Arrêtez cette mauvaise habitude, elle vous rend dépressif et anxieux

Arrêtez cette mauvaise habitude, elle vous rend dépressif et anxieux


Arrêtez cette mauvaise habitude

Connaissez-vous une personne qui se plaint beaucoup ? Si oui, il est certain que vous avez du mal à passer beaucoup de temps avec elle. Mais Pourquoi certaines personnes prennent-elles la vie du bon côté tandis que d’autres ont l’air d’être les plus malheureuses tout le temps ? Découvrez dans cet article le lien que les scientifiques ont trouvé entre le cerveau et les constantes plaintes.

Nous avons tous un jour rencontré une personne qui se plaint beaucoup. Le fait de se plaindre n’est pas simplement un trait de caractère, mais les scientifiques ont découvert récemment qu’il y aurait une relation entre le fonctionnement du cerveau et les réactions négatives telles que les nombreuses plaintes ou la dépression et l’anxiété. 

Différents types de personnes qui se plaignent tout le temps

  • L’éternel insatisfait : cette personne est toujours mécontente, mais ne propose ni n’accepte aucune solution pour remédier à la situation.
  • Le plaignant chronique : il se comporte comme un ruminant. Même après qu’il se soit plaint, il n’oublie jamais ce qu’on lui a fait attendant une autre occasion pour « exploser » à nouveau. Cela peut causer encore plus d’inquiétude et d’anxiété à chaque fois qu’il s’en souvient.
  • Le chercheur de sympathie : ce type de personne recherche toujours qu’on se joigne à sa souffrance. Elle veut toujours montrer qu’elle est la seule à souffrir et a besoin que les autres compatissent tout le temps. 

Les scientifiques ont aussi découvert que la plupart d’entre nous renforcent involontairement la mauvaise habitude de se plaindre, soit pour le simple plaisir de se plaindre, ou pour attirer les regards et donc l’attention des autres. Cependant, si vous avez l’habitude de vous plaindre, votre cerveau réagira en fonction. 

La négativité reprogramme votre cerveau

Donald Hebb, un neuropsychologue, a émis l’hypothèse que les neurones se connectent dans notre cerveau à la suite d’expériences de vie particulières.

Chaque fois que nous avons une pensée ou une sensation physique, des milliers de neurones sont déclenchés et forment un réseau neuronal interne. Cela signifie que si vous vous concentrez sur les sentiments ou les pensées critiques, d’inquiétude et de victimisation, il est beaucoup plus facile pour votre cerveau d’appeler ces choses à la surface dans votre langage. Cela peut mener à une dépression grave et à de l’anxiété. Voilà pourquoi nous pouvons dire que nous devenons ce que nous pensons. 

Selon Dr Robin Kowalski, professeur de psychologie à l’Université de Clemson, tout le monde se plaint de temps à autre, mais chacun devrait essayer de minimiser cela autant que possible. Les accès de négativité sont normaux, mais n’oubliez pas que si vous êtes excessivement négatif, vous ne trouverez que du négatif autour de vous et vous continuerez de vous plaindre. Vous arriverez finalement au fait que la plupart de ceux qui vous entourent sont mauvais et que vous êtes le seul « juste ». Au lieu de vous renfermer sur vous-même, essayez de dominer votre pessimisme.

Quelques astuces pour éviter la négativité

Si vous voulez apprendre à vivre sereinement, voici quelques astuces pour éviter la négativité

  • Apprenez à être reconnaissant même pour les petites choses.
  • Faites attention à votre personne : Vous devez vous connaître et arrêter de vous plaindre. Si vous avez repéré les choses qui vous poussent à constamment vous plaindre, apprenez à les surmonter en décidant de ne plus vous plaindre pour cela.  
  • Décidez-vous à être une autre personne : si vous apprenez à vous focaliser sur les bons aspects de la vie, vous aurez un esprit plus positif, et vos pensées ainsi que vos réactions s’aligneront.
  • Rappelez-vous constamment de laisser tomber ce qui n’est pas utile. Ce ne sera certainement pas facile au début, mais prenez l’habitude d’apprécier vos compétences et qualités ainsi que celles des autres au lieu de focaliser sur les défauts et tout ce qui manque.

Nos réactions dépendent en grande partie de nos schémas de pensées. Si ces dernières sont négatives, le pessimisme en découlera, si elles sont au contraire positives, nous agirons plus positivement. Alors, pourquoi ne pas reprendre le contrôle de vos pensées en faisant un effort pour rester positif ? Essayez-le dès aujourd’hui en faisant attention aux pensées qui vous traversent la tête et aux mots que vous prononcez. Il est possible de reprogrammer votre cerveau et de changer l’image que les autres ont de vous, si vous êtes connu comme quelqu’un de pessimiste.