Cette grand-mère de 83 ans recherche sur Tinder des hommes plus jeunes pour des aventures d’un soir

« On s’est matché sur Tinder ». Voilà une phrase que beaucoup d’enfants risquent d’entendre lorsqu’ils demanderont comment se sont rencontrés leurs parents. Une approche à des années lumières de l’histoire romanesque à laquelle on s’attend en posant cette question, mais pourtant représentative de la réalité du « marché de l’amour » actuel. A l’ère des smartphones, hommes et femmes ont désormais l’embarras du choix lorsqu’il s’agit de relations. La culture numérique ayant complètement redéfini les règles de rencontre. A l’instar de cette grand-mère de 83 ans qui utilise Tinder pour trouver ses jeunes amants. Son histoire insolite a été relayée par le site Metro.

Sommaire

Il est clair que notre façon de chercher l’amour a radicalement changé au cours de ces dernières années. Que l’on cherche un partenaire pour la vie ou simplement pour une nuit, les applications de rencontre ont totalement changé la donne. Aujourd’hui, il est devenu de plus en plus rare d’aborder une personne dans un bar ou dans un café. Ce phénomène pourtant habituel à l’époque de nos parents étant considéré comme socialement inconvenant.

Plus que jamais, l’amour est devenue un véritable produit de consommation. Nous rencontrons de nouvelles personnes en sachant pertinemment que notre téléphone regorge de nouvelles perspectives. A coup de « swipe », la séduction a laissé place aux filtres et autres biographies où les critères de recherches sont on ne peut plus clairs.

Tinder ou la révolution de l’amour 

Lancé en 2012 après l’explosion de l’utilisation des smartphones, l’application enregistrait en seulement deux ans plus d’un milliard de « swipe » par jour. Grâce à cela, nous avons aujourd’hui un accès instantané à des milliers de partenaires potentiels en un seul geste. On estime d’ailleurs qu’un français sur cinq aurait déjà utilisé une application de rencontre.

Mais comment est-ce possible d’envisager un engagement à long terme lorsque l’amour devient aussi accessible ?  Comment pouvons-nous prendre le temps de réaliser que la personne que nous rencontrons nous convient lorsqu’on a le sentiment permanent que l’herbe est toujours plus verte ailleurs ? Comment se déconnecter du virtuel pour tenter de construire une relation réelle et durable dans le temps ? Des questions que beaucoup se posent, mais auxquelles très peu trouvent une réponse.

C’est toute la problématique auquel doit faire face la génération du millénaire. A une époque où tout semble possible, rien n’est pourtant plus compliqué que de vivre une véritable histoire d’amour.

Fort heureusement, certains arrivent à tirer leur épingle du jeu. Sans attente particulière et dans le seul but d’avoir quelqu’un dans leur lit, ce genre d’applications fait le bonheur de quelques-uns d’entre nous.

Une application pour toutes les générations 

A 83 ans, Hattie Retroage a trouvé son bonheur grâce à Tinder. Plus que jamais épanouie, elle a réussi a gardé sa libido de jeune fille. Pour la grand-mère originaire de New York, l’application a été une véritable mine de nouvelles rencontres. Inscrite depuis huit mois, Hattie est visiblement complètement en phase avec sa sexualité.

Sur son profil, elle se décrit comme « une beauté mûre, cherchant un partenaire ou amant plus jeune pour partager une vie pleine d’aventure et de passion. ». Pour elle, hors de question de mentir sur son âge ! D’ailleurs, bien que sa description soit sans équivoque, Hattie dit avoir rencontré plus de 50 hommes, tous plus jeunes qu’elles.

homme femme agée

Néanmoins, la grand-mère affirme que le terme « cougar » est une appellation qui ne lui convient pas. « Je ne suis jamais à l’affut, je ne m’approche jamais d’un homme, c’est les hommes qui m’abordent toujours en premier » confie-t-elle au Metro.co.uk. Aujourd’hui en couple avec un dénommé Shaun, de 50 ans son cadet, Hattie affirme être en parfaite harmonie avec son corps et sa sexualité. Nous pouvons donc lui souhaite que du bonheur !

Lire aussi Les smartphones et les tablettes sont responsables de troubles psychologiques chez les enfants

Contenus sponsorisés