x

Anorgasmie : Pourquoi certaines personnes ne ressentent rien en faisant l’amour ?

Opinion

Dans l’intimité, chaque couple doit pouvoir exprimer ses envies, ses besoins et ses attentes de manière authentique. Les conjoints qui savent communiquer régulièrement ont plus de chances de s’épanouir sous la couette. Malheureusement, certaines personnes souffrent d’anorgasmie, un trouble qui se définit comme une impossibilité à atteindre l’orgasme. Dans cet article, découvrez ce qu’est l’anorgasmie et les solutions pour vaincre cette condition.

L’anorgasmie se définit comme une impossibilité à atteindre l’orgasme, malgré l’excitation, le désir et le plaisir éprouvés durant un acte sexuel. Cette condition s’accompagne souvent d’une dysorgasmie, un trouble peu connu qui désigne un orgasme douloureux, mais sans douleur préalable lors des rapports sexuels, indique Le Figaro. Dans une société où l’orgasme est perçu comme un objectif à atteindre pendant l’acte sexuel, les personnes souffrant de cette condition sont soumises à une incompréhension et à une frustration constante. Pour vous aider à mieux comprendre ce trouble de l’orgasme, voici quelques éclairages à ce sujet.

Insatisfaction sexuelle – Source : Inserbia

Une réponse sexuelle absente malgré le désir

L’orgasme est une sensation de plaisir qui s’accompagne souvent de contractions involontaires des muscles du périnée et de l’anus. L’anorgasmie est “l’absence de la survenue de l’orgasme, lorsque les stimulations sexuelles sont adéquates, et alors que le désir et l’excitation sexuels sont présents”, détaille Marjorie Cambier, psychologue clinicienne et sexothérapeute. Quand la jouissance s’avère impossible et que la diagnostic tarde à tomber, une altération du quotidien peut être observée. En sus, même si ce trouble est peu connu du grand public, il n’en demeure pas moins courant, alerte la spécialiste. “C’est une dysfonction sexuelle relativement fréquente”, affirme-t-elle. Et pour cause, un sondage mené par l’Ifop montre qu’en France 7% des femmes âgées de 18 ans et plus seraient touchées par l’anorgasmie. Pour 29% d’entre elles, l’orgasme survient parfois, pour 29% rarement et pour 35% jamais.

Les différents types d’anorgasmie

Parmi les troubles de l’orgasme (dysorgasmie), on retrouve l’anorgasmie (absence d’orgasme). On peut distinguer différents types d’anorgasmie : 

  • L’anorgasmie dite primaire est une impossibilité d’atteindre l’orgasme qui dure depuis le début de l’activité sexuelle.
  • L’anorgasmie secondaire est une absence d’orgasme qui se manifeste après une période de relations sexuelles satisfaisantes ou après une autre dysfonction sexuelle comme une dyspareunie ou un vaginisme (douleurs qui surviennent pendant la pénétration).
  • L’anorgasmie partielle ou situationnelle représente une impossibilité d’atteindre l’orgasme due à des stimulations ou situations spécifiques (parfois uniquement pendant la pénétration).
  • L’anorgasmie totale ou généralisée est une absence d’orgasme qui se manifeste peu importe les stimulations ou les situations (masturbation, pénétration, caresses, etc).

Ainsi, une personne qui peut atteindre l’extase seule durant la masturbation mais jamais durant un rapport sexuel souffrirait d’anorgasmie situationnelle primaire.

En discuter avec un professionnel – Source : Wolverhampton hypnotherapy

L’excitation peut dépendre de plusieurs facteurs

Comme l’explique Marjorie Cambier, spécialiste en sexothérapie, l’anorgasmie ne doit pas être confondue avec la frigidité. Cette dernière condition se définit comme une absence de désir et de sensualité et reste bien plus rare que l’anorgasmie. En sus, la dysorgasmie est le terme employé pour désigner une difficulté quant à la survenue de l’orgasme, ou parfois un orgasme douloureux alors que les préliminaires sont adéquats. Plusieurs causes peuvent déboucher sur une anorgasmie. Tout d’abord, il faut savoir que le seuil orgasmique relatif à l’excitation varie d’une personne à une autre et dépend de plusieurs facteurs. On distingue les excitations sensorielles liées aux différents sens (vue, audition, ouïe, goût ou encore mouvements et positions des corps) et les excitations psychiques corrélées aux pensées, aux émotions et aux fantasmes. 

Même si l’on considère souvent que contrairement à la femme, les hommes peuvent atteindre des orgasmes dits “mécaniques”, il est difficile de dissocier le corps et l’esprit, peut-on lire sur un article du Figaro Santé. Dans ce sens, il est parfois recommandé d’avoir des images mentales excitantes pour booster l’excitation et la lubrification et rendre les stimulations physiques plus efficaces. Pour certaines femmes, la pénétration vaginale ne suffit pas toujours à atteindre l’orgasme. Une stimulation manuelle ou orale du clitoris, l’organe érectile par excellence, peut être nécessaire pour augmenter le désir sexuel. En effet, l’orgasme clitoridien peut engendrer un plaisir intense et favoriser la satisfaction sexuelle.  

Le stress peut freiner l’orgasme – Source : Bustle

Les freins potentiels à l’orgasme 

Si atteindre le septième ciel n’est pas à la portée de tous, c’est en raison de plusieurs facteurs. Certains peuvent survenir au moment de faire l’amour, mais d’autres sont en réalité liés à des causes sous-jacentes. Voici donc ce qui peut engendrer une anorgasmie :

  • Les facteurs psychologiques et sexologiques : 

D’après nos confrères, certaines zones cérébrales doivent être désactivées pour favoriser l’orgasme. Les sexologues invitent alors à un “lâcher-prise” pour permettre aux femmes de se laisser aller à des sensations érotiques et au plaisir charnel. Seulement, le stress, l’anxiété, l’inconfort, la dépression, le manque de confiance en soi ou en son partenaire ou encore la peur de ressentir des douleurs ou de montrer son corps, sont autant de facteurs qui altèrent la capacité d’une personne à avoir un orgasme.

  • Certains médicaments ou maladies :

Les psychotropes, la pilule contraceptive, l’alcool ou encore les drogues peuvent empêcher d’atteindre le Saint Graal ou provoquer certains effets secondaires qui se répercutent sur l’envie sexuelle. En sus, l’endométriose et les cancers de la sphère périnéale sont des facteurs qui perturbent la survenue du plaisir.

  • Les problèmes conjugaux

Les disputes incessantes, la méconnaissance de l’autre ou encore les difficultés à concorder les réponses sexuelles entre les deux partenaires peuvent empêcher l’orgasme, voire mener à l’absence de sexualité dans les cas les plus extrêmes. Par ailleurs, le couple peut souffrir de troubles du désir ou d’insatisfaction sexuelle. 

  • Les facteurs psycho-sociaux 

La recherche de la performance sexuelle, la pression sociale due aux injonctions autour du sexe ou encore l’éducation reçue peuvent jouer un rôle dans les difficultés à se laisser aller au plaisir.

Les solutions pour atteindre l’orgasme 

Si vous avez du mal à atteindre l’orgasme, il est vivement conseillé de consulter un médecin sexologue pour supprimer les blocages et comprendre les causes de ce trouble. Généralement, ce professionnel cherche à évaluer la façon dont le couple se comporte sexuellement avant de creuser plus loin. En sus, il peut mettre en exergue des exercices et des techniques de stimulation favorables au plaisir sexuel. Parfois, il recommande la masturbation dirigée pour aider la personne à connaître son corps et ses zones érogènes, dont le point-g. En sus, il aide à mettre fin à certaines idées reçues sur la sexualité féminine et masculine et permet de se sentir mieux dans son corps. Par ailleurs, s’il suspecte un déficit hormonal, il peut recommander une prise de sang pour analyser les dosages hormonaux. Si les difficultés sont causées par l’image du corps, il invite à effectuer des exercices de relaxation, de respiration et de contrôle musculaire. En réalité, le thérapeute propose des solutions adaptées au couple en fonction de l’origine du blocage. Comme l’explique la spécialiste Marjorie Cambier, la communication au sein du couple est essentielle pour avoir plus de plaisir et partager une sexualité épanouie, satisfaisante et bienveillante, “sans pour autant jouir à chaque rapport”. Elle précise que le plus important est de se détendre, d’accepter de ne pas tout contrôler, et surtout pas l’orgasme, et de profiter des sensations induites par la relation sexuelle.

L’anorgasmie dans le couple – Source : Issm

Des exercices pour avoir plus de chances d’aboutir à l’orgasme 

Certains exercices peuvent permettre de jouir d’une meilleure vie sexuelle et combattre les difficultés à atteindre l’orgasme féminin. 

Exercice 1 : Commencez par définir ce qui vous excite le plus et ce qui vous inhibe le plus. Certains peuvent être plus enclins à ressentir du plaisir au petit-matin, d’autres lorsqu’ils sont dans un endroit inconnu. En sus, pensez à ce qui diminue votre excitation, comme par exemple le fait de garder la lumière allumée. À deux, essayez d’identifier ces facteurs afin de vous accorder plus de chances de jouir. 

Exercice 2 : Partagez avec votre partenaire vos désirs érotiques. Si vous ne les connaissez pas encore, n’hésitez pas à explorer seul ou en duo de nouveaux scénarios pour pimenter votre vie sexuelle et éveiller votre plaisir.

Exercice 3 :  Pour que l’excitation sexuelle soit au rendez-vous, pourquoi ne pas essayer un jeu de rôle ? Votre partenaire est scénariste pendant que vous êtes acteur. Essayez de vous laisser aller à ce jeu et suivez les directives de votre compagnon pour mieux connaitre son univers érotique. Bien entendu, vous pourrez changer de rôle pour une deuxième partie de plaisir. 

Enfin, n’oubliez pas que la communication est cruciale pour ressentir ce plaisir physique et qu’avant toute chose, il convient d’abord de discuter avec son/sa conjoint(e) sans tabou en privilégiant la bienveillance et la compréhension.

Contenus sponsorisés
Loading...