Brigitte Macron a influencé le président dans sa décision de ré-ouvrir les écoles le 11 mai ?

Alors que certains pays ont annoncé que la réouverture des écoles n’aura pas lieu avant septembre, le président français Emmanuel Macron a annoncé un retour progressif à l’école dès le 11 mai. Si cette décision en a ravi certains, elle n’a pas manqué de soulever certaines inquiétudes vis-à-vis du risque d’une deuxième vague de coronavirus si le déconfinement est mis en place trop rapidement. Selon nos confrères du Parisien, l’épouse du président, Brigitte Macron ne serait pas étrangère à la décision de son mari de rouvrir les écoles.

Après qu’Emmanuel Macron ait annoncé que les écoles rouvriront progressivement leurs portes dans une dizaine de jours, de nombreuses personnes se sont interrogées sur les raisons derrière cette décision.

Le retour à l’école dès le 11 mai

Lors de son allocution du 13 avril 2020, le chef de l’État a annoncé que la France entamera un déconfinement progressif dès le mois de mai, et que les écoles rouvriront leurs portes progressivement à partir du 11 du mois.

Cette décision, qui fut accueillie par des réactions mitigées, n’a pas manqué d’interpeller non seulement les syndicats d’enseignants mais également des politiques et professionnels de la santé qui ont exprimé leurs inquiétudes à propos de cette décision qui risque de condamner la France à affronter une deuxième vague de coronavirus si les mesures sanitaires nécessaires ne sont pas prises.

Le président français a toutefois pris soin de préciser que ce déconfinement ne pourra être possible à cette date “que si nous respectons les règles et que la propagation du virus continue de se réduire”.
brigitte

Brigitte Macron aurait influencé la décision du président de la République

Face à la question épineuse du retour à l’école, Emmanuel Macron aurait privilégié l’avis des politiques à celui des experts. Mais aussi celui de son épouse, selon un proche du couple. Brigitte Macron, ancienne enseignante de français, serait selon ce dernier, “très sensible à cette question des inégalités”.

En effet, la Première dame aurait fortement appuyé la réouverture progressive des écoles à partir du 11 mai par souci de venir en aide aux enfants défavorisés. Brigitte Macron redoute que les inégalités en matières d’éducation se creusent davantage si le confinement n’est pas interrompu très prochainement.

Un véritable dilemme 

Si un retour à l’école rapide comporte un véritable risque sanitaire, la poursuite des conditions de confinement pourrait porter préjudice à l’éducation, particulièrement chez les familles les plus défavorisées.

D’un côté, les écoles étant un lieu de rassemblement par excellence, elles peuvent constituer de véritables foyers à infections et épidémies. Ainsi, le risque d’une explosion de cas et d’une deuxième vague suite au retour à l’école est bien présent souligne le Figaro, et il est crucial de prendre les précautions sanitaires nécessaires pour le prévenir.

De l’autre, il faut prendre en considération le fait que de nombreux enfants sont issus de familles qui n’ont pas suffisamment de moyens techniques pour leur permettre de suivre leurs cours et faire leurs devoirs. Il arrive, dans certaines familles, que les parents ne disposent que d’un seul téléphone portable avec lequel 4 enfants sont censés travailler, ou qu’ils ne disposent même pas d’une connexion internet leur permettant de recevoir les cours et les devoirs. Davantage, ces enfants se retrouvent livrés à eux-mêmes lorsque leurs parents ne sont pas en mesure de leur assurer une aide ou un suivi pédagogique. De ce fait, la poursuite des conditions actuelles de confinement pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’éducation.

Dans ce sens, la réouverture des écoles pour que de nombreux enfants puissent poursuivre leur scolarité dans des conditions décentes devra probablement être soumise à des règles sanitaires très strictes.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close