Les dangers du soda sur la santé

Notre alimentation joue un rôle essentiel pour notre organisme. Garants d’un apport en vitamines, protéines et oligo-éléments, les aliments sont notre première source de nutriments. Ils favorisent le bon fonctionnement de notre organisme ou au contraire, l’altèrent. En effet, tout dépend de notre choix d’aliments et de boissons. D’ailleurs, s’il y a bien une boisson néfaste à notre santé, c’est le soda !

Bien que les gouvernements aient mis en place des campagnes de sensibilisation quant aux méfaits des boissons gazeuses et sucrées, la consommation mondiale de soda, dont celle du cola, laisse à réfléchir. Des sodas, qui sont pourtant de vrais pièges à sucre, à additifs et qui mettent à mal la santé. En effet, d’après différentes études scientifiques, les sodas augmentent le risque de souffrir de :

  1. L’ostéoporose

D’après une étude scientifique, Framingham Osteoporosis Study,le soda affecte les os. En effet, grâce à la participation de 1413 femmes et 1225 hommes, les scientifiques ont constaté que la consommation régulière de boissons gazeuses entraîne une réduction significative de la densité minérale osseuse (DMO), notamment au niveau des hanches. Cette perte osseuse est d’autant plus flagrante chez les femmes que chez les hommes. Ce phénomène s’explique par les quantités excessives de phosphore dans les sodas qui empêchent l’absorption du calcium par l’organisme et par la teneur en caféine et en sucre de ces boissons.

  1. L’obésité

La relation entre la consommation de sodas et le poids est de plus en plus démontrée par des études scientifiques. En effet, le risque d’obésité augmente à mesure que l’on consomme des sodas car une canette de soda contient entre 6 à 7 morceaux de sucre, soit environ 70% des apports journaliers de sucre recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). En ce qui concerne les sodas allégés et sans sucres, ils augmentent également le risque de souffrir d’obésité car ils contiennent des édulcorants. Ces derniers seraient à l’origine d’un accroissement de la sensation de faim et d’une diminution des hormones de satiété qui dérégulerait le contrôle de la glycémie.

  1. La maladie du soda

Récemment, la stéato-hépatite non alcoolique, ou maladie du soda, a fait parler d’elle. Jusqu’alors peu connue par le grand public, cette pathologie, qui s’illustre par l’inflammation du foie, serait causée par une mauvaise alimentation et une consommation excessive de sucres. Le foie accumule alors des graisses et il fait face à une inflammation et des lésions cellulaires. Dans certains cas, cette pathologie peut mener à des cirrhoses et nécessiter une transplantation du foie. Actuellement, aucun traitement n’existe et le meilleur moyen de prévenir la maladie du soda est de veiller à une alimentation saine, accompagnée d’une activité physique régulière.

  1. Les caries

Bien que l’on sache déjà que le sucre est responsable de caries dentaires, il convient de rappeler que les sucres et l’acide contenus dans les sodas effritent l’émail des dents. À long terme et non traitées, ces caries peuvent atteindre la pulpe de la dent, sa racine puis les nerfs. Conséquence : la dent pourrit et meurt, ce qui forme un abcès et augmente le risque de souffrir d’une infection péri-apicale.

  1. Les calculs rénaux 

Les sodas, et notamment ceux au cola, contiennent des taux élevés d’acide phosphorique, dont le lien avec la formation de calculs rénaux a été établi. Cela s’explique par le déséquilibre calcium/phosphore dans le corps. Ainsi, la consommation excessive de soda augmente les troubles rénaux et le risque de formation d’un calcul à base de phosphate de calcium.

À noter que les sodas sont aussi en cause dans d’autres pathologies comme le diabète, les troubles de la reproduction, les maladies cardiaques et l’asthme. Ainsi, la meilleure boisson reste l’eau, essentielle à l’organisme. De plus, le sucre agit comme une drogue en cas de surcharge dans l’organisme.

D’ailleurs, que se passe-t-il dans le corps après la consommation d’un soda ? 

  • Au bout de vingt minutes : le taux de sucre dans le sang monte en flèche, provoquant un pic d’insuline. Le pancréas répond à ce choc en transformant le sucre en graisses. 
  • Au bout de quarante minutes : l’absorption de caféine est terminée, les pupilles se dilatent, la pression sanguine augmente, le foie déverse davantage de sucre dans la circulation sanguine, tandis que la caféine présente dans le sang atteint le cerveau. Par conséquent, les récepteurs à l’adénosine du cerveau, qui normalement le protègent grâce à la régulation de l’activité nerveuse, sont bloqués d’où un état de fatigue et d’épuisement.
  • Au bout de quarante-cinq minutes : le corps produit massivement de la dopamine, ce qui stimule les zones du plaisir du cerveau et active le circuit de récompense, de la même manière que lors d’une prise de drogue dure (héroïne ou cocaïne). Conclusion : le sucre agit comme une drogue et peut créer une dépendance.
Contenus sponsorisés
Loading...
Close