Les symptômes des porteurs du VIH

Le SIDA (Syndrome d’Immunodéficience Acquise) est une maladie causée par le Virus d’Immunodéficience Humaine (VIH). Elle s’attaque au système immunitaire qu’elle affaiblit considérablement, à tel point que toute infection anodine peut devenir fatale. Le SIDA est transmis par transfusion sanguine, par voie sexuelle, et de la maman à son bébé. Quels sont donc les symptômes du SIDA ?

Un à deux mois après l’infection du corps par le VIH, 40 à 90% des gens ont des symptômes qui ressemblent à ceux de la grippe et qu’on appelle Syndrome Rétroviral Aigu (SRA). Mais parfois, ce virus ne présente aucun symptôme pendant des années et même des décennies après son entrée dans l’organisme. « Pendant les premières phases de l’infection, le corps ne donne généralement aucun signe de la présence du VIH », précise le Dr Michael Horberg, le directeur du département de VIH/SIDA au centre hospitalier de Kaiser Permanente à Oakland, Californie.

En France, 30 000 personnes séropositives ne savent pas qu’elles le sont. On mesure mieux l’importance de faire des tests réguliers. En cas de rapports sexuels non protégés avec plusieurs partenaires ou de prise de drogues en intraveineuse, les risques sont multipliés.

Voici les symptômes qui peuvent indiquer que vous êtes séropositif :

La fièvre

L’un des premiers signes du SRA peut être une température légèrement élevée, qui atteint les 38,5°C. Elle est généralement accompagnée par d’autres symptômes anodins tels que la fatigue, le gonflement des glandes lymphatiques et un mal de gorge.

« À ce stade, le virus se déplace avec la circulation sanguine et commence à se multiplier », dit Dr Carlos Malvestutto, Professeur en maladies infectieuses et immunologie au département de médecine à l’Université de médecine de New-York. « Quand cela arrive, c’est qu’il y a une réaction inflammatoire induite par le système immunitaire ».

La fatigue

La réponse inflammatoire générée par le système immunitaire assiégé peut aussi causer un état de fatigue et de léthargie. La fatigue peut à la fois être un signe précoce et tardif de l’infection au VIH.

Ron, un directeur exécutif du Midwest âgé de 54 ans, a commencé à s’inquiéter pour son état de santé quand il a soudainement respiré difficilement. « Tout ce que je faisais me coupait le souffle. Avant, je marchais jusqu’à 5 km par jour ». Ron avait été positivement diagnostiqué 25 ans avant de se sentir aussi fatigué.

Douleurs musculaires et articulaires

Le SRA est souvent confondu avec la grippe, la mononucléose ou une autre infection virale (syphilis ou hépatite par exemple). Les symptômes suivants sont similaires :

  • douleurs musculaires et articulaires,
  • gonflement des glandes lymphatiques.

Les nœuds lymphatiques, faisant partie du système immunitaire, ont tendance à s’inflammer en cas d’infection. Ils se situent généralement au niveau des aisselles, de l’aine et du cou.

Maux de tête et de gorge, toux sèche

Maux de tête, maux de gorge et toux sèche persistante peuvent être également des symptômes du SRA. Le dépistage reste recommandé. Notamment en cas de comportement à risque et si les traitements habituels s’avèrent inefficaces.

Éruptions cutanées

Les éruptions cutanées peuvent survenir dans les premières comme dans les dernières phases de l’infection. Pour Ron, c’était un autre signe qui indiquait qu’il ne souffrait pas d’allergie ou de rhume ordinaire. « Elles ressemblaient à des furoncles, avec des zones rouges sur les bras, et qui démangent ».

« Ces éruptions peuvent aussi apparaître sur le tronc, et si elles ne sont pas facilement expliquées ou traitées, un test de VIH s’impose », dit Dr Horberg.

Nausées, vomissements et diarrhée

« 30 à 60% des personnes séropositives souffrent, pendant les premières phases de leur maladie, de nausées, de vomissements et de diarrhée », dit Dr Malvestutto. Ces symptômes peuvent également apparaître suite à la thérapie antirétrovirale, ou dans une phase avancée de la maladie. Une infection opportuniste peut causer ces troubles.

Selon le Dr Horberg, « une diarrhée qui ne guérit pas et qui ne répond à aucune forme de traitement peut être un signe de la maladie ».

Perte de poids

La perte de poids est aussi un signe d’un état d’infection avancé. Une diarrhée sévère peut la provoquer. Selon Dr Malvestutto, « si vous êtes déjà en train de perdre du poids, cela signifie que votre système immunitaire est déjà assez appauvri ». Selon le département américain de Santé et de Services Humains, une personne qui souffre du syndrome de perte de poids est celle qui perd 10% ou plus de son poids et qui a souffert de diarrhée, de faiblesse ou de fièvre pendant plus de 30 jours.

Sueurs nocturnes

En outre, la moitié des personnes atteintes du SIDA souffrent de sueurs nocturnes. Elles surviennent principalement pendant les premières phases de la maladie.

Les sueurs nocturnes sont ensuite plus courantes, abondantes et difficiles à éliminer. Elles ressemblent, en quelque sorte, aux bouffées de chaleur dont souffrent les femmes pendant leur ménopause.

Changement des ongles

Une infection avancée peut également impacter l’état des onglesIls ont tendance à s’épaissir et à se courber, ou à s’effriter et se décolorer.

Un autre marqueur de la maladie est l’apparition de lignes noires ou marron. 

Généralement causées par des infections fongiques, la faiblesse du système immunitaire favorise leur développement.

Infections à levures

Le muguet est une autre infection fongique caractéristique des phases avancées de la maladie. Causée par les Candida, elle touche généralement la bouche et l’œsophage. Les douleurs apparaissent lors de la déglutition. L’infection est généralement difficile à éliminer. La prise des médicaments combattant le VIH traite ce type d’infection.

L’herpès oral ou génital

L’herpès (oral ou génital) peut à la fois être un signe du SRA et d’une infection avancée par le VIH. Il est aussi un facteur de risque de contamination. L’herpèsgénital peut causer des ulcères qui facilitent l’entrée du virus dans le corps, pendant les rapports sexuels. Les personnes atteintes de SIDA ont tendance à souffrir plus souvent d’éruptions d’herpès. Il affaiblit leur système immunitaire.

Fourmillements et faiblesse

La neuropathie périphérique est un endommagement des nerfs. Elle se traduit par un engourdissement et des fourmillements aux mains et aux pieds, signe de l’avancement de la maladie. Elle apparaît également chez les personnes qui souffrent de diabète incontrôlé. Ces symptômes peuvent être soulagés par des analgésiques ou des anticonvulsivants.

Contenus sponsorisés

Loading...
Close
Close