédé

Une erreur médicale peut avoir de lourdes répercussions. Les faits suivants, ceux d’un garçon décédé de la péritonite après 5 passages aux urgences, rappelle que la négligence médicale est une réalité. Sa grand-mère lance un appel pour dénoncer cette négligence qui selon elle aurait pu être évitée.

C’est à travers une vidéo que la grand-mère en deuil, Marta Gonzalez Alba, exprime son désarroi et son affliction. Elle y explique qu’elle ne se soucieaucunement de l’argent et que tout ce qu’elle veut est un aveu des médecins. « Nous avions tort » est tout ce qu’elle veut entendre de leur part. 

La négligence médicale a été fatale pour le petit fils de Marta Gonzalez 

D’après l’autopsie du garçon de 8 ans, répondant au nom de Aitor, il est mort d’une péritonite aigue. Marta Gonzalez Alba, la grand-mère du garçon assure que sa mort était le résultat d’une négligence médicale, rapporte Le journal espagnol La Informacion.

Les médecins n’auraient diagnostiqué le problème du garçon et ce, même après qu’il se soit rendu cinq fois aux urgences. 

« Pourquoi, après être allée tant de fois aux urgences avec l’enfant, ils n’ont fait aucune prise de sang ni échographie ? » s’est demandée Marta Gonzalez, désemparée et confuse. Un questionnement légitime quand on sait qu’en dehors des négligences, il existe également les faux diagnostics. Une jeune maman en a d’ailleurs fait les frais en étant diagnostiquée à tort d’un cancer.

Marta Gonzalez dénonce l’erreur médicale dont a été victime son petit-fils- Source : La Vanguardia

Marta Gonzalez a également révélé qu’il n’y avait aucun signe de saturation au sein du centre. « En pédiatrie, il n’y avait que mon fils. Je ne sais pas combien d’années il me reste à vivre, mais je jure pour la mémoire de mon fils que je les dédierai aux personnes qui l’ont traité de la sorte, afin qu’ils payent pour leurs actes ».

Toutefois, la femme assure qu’elle ne veut pas d’argent. Elle veut surtout et simplement entendre les mots suivants de la bouche des responsables de la mort de son petit garçon : « Nous nous sommes trompés ». 

Ce cas n’est pas isolé comme le rappelle celui du bébé de Laura Cooke et Valdo Gavrilescu. Le petit est mort de septicémie après que les médecins aient déclaré aux parents : « Votre bébé a un simple rhume. »

Le coronavirus, un alibi idéal pour les médecins

Selon Marta, « ils couvrent tout avec le coronavirus qui peut s’avérer mortel.  Ils ont dit que ce n’était rien et lui ont donné un médicament contre les vomissements alors qu’il se tordait de douleur ».

Un dernier rapport d’autopsie va déterminer si oui ou non les médecins auraient pu faire davantage pour éviter le décès du petit garçon. Ce dernier a succombé à une péritonite, une maladie qui nécessite une attention médicale urgente afin de lutter correctement contre l’infection. Le journal rapporte que si la maladie n’est pas traitée correctement ou si le patient ne se voit pas être traité par antibiotiques, le risque de mort est bien présent. 

Comme le petit fils de Marta, Sabrina de La Rosa a également été  victime d’erreur médicale pendant qu’elle était enceinte. Elle a reçu des analgésiques ayant été prévus pour calmer les douleurs de ses contractions, mais a fini par perdre la vie. 

Les examens de la péritonite. En quoi consistent-ils ?

Dans sa rubrique santé, le journal Le Figaro rapporte trois façons d’examiner la maladie de la péritonite. La prise de sang a pour but de rechercher les signes de gravité et d’estimer le retentissement de la maladie (au niveau du rein en particulier). Les radiographies de l’abdomen ou « Abdomen sans préparation » (ASP) sont effectuées si un organe est perforé. Enfin, Le scanner est indispensable en cas de doute de diagnostic. 

Contenus sponsorisés
Loading...