« Adieu petit ange » Un petit garçon tué par le petit ami de sa mère pour le punir du bruit

Dans une article relayé par le Daily Mail, une histoire sordide s’est produite près de Londres. Un petit garçon du nom de Alfie Lamb a vu son destin s’arrêter pour avoir fait du bruit pendant que le petit-ami de sa mère conduisait. Découvrez l’intégralité de cette histoire :

Un petit garçon tué par le petit ami de sa mère

Alfie était âgé de seulement trois ans. Assis à l’arrière d’une voiture de la marque Audi, le petit garçon était quelque peu agité sur la route. Se tenant accroupie près des pieds de sa mère qui voulait le maintenir silencieux, Alfie ne cessait de pleurer.

Le père de l’enfant, Marcus Lamb, conduisait la voiture en direction de Croydon, au Sud de Londres, le 1er février 2019 au soir. Le petit ami de sa mère, Stephen Waterson, se tenait sur le siège passager.

Un petit garçon tué par le petit ami de sa mère

Puisque le bambin ne voulait pas se calmer, Stephen a volontairement reculé son siège pour l’étouffer. Le petit s’efforçait de respirer et sanglotait en réclamant sa mère, Adrian Hoare. « Maman, maman », répétait-il, tandis que sa mère refusait de l’aider. Pire encore, la mère a aussi giflé son enfant pour le faire taire.

Un petit garçon tué par le petit ami de sa mère

Lorsque Adrian Hoare et son conjoint sont arrivés à destination, ils se sont rendus compte que l’enfant ne respirait plus. Affolés, ils l’ont emmené de suite à l’hôpital, le 3 février. Les médecins tentaient de le ranimer mais en vain. Le diagnostic indiquait une crise cardiaque. Waterson, qui l’a écrasé volontairement avec son siège, s’est enfuit. La mère ne cessait de mentir au policier pour protéger son petit-ami. Adrian Hoare, la mère du défunt, a rompu son silence en dévoilant les faits à sa demi-sœur lors d’une conversation. Cette dernière fût enregistrée et remise à la police. Jugée coupable de la mort de son fils, Adrian Hoare a été condamnée à deux ans et neuf mois de prison ferme.

Comment punir les enfants de manière efficace sans avoir recours à la violence ?

De nombreux parents sont débordés par des enfants turbulents sur les bords , mais ne savent pas comment s’y prendre pour les punir sans perdre leur sang-froid.

Loin d’aboutir à une logique dictatoriale où les parents imposeraient des comportements à leurs enfants, il y’a quelques règles à appliquer pour se faire respecter par sa progéniture.

–         Une communication bienveillante :

Inculquer des valeurs passe par une communication bienveillante entre les parents et l’enfant. Il faut lui faire prendre conscience du bien et du mal, explique le psychologue Patrick Traube. Tout passe par ce premier point. S’il pose des questions, expliquez-lui les choses calmement. Il doit sentir que vous êtes son allié et que vous voulez l’aider à prendre le bon chemin dans sa vie. Vous devez lui enseigner des valeurs dont vous êtes convaincu et qui l’aideront à évoluer de manière positive.  

–         Un ton approprié à chaque demande :

Avoir un ton adéquat pour chaque demande. Quand vous exprimez un ordre, soyez ferme. Quand c’est simplement une proposition, ayez un ton plus laxiste. L’intonation et la gestuelle appuient les dires des parents donc n’hésitez pas à regarder l’enfant droit dans les yeux et à affirmer votre autorité quand vous lui soumettez un ordre.

–         Une prévention et un maintien de la punition :

Lorsque vous demandez quelque chose à votre enfant, prévenez-le que s’il ne le fait pas, il sera puni. « Si tu ne fais pas tes devoirs, tu seras privé de télévision ». Bien entendu, tenez-vous à ce que vous dites et mettez en application la punition s’il n’obéit pas. Même s’il pleure, qu’il crie ou qu’il montre une certaine opposition, faites en sorte de maintenir la position. Ne craquez pas devant ses yeux de biche, c’est vous qui devez avoir le dernier mot. Si vous ne le faites pas, vous perdrez toute crédibilité et l’enfant ne vous respectera plus.

Contenus sponsorisés

Loading...
Close
Close