Ce qui arrive après la mort de nos parents - nous sommes dévastés, quel que soit notre âge

Ce qui arrive après la mort de nos parents – nous sommes dévastés, quel que soit notre âge


Ce qui arrive après la mort de nos parents - nous sommes dévastés, quel que soit notre âge

La mort d’un parent peut être l’épreuve la plus difficile à vivre. Certains ont tendance à penser que cette douleur est atténuée avec l’âge mais il n’en est rien. Ce sont ceux qui nous ont élevé, nous ont vu grandir, nous ont chéris et leur perte est extrêmement douloureuse, peu importe l’âge que nous avons. Le deuil est dur et demande beaucoup de patience mais malgré cela, les souvenirs restent ancrés pour l’éternité.

La mort d’un parent est un deuil extrêmement douloureux qui, contrairement à ce que l’on veut faire croire ne s’atténue pas avec l’âge. A l’âge adulte, la douleur a tendance à être plus secrète et à s’effacer derrière les responsabilités mais elle est toujours aussi vive. A la perte d’un parent, c’est une enfance et une partie de nous qui s’évanouit et ne reviendra jamais. Nous perdons des personnes qui nous ont aimés inconditionnellement,envers et contre tout. Ce deuil a des conséquences irréversibles sur notre personnalité.

Selon cette étude, la perte d’un parent crée de nombreux traumatismes qui ne dépendent pas de l’âge de l’enfant ou de l’adulte. Le deuil est tellement douloureux que les changements induits par cette épreuve peuvent être pathologiques et définitifs. La façon dont notre cerveau intègre le deuil est complexe.  Selon la neurologue Lisa M Schulmann :

« Le traumatisme émotionnel lié à la perte d’un être cher a des effets sur le cerveau et le corps. Les hormones du stress conduisent à un rythme cardiaque irrégulier, une douleur localisée à la poitrine et un souffle court. Cela peut quelquefois conduire à une attaque cardiaque. »

Dépression inhérente au deuil

La perte d’un parent peut conduire à une longue et sévère dépression. Troubles du sommeil, modifications de l’appétit, mélancolie, autant de conséquences suite à cet évènement dramatique dans la vie d’un individu. Le deuil anticipé suite à une maladie est amoindri car les enfants ont le temps d’intégrer cette nouvelle ainsi que de se préparer à dire au revoir à leur proche.

La perte d’un parent augmente considérablement le risque de dépression et d’anxiété. Des émotions telles que la colère et la rancune peuvent apparaître et avoir un impact sérieux sur la psyché de l’individu en deuil. Quand les relations entre le parent et l’enfant sont conflictuelles, le processus de deuil peut être plus dur car les émotions ne sont pas exprimées et il y’a toujours une animosité dans les rapports.

Les cinq étapes du deuil

Le deuil, surtout quand il concerne les parents, est un processus long demandant beaucoup de patience. Cela implique de la résilience, à savoir la faculté à se remettre d’un traumatisme. Le deuil comporte cinq étapes et chacune d’entre elles est plus ou moins longue selon l’individu :

–        Le déni :  La personne refuse d’accepter la mort de l’être cher.

–        La colère : Elle rejette la faute sur des circonstances et peut être violente

–        Le marchandage : La personne endeuillée tente de marchander le retour de la personne décédée. Cette période précède l’étape de la dépression.

–        Dépression : La personne endeuillée se mure dans une période de tristesse caractérisée avec des symptômes dépressifs. Cette étape peut comporter des troubles mentaux pathologiques qu’il est important de suivre avec un spécialiste.

–        Acceptation : La personne qui subit le deuil arrive à sortir de cette profonde tristesse. Sans pour autant oublier l’évènement, elle vit avec en continuant à mener ses activités normalement.

Comment gérer le deuil ?

La personne en deuil peut déployer plusieurs outils pour mieux vivre. Il est important que celle-ci puisse être entourée de personnesbienveillantes pour la consoler, l’apaiser, l’aider à l’accomplissement des responsabilités quotidiennes, le temps d’atteindre la résilience. Il n’y a pas de mal à consulter un médecin ou un thérapeute afin de pouvoir régler en profondeur certains maux qui n’arrivent pas à être exprimés. Des groupes d’entraides peuvent aussi être utiles pour apprivoiser un deuil difficile et apprendre à gérer ses émotions au quotidien.


Loading...