Ces capsules d’enterrement organiques remplacent les tombes par des arbres

Ne faire qu’un avec la nature. Tel est le projet ambitieux de cette innovation écologique. Son objectif ? Réduire son empreinte carbone pour reposer en paix dans un arbre. A terme, cette idée pourrait remplacer les tombes funéraires classiques pour un enterrement plus respectueux de notre planète. Avec des matériaux nobles, ces capsules entièrement organiques sont biodégradables et se transforment en arbre. Cette invention scientifique novatrice nous est relayée par nos confrères de CNN International. Retour sur une création pas comme les autres.

Avez-vous pensé un jour que l’on puisse se transformer en arbre après la mort ? Cette idée qui paraît provenir d’un roman de science-fiction est pourtant bel et bien vraie. Et pour cause, ces inventeurs ont été à l’origine de capsules d’enterrement entièrement biodégradables qui sont respectueuses de la nature. Pour ressusciter en végétal, des scientifiques ont mis au point une idée simple mais avec une technique de pointe.

Des matériaux biodégradables

Saviez-vous qu’avec cette invention écologique révolutionnaire, vous pouviez reposer en paix dans un arbre sublime ? La raison : dans un cercueil traditionnel, les matériaux généralement utilisés sont le bois, les métaux, le rembourrage synthétique et le béton, pour les tombes renforcées. Ces derniers sont les plus communs lorsqu’il s’agit des enterrements classiques. Mais cette fois, ces inventeurs s’inscrivent en révolutionnaires puisque Jennifer DeBruyen, une scientifique agrégée de génie des biosystèmes et de sciences, a eu une idée révolutionnaire. Elle part d’un constat, celui que beaucoup d’énergie est employée à la production des matériaux qui seront enfouis sous terre. Une observation qui lui vaudra de mettre au point une capsule pour les cendres, une façon d’enterrer les hommes en réduisant leur empreinte carbone.

capsule 1024x576 1
Source : CNN

Une capsule pour les cendres

Si le projet est d’abord scientifique, il aura également profité du concours de deux designers, une façon d’allier l’utile à l’agréable. Ces créateurs italiens du nom de Raoul Bretzel et Annal Citelli appellent cette invention « Capsula Mundi », autrement dit capsule du monde. Et cela porte bien son nom puisqu’il s’agit d’un œuf avec une coque en plastique biodégradable qui se décompose véritablement. Une fois enterré, cet objet inédit se décompose, et, petit plus, les restes donnent des nutriments à un arbre planté au-dessus. Une invention inédite donc, qui révolutionne l’idée de la mort en faisant la part belle à la nature.

La fin du consumérisme

Derrière cette idée révolutionnaire, Bretzel et Citelli allient la mort au consumérisme qui pousse à augmenter l’empreinte carbone. Leur but à terme est de créer des cimetières remplis d’arbres au lieu de tombes classique. La vision ? Réduire les déchets et pouvoir « créer une nouvelle vie avec la mort » avec cette capsule biodégradable du monde venue au monde en 2003.  Une idée née au salon du design italien de Milan.

Un grand aspect environnemental

Selon la scientifique à l’origine de cette invention, il s’agit d’une grande compétition pour créer de nouvelles choses mais la réserve est que « personne ne se soucie de l’impact futur ». Elle ajoute : « Nous avons commencé à penser à des projets qui pourraient avoir un aspect environnemental […]. Nous n’aimons pas penser à la mort comme faisant partie de la vie.  » Pour le designer italien qui a rendu l’œuf funéraire esthétique, le problème avec les enterrements classiques est qu’ils sont anaérobies. Et pour cause, les restes des décombres sont scellés et enfouis sous un cercueil. L’homme créatif regrette une « dégradation incomplète ». Une chose est sûre, si cette innovation révolutionnaire voit le jour, les cimetières risquent bien de changer du tout au tout.

Une invention appuyée par la juridiction

Si ce projet risque de venir au monde, il bénéficie de l’appui juridique. C’est en tout cas ce qu’affirme Kate Kalanick le Green Burial Council, l’organisme nord-américain d’éco-certification pour l’industrie de la mort, qui remarque une « augmentation de l’intérêt du public pour les enterrements verts au cours des 24 derniers mois ». Cet organisme se félicite de la croissance de la demande des fournisseurs et d’une meilleure sensibilisation du public quant à ce type de pratiques. Un éveil des consciences qui pousse à la création des inventions qui renouvellent l’idée de la mort tel que cet œuf hors du commun sur lequel sommeille un arbre, où un homme est en train de reposer en paix.

Lire aussi Des tombes sont creusées sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro pour honorer les morts du Coronavirus

Contenus sponsorisés