“Aujourd’hui j’ai pleuré. Pas parce que j’ai peur. J’ai pleuré à cause d’un vieil homme de 92 ans”

Le coronavirus suscite l’inquiétude et déstabilise le cours établi des choses. Mesures de prévention drastiques, mise en place de systèmes de quarantaine, annulation des rassemblements publics et événements à forte affluence, fermeture des écoles et des établissements éducatifs… Les réactions à cette pandémie prennent de plus en d’ampleur et ce, dans de nombreux pays du monde. Face à ces changements, un constat qui frise le ridicule mais qui a malheureusement un impact conséquent. La ruée sur certains produits dans les supermarchés, au détriment des besoins des plus vulnérables. Dans un témoignage exclusif relayé par le site LoveWhatMatters, une femme du nom de Jess Goniu en appelle à la compassion en partageant l’histoire d’un vieil homme de 92 ans.

Cette histoire, bien que l’on ne puisse en vérifier la véracité, n’en demeure pas moins lourde de sens puisqu’elle lève le voile sur un phénomène qui lui, est bien réel. Il s’agit du comportement inconsidéré de certaines personnes face à la crise sanitaire qui affecte actuellement plus de 150 pays.

Un constat désolant alors que la peur prend de plus en plus d’ampleur

Ces derniers jours, les médias sociaux regorgent de publications faisant allusion à ces « coureurs égoïstes » qui dévalisent les rayons sans vergogne. Il en résulte des comportements irresponsables et inadmissibles qui peuvent être dangereux et sont typiques de réactions de panique.

Jess Goniu est une femme qui a partagé son histoire sur le site Love What Matters. Très affectée par la situation, elle en appelle à la bienveillance et à la solidarité en donnant pour exemple le cas d’un vieil homme de 92 ans, dépité devant le rayon des produits d’hygiène parce qu’il ne trouvait plus aucun rouleau de papier toilette. Après avoir fait le tour de trois grands supermarchés, ce dernier lui aurait révélé n’en avoir trouvé aucun.

Cet homme qui aurait vécu la Grande Dépression lui aurait confié que même en temps de crise, il se souvient de la solidarité sociale qui liait les gens à l’époque. “Je n’ai jamais eu vent d’une pénurie de papier toilette. On n’achetait pas ce dont on avait pas besoin. J’ai entendu dire que cela se produisait ailleurs mais je ne pensais que cela se produirait ici aussi. Je suis déçu de tous ces gens”.

Suite à ces mots, une cliente à quelques pas aurait proposé à ce monsieur de l’aider car elle avait du papier toilette dans le coffre de sa voiture. Après que ce dernier ait quitté le supermarché, Jess Goniu témoigne de son bouleversement et des larmes qu’elle n’a pu retenir. “Cet homme n’a pas réalisé qu’il y avait une pénurie de papier toilette parce qu’il n’est pas sur les réseaux sociaux ou en train de regarder les infos 24h/24. Il essaie juste de vivre sa vie, une vie qu’il a apprécié pendant 92 ans”, poursuit-elle.

Une frénésie d’achat sans précédent

La montée de l’inquiétude liée au coronavirus a déchaîné une fièvre acheteuse chez les citoyens qui se ruent vers les supermarchés pour faire le stock de marchandises. Les épiceries sont bondées, les cadis pleins à craquer, les caisses surchargées et les produits empilés dans un désordre chaotique, produit d’une course folle « à qui remplira le plus vite son cadis ». Des photos et vidéos de commerces aux rayons vides interpellent et donnent une toute autre dimension au problème.

Un appel à plus d’humanité

Car en effet, les personnes qui stockent de la nourriture et des médicaments en excès pensent-elles aux autres ? À ceux dans le réel besoin, n’ayant pas l’aisance financière leur permettant d’acheter en avance ce qu’il leur faut ainsi qu’à leur famille ?

Face à cette pandémie, il serait plus utile de s’armer de patience en veillant à respecter les mesures établies pour se protéger mais aussi protéger les plus vulnérables d’entre nous. Dans cette atmosphère anxiogène où l’on peut être amené à faire preuve d’individualisme, tâchons de nous montrer solidaires et de penser aux personnes âgées qui ont encore plus besoin de notre aide.

Il est essentiel de se rappeler l’importance de ne pas céder à la panique et de faire preuve d’empathie. Car rappelons-nous que l’humain n’a jamais triomphé par le biais de l’indifférent narcissisme. L’appel est donc lancé pour plus d’altruisme et de bienveillance en ces temps difficiles, le monde en a grandement besoin !  Et il est de notre devoir à tous d’y veiller à titre personnel.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close