x

Cette baby-sitter sauve la vie de cette petite fille condamnée à mourir et c’est notre héroïne du jour

Opinion

Le métier de baby-sitter est jonché de responsabilités et nous entendons souvent parler des cas de certaines gardiennes qui ne sont pas très tendres avec les enfants, voire les maltraitent. Mais à l’opposé, il existe d’autres cas où la baby-sitter se transforme en ange gardien, comme le cas de Kiersten Miles, relayé par INDEPENDANT, qui est allée au-delà de sa fonction pour protéger une petite fille.

Une baby-sitter pas comme les autres

Kiersten Miles, est une jeune étudiante de 22 ans du New Jersey, qui garde des enfants, afin de payer les frais de ses études. Elle a eu l’opportunité de travailler comme baby-sitter chez une famille qui avait 3 enfants avec lesquels, elle avait tissé des liens profonds, notamment avec la petite dernière, Talia.

Cette baby-sitter sauve la vie de cette petite fille condamné à mourir et c’est notre héroïne du jour

Malheureusement, un verdict médical est tombé concernant la petite Talia, qui avait un grave problème de santé, nommé « atrésie des voies biliaires », une maladie potentiellement dangereuse capable de détruire les cellules du foie. De ce fait, elle avait un besoin urgent de greffe du foie.

Cette baby-sitter sauve la vie de cette petite fille condamné à mourir et c’est notre héroïne du jour

Sans hésiter, Kiersten, s’est portée volontaire pour donner une partie de son foie afin de sauver la petite Talia. Et lors d’un test de compatibilité, il s’est avéré qu’elle pouvait être une donneuse potentielle. Après six mois d’examens, une partie du foie de kiersten a été prélevée pour être transplantée à Talia. L’opération a été un grand succès, sans rejet du foie de la part de  la petite fille. 

Cette baby-sitter sauve la vie de cette petite fille condamné à mourir et c’est notre héroïne du jour

Et même si la jeune nounou a pris conscience qu’elle ne pourra jamais faire d’autres dons, même à son futur enfant s’il en a besoin, elle a déclaré qu’elle ne regrettait pas sa décision car Talia était un petit être faible et sans défense et qu’elle méritait de jouir de la vie.

Cette baby-sitter sauve la vie de cette petite fille condamné à mourir et c’est notre héroïne du jour

Grâce à son ange gardien, Talia vit sa vie d’enfant, elle court et joue comme tous les enfants de son âge. Et le geste incroyable de Kiersten restera gravé à tout jamais dans la mémoire des parents de la petite fille.

Cette baby-sitter sauve la vie de cette petite fille condamné à mourir et c’est notre héroïne du jour

Voici une belle leçon d’altruisme qui redonne foi à l’humanité.

Qu’est-ce que l’atrésie des voies biliaires ?

Selon l’Association des maladies du foie des enfants, amfe, l’atrésie des voies biliaires (AVB) est une maladie qui demeure rare et peut toucher un enfant à la naissance, voire avant. Ainsi, les voies biliaires permettent la circulation de la bile à l’intérieur puis à l’extérieur du foie pour s’éliminer dans les selles. Dans le cas d’une AVB, la bile ne peut pas sortir du foie à cause de l’obstruction des voies biliaires, ce qui engendre un stockage dans le foie et devient toxique. Cette affection est diagnostiquée par une jaunisse, se manifestant pas des selles décolorées et un teint jaune. En France, 45 enfants naissent avec une atrésie des voies biliaires chaque année. 

Le traitement peut se faire en deux étapes selon le cas :

  • Une intervention chirurgicale afin de transférer le flux biliaire vers l’intestin pour son évacuation. Suite à cela, l’enfant déjaunit et la maladie du foie est arrêtée. Ainsi, l’enfant peut garder son propre foie et grandir normalement. Cette opération consiste en une suture de la boucle de l’intestin vers le foie afin de laisser le flux de la bile cheminer vers l’intestin.
  • Si cette opération ne réussit pas ou si une cirrhose du foie apparait, alors une transplantation du foie devient indispensable et urgente.

Et selon Science Direct, la  transplantation hépatique chez l’enfant offre un espoir de survie de 10 ans de 70 à 80% des cas et une qualité de vie qui n’engendre pas beaucoup de complications. Une autre greffe de foie peut être nécessaire dans le cas où il y a un rejet du greffon. Ce cas peut se présenter lorsque le traitement immunosuppresseur n’est pas suivi par l’enfant ou l’adolescent. Toutefois, selon Le quotidien du médecin.fr, il a été rapporté que 4 enfants sur 5 peuvent survivre 20 ans après une greffe du foie, suite à une étude menée par le Dr Josefina Martinelli, avec un taux de survie de 79%. 

Les progrès entrepris depuis vingt ans laissent présager un avenir meilleur pour les malades du foie.

Contenus sponsorisés
Loading...