Après son « coup de gueule » dans le JT de TF1, Jean-Pierre Pernaut est désormais la star des réseaux sociaux

C’est lors du journal télévisé de 13h ce vendredi 24 avril que Jean Pierre Pernaut a marqué les auditeurs par une intervention choc. En effet, l’illustre journaliste récompensé à maintes reprises pour sa présentation du journal n’a pas mâché ses mots sur TF1, en faisant allusion à certaines incohérences observées pendant le confinement. Retour sur un “petit coup de gueule” qui n’est pas passé inaperçu, relayé par nos confrères du 20 Minutes.

Depuis que le gouvernement a établi des mesures de confinement et de distanciation sociale, de nombreux Français sont passés en télétravail et Jean-Pierre Pernaut n’y fait pas exception. Le célèbre présentateur, âgé de 70 ans, s’est lui aussi plié aux nouvelles règles établies, se retirant de manière temporaire du JT de 13 heures et cédant son fauteuil à son Joker Jacques Legros pendant son absence. Intervenant depuis son domicile en Picardie dans une tribune intitulée “13 heures à la maison”, le journaliste a fait savoir son mécontentement vis-à-vis des Français ainsi que du gouvernement.

Jean-Pierre Pernaut menacé après son coup de gueule dans le JT de TF1

Une incohérence face au confinement

C’est suite à une première sortie à l’extérieur après six semaines de confinement que Jean Pierre Pernaut est intervenu sur la chaîne française pour faire part de son ressenti. En raison d’un “rendez-vous important”, le présentateur révèle avoir dû quitter son domicile, “Et là, surprise : dans une ville à côté de chez moi, un monde fou sur le trottoir. Des adultes, des enfants qui jouent, plein de monde sans masque, sans contrôle”, déclare le journaliste en s’étonnant: “Quel contraste avec les reportages où l’on nous montre des PV infligés à des gens qui se promènent seuls sur une plage, à la montagne et en forêt alors qu’il n’y a aucun risque dans les régions où il n’y a pas de virus!” Une incohérence soulignée par le célèbre présentateur face aux mesures mises en place, puisque ce dernier poursuit, “Comme les masques interdits en pharmacie mais autorisés chez les buralistes, comme les fleuristes fermés pour le 1er mai mais les jardineries ouvertes, comme les cantines bientôt ouvertes mais les restaurants toujours fermés…”.

“Tout cela donne le tournis”

Et le journaliste ne s’arrête pas là puisque selon lui, les informations fournies sont difficiles à comprendre. “Entre les infos, un jour, sur un déconfinement par région, le lendemain, ce n’est plus par région (…) Un jour, l’école est obligatoire, le lendemain, elle ne l’est plus (…) Tout cela donne le tournis », s’est plaint l’illustre présentateur de la chaîne télévisée, pointant du doigt une communication incohérente du gouvernement depuis le début du confinement.

Et Jean-Pierre Pernaut n’est pas le seul à émettre des critiques puisque ce même jour, Jacques Legros a également pointé du doigt les annonces gouvernementales relatives au déconfinement et ce, dès l’ouverture du JT de 13 heures, annonçant: “Madame, Monsieur, bonjour. Un peu, beaucoup ou pas du tout: plus on s’approche du 11 mai, moins on voit clair dans les annonces de déconfinement, souvent isolées mais contradictoires”.

 Soutenu sur les réseaux sociaux

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’intervention du journaliste n’est pas passée inaperçue auprès des auditeurs. « T’es un tueur! » s’est exclamé l’humoriste Jean-Marie Bigard dans une vidéo postée sur Twitter pour apporter son soutien à Jean-Pierre Pernaut, puis de poursuivre “T’as lâché les chiens c’est génial! Ce que tu as dit est tout à fait vrai (…) On marche sur la tête. Vas-y mon Jean-Pierre, je suis à fond avec toi », a-t-il conclu sur le réseau social à l’oiseau bleu.

Des tweets qui ont prêté à confusion

Si l’intervention du journaliste a suscité de nombreuses réactions, elle a également entraîné une certaine confusion parmi les twittos qui, suite à une fausse information, s’en sont pris à la ministre de la Justice Nicole Belloubet.

En effet, à en croire un message publié par le compte « Le journal de l’Élysée », celle-ci aurait déclaré que les propos du journaliste pouvaient “faire l’objet d’une sanction pénale”, précisant qu’il “est inadmissible qu’en France un présentateur télé puisse impunément critiquer le pouvoir en place”. Seulement, l’information est fausse comme le précise RTL, puisque si on regarde de plus près le nom du compte sur Twitter, ce dernier précise à côté qu’il s’agit d’une parodie et non de citations réelles.

Contenus sponsorisés
Loading...
Close