x

Cette femme enceinte a été expulsée d’un restaurant à cause de son ventre

Si le règlement intérieur d’un restaurant peut justifier certaines décisions, d’autres en revanche laissent les clients sceptiques, voire en colère. Parmi ces derniers : Charisha Raylee Gobin, une future maman enceinte de jumeaux. Sur une publication Facebook, la femme raconte qu’elle se serait vue refuser l’accès à un restaurant américain en raison de son ventre.

Relayé par The News Tribune, le récit de Charisha suscite de nombreuses interrogations. Sur les réseaux sociaux, la femme confie qu’elle n’a pas pu dîner en compagnie de sa mère et de sa soeur à cause de sa tenue vestimataire jugée “inadaptée” au règlement de l’établissement. Elle portait un “crop top”, un haut qui s’arrête habituellement au-dessus du nombril.

“Pas de chaussures, pas de t-shirt, pas de service”

Charisha Raylee Gobin qui comptait dîner à la maison, se serait rendue au restaurant Buzz Inn Steakhouse suite à l’insistance de sa famille. Mais c’était sans compter sur l’accueil qui lui était réservé. En effet, pendant qu’elle faisait la queue pour se mettre à table, la jeune femme s’est vue interdire l’accès au restaurant par une employée. Selon sa publication, la raison invoquée était en lien avec le règlement de l’établissement, à savoir “Pas de chaussures, pas de t-shirt, pas de service”. Elle est alors sortie dehors pour prendre sa tenue en photo, à savoir un crop top et une longue jupe blanche fluide. 

Photo de Charisha Raylee Gobin – Source : The Sun

Une cliente en colère

“On vient de refuser de me servir à cause de ma tenue. Je ne respecte pas le règlement sanitaire”, ironise Charisha sur Facebook, accompagnant son message de trois petits signes de la main avec le pouce levé. Se considérant victime d’une injustice, la femme enceinte de jumeaux est clairement mécontente de cette situation et n’a pas hésité à l’exprimer sur les réseaux sociaux. Les internautes, touchés par sa publication, ont manifesté leur soutien en commentaires. “Nous devrions tous mettre des crop top (hommes, femmes, enfants, maigres ou en surpoids, tous!) et nous tenir debout devant le Buzz In. Pas y entrer, rester dehors en montrant notre colère”, écrit une femme. “Tu es super adorable. Tellement désolée que tu aies eu à traverser ça”, indique une autre.

Le restaurant a publié un message d’excuse

Face aux réactions indignées qui se sont manifestées, le restaurant en question a publié un message d’excuse. Sur ce dernier, on peut lire : “Nous sommes sincèrement désolés pour ce malentendu et communiquerons avec tout le personnel pour ne pas appliquer de manière excessive les règles pouvant mettre nos clients mal à l’aise. L’employée en question fait partie de notre entreprise et est l’un de nos meilleurs éléments depuis presque 20 ans. Elle tentait de faire appel à son bon jugement et n’a en aucun cas essayé d’humilier la cliente. Encore une fois, nous nous excusons sincèrement pour ce malentendu”. 

Le “crop top” fait débat dans les lycées – Source : Ouest-France

Le “crop top”, un vêtement qui ne fait pas toujours l’unanimité 

Interrogée par nos confrères du Madame Figaro, Alice Pfeiffer, journaliste et spécialiste d’anthropologie de la mode et des gender studies revient sur cette tendance qui fait parfois débat, notamment dans les cours d’école où les jeunes lycéennes portent de plus en plus ces hauts qui s’arrêtent au-dessus du nombril. Pour elle, si cela dérange, c’est surtout lié à une sexualisation du ventre, cette zone ayant longtemps été “gardée privée par la mode”. Dans les années 90, cela renvoyait l’image de l’adolescente qui a grandi trop vite, explique-t-elle, “débordant de ses habits d’enfants”. De ce fait, “Le crop top, dévoilant la zone entre les seins et le pubis, est d’office sexualisé”, ajoute la spécialiste. 

Pour autant, depuis sa renaissance ces dernières années, ce vêtement semble être collectionné par nombre de femmes et de célébrités. Symbole d’une génération qui se veut engagée et sexuellement libérée, il se décline sous plusieurs formes et constituerait désormais une “forme d’affirmation de soi” pour les jeunes filles, ajoute la journaliste. Loin des looks androgynes, il rejoint aussi la tendance body positive que l’on voit de plus en plus souvent sur les réseaux sociaux, célébrant tous types de corps et prônant l’acceptation de soi, analyse-t-elle. 

Contenus sponsorisés
Loading...