Cette étudiante affiche ses poils pour encourager les femmes à aimer et accepter leurs poils

Cette étudiante affiche ses poils pour encourager les femmes à aimer et accepter leurs poils


Cette étudiante affiche ses poils pour encourager les femmes à aimer et accepter leurs poils

Cette étudiante est décomplexée et le fait savoir. Dans ses réseaux sociaux, elle montre ses jambes et ses aisselles à l’état naturel. Pour elle, montrer ses poils c’est une forme d’acceptation de soi. L’étudiante souhaite inspirer sa génération et surtout les jeunes femmes en leur montrant qu’il n’y a pas de honte à avoir des poils.

Ces dernières années, les stars et influenceuses ont compris qu’il n’y avait pas de honte à assumer ses poils. Au lendemain des années 90 où il était de bon ton d’avoir le corps imberbe, c’est maintenant le contraire qui s’impose. Madonna et sa fille, Miley Cyrus ou encore Beyoncé, elles sont nombreuses à montrer leurs poils et à en être fières. Histoire de normaliser ce qui pouvait être une hérésie pour l’opinion publique et à fortiori celles des hommes. Les femmes se révoltent désormais contre les bandes de cire, la pince et le rasoir pour réclamer leur liberté d’avoir le choix.

Ne plus s’épiler, est-ce possible ? 

C’est Laura Jackson, étudiante à l’université d’Exeter qui a lancé un mouvement appelé Januhairy – littéralement le janvier poilu sur les réseaux sociaux. Ce mouvement incite les jeunes femmes à snober l’épilation pour savourer les regards de désapprobation de ceux qui ne jurent que par les aisselles épilées. L’objectif à terme pour l’étudiante de 21 ans est de récolter 1000 £  (1115,45 euros) pour un organisme à vocation caritative, le Body Gossip Education Program. Cette association a pour but d’enseigner aux adolescents l’image corporelle.

Et pour cause, la jeune britannique a d’excellentes raisons de communiquer autour du corps et de sa perception. «  Je veux juste que les femmes se sentent parfaitement à l’aise dans leur propre corps magnifiquement unique » a déclaré la jeune femme. A elle de continuer : « Ce n’est pas un mouvement de colère contre les gens qui ne voient pas à quel point les poils du corps sont normaux. C’est un projet qui permet à chacun de mieux comprendre leur avis sur les poils et leur regard sur les poils des autres »

L’idée est née sur le réseau de partage d’images Instagram mais ses opinions ont loin d’avoir fait l’unanimité parmi ses proches.

« J’ai laissé pousser mes poils pour une représentation théâtrale dans le cadre de mon diplôme d’art dramatique en mai 2018. Il y a eu des aspects de cette décision qui ont été de vrais défis et d’autres qui m’ont vraiment ouvert les yeux sur le tabou de la pilosité corporelle chez une femme. » a-t-elle expliqué. 

Seul hic : après quelques semaines d’adaptation, la jeune femme a commencé à se faire à l’idée d’avoir des poils et même à les apprécier. C’est là qu’elle prend la décision de ne plus les faire pousser. Une initiative qui a provoqué le désaccord de ses proches et de ses amis qui ne comprenaient pas comment on pouvait ne pas s’épiler en étant une femme. «  Je me suis rendue compte qu’il y a encore beaucoup à faire pour changer les mentalités et pour faire en sorte d’être capables de nous accepter pleinement et vraiment les uns les autres. Puis j’ai pensé à mettre en place Januhairy » a raconté Laura.

C’est alors que la jeune femme a eu le droit à une vague de soutien de femmes du monde entier. Allemagne, Russie, Etats-Unis, Canada, Royaume-Unis, toutes étaient de la partie et postaient des photos d’elles poilues pour son mouvement 2.0. Parmi elles, la mère de l’initiatrice du projet qui était sceptique au départ et la croyait trop paresseuse pour s’épiler. La jeune femme se réjouit de tant de succès : «  J’ai eu beaucoup de soutien de la part de ma famille et de mes amis ! Même si j’ai dû expliquer pourquoi je le faisais à beaucoup d’entre eux, ce qui était surprenant, et encore une fois, la raison pour laquelle c’est important pour moi d’aller au bout de cette action est ce mouvement. » Une opération qui a fait mouche puisqu ‘elle aura eu au moins le mérite de changer les perceptions que les femmes ont sur leur corps et de les décomplexer.

Et vous mesdames, seriez-vous prêtes à ne plus vous épilez ? 


Loading...